L'oeil de @Cityhunternicky

L’œil de @Cityhunternicky – Freaks And Geeks (Séries)

SYNOPSIS: Dans le lycée William McKinley, deux clans d’adolescents : Les Freaks, rebelles qui ne travaillent pas, fument, et sèchent les cours, et les Geeks, les matheux du premier rang, sans aucune vie sociale. 

Freaks and Geeks nous parle de deux groupes distincts dans un lycée : les voyous et les parias. Judd Apatow à la production, Linda Cardellini, John Francis Daley, James Franco, Samm Levine, Seth Rogen, Jason Segel, Martin Starr, Busy Philipps au casting, ce ne sont pas les raisons qui manquent pour découvrir une série qui a réussie à se hisser au rang des meilleures dans le cœur de ceux qui l’ont visionnée. Pour ma part, il m’a bien fallu 4 épisodes pour rentrer dedans ! Sur les 18 que comptent la série, ça fait quand même beaucoup… Mais quand j’ai enfin été pris par la vague, ce fut le bonheur. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant attaché aux déboires amoureux et sentimentaux des personnages d’une série ! Car Freaks and Geeks fait en sorte de vous rappeler les sentiments de découvertes et de première fois, que tout le monde a vécus même sans que cela se soit forcément déroulé dans un lycée américain. C’est cette aspect mignon et amusant qui réussit parfaitement à Judd Apatow, avec aussi ce brutal retour à la réalité.

Les problèmes des adolescents et adolescentes sont ici traités avec une vision beaucoup plus mature et réaliste que dans beaucoup d’autres shows. Exit les crises sans fondement, le personnage principal étant une élève modèle, elle ne va pas nous bassiner avec ses problèmes de cheveux ou de commérages. Les relations entre les jeunes et les adultes, entre les élèves entre eux et entre les élèves et les professeurs sont très justes, parlent à tout le monde et ne basculent pas dans des drames agaçants.

Bref c’est une expérience assez universelle, avec pourtant des personnages qui nous semblent habituels et connus, évoluant dans des univers familiers et aux enjeux tout aussi communs. La magie opère cependant et l’engouement arrive facilement, bien que la courte durée de la série nous rende la fin un peu décevante, tant on aimerait continuer à vivre avec eux. Le scénario et les dialogues fournissent un excellent exemple de placement en terme de références musicales, cinématographiques et geeks (pour une fois que l’on peut utiliser ce mot à bon escient !). Pour conclure, Freaks and Geeks a réussi à me faire partager son univers de rebelles et de geeks, le tout sans vraies fausses notes.

Crédits: NBC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s