Juste une mise au point

Juste une mise au point (Billet d’humeur) Un peu de bienveillance…

bisounours

La vacherie est aussi ancienne que  la critique  et on peut prendre plaisir à lire  la démolition en règle d’une œuvre pour peu qu’elle soit l’œuvre de plumes talentueuses. Souvent les critiques les plus féroces sont ou sont devenus artistes eux-mêmes et ces dézinguages relèvent de l’exercice de style et de l’obligation critique puisque comme l’écrit  Beaumarchais « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. » En s’en prenant à des formes d’art perçues comme dominantes la critique vacharde est une arme utile pour  promouvoir des genres ou des cinéastes que la critique « officielle » brime. Cet esprit féroce, mais drôle, a aussi coïncidé avec l’éclosion à la fin des années soixante d’un nouvel esprit satirique qui de Hara-Kiri aux Nuls  va irriguer toute la pop-culture, et  donc accompagner l’essor du film de genre avec les critiques de Mad Movies ou de Starfix. Ainsi c’est sans doute parce que toute une génération a été biberonné à cet esprit que la critique négative me semble être  devenu le mode d’expression par défaut  dans la nouvelle presse cinématographique et de l' »internet cinéphile » (blogs , sites, réseaux sociaux et tutti-quanti). Il me semble ne  plus voir que très rarement des critique positives d’un film, d’un genre ou d’un auteur  qui ne  s’accompagne du dénigrement d’un autre.

thor-ragnarok-miseuapoint-cliff-and-co

Je ne me fais pas ici l’avocat d’une critique « bisounours » qui dirait du bien de tous les films et  chercherait à tout pris y compris dans le nanard le plus fumeux, le blockbuster le plus vulgaire ou le film auteurisant le plus prétentieux des qualités rédemptrices. On évalue bien-sûr chaque film selon sa sensibilité, sa subjectivité  et il est normal de se montrer sévère face à une œuvre qu’on estime médiocre. C’est plutôt l’utilisation systématique de  la comparaison et du  dénigrement d’un film  pour en valoriser un autre qui me semble la tendance la plus agaçante. Il y a le sentiment  pour certains  d’une hiérarchie des opinions qui s’affrontent dans une compétition permanente. On se retrouve ainsi face à des « écuries » où pour défendre ce qui est perçu comme être « son champion » plutôt que de mettre simplement en avant ses qualités, on se doit de dénigrer ceux que l’on perçoit être ses « concurrents ». Bien entendu  cette férocité assumée s’accompagne souvent d’une grande susceptibilité quand on touche à quelques noms qui concentrent toutes les vertus et  confèrent une infaillibilité à leurs œuvres, sur lesquelles en revanche il  serait déplacé d’émettre la moindre réserve.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s