Critiques Cinéma

PETITS MEURTRES ENTRE AMIS (Critique)

SYNOPSIS : A la recherche du colocataire idéal, trois amis font passer un examen d’entrée très strict à bon nombre de postulants jusqu’à ce qu’ils découvrent la perle rare en la personne de Hugo. Celui-ci se révèlent tellement discret qu’il meurt en silence, enfermé dans sa chambre, quelques heures seulement après avoir emménagé. Avec le corps se trouve une valise pleine de billets qui va rapidement avoir raison d’une longue amitié.

En tant que cinéphile et en particulier amateur d’un cinéaste, il est toujours intéressant de remonter la filmographie d’un auteur qu’on apprécie pour voir le chemin parcouru par celui-ci. Shallow Grave est le premier long métrage de Danny Boyle, réalisateur adulé par les uns, détesté par les autres mais qui ne laisse personne indifférent. Dans cette optique de comprendre ce qui fait le cinéma « boylien », découvrir Shallow Grave est passionnant à plus d’un titre au vu de la filmographie inclassable du bonhomme, qui en une douzaine de longs métrages a touché à peu près à autant de genre différents. On y retrouve déjà de nombreuses thématiques chères à son auteur : la jeunesse (qui traverse toute sa filmographie), si possible paumée (Trainspotting), l’exercice de style du huis clos (Steve Jobs), un petit peu d’horreur (28 days later), l’obsession des personnages (127 heures) et la déliquescence d’un groupe (Sunhine, La Plage), l’argent et toutes ses conséquences (Millions, Slumdong Millionnaire) ainsi qu’une vision assez cynique des rapports humains qu’une société de consommation aliénante n’a de cesse de malmener.


John Lodge, scénariste régulier dans la filmo de Boyle, en partant d’un postulat de base simple et à la limite du loufoque, signe une farce grinçante sur la friabilité de l’amitié et des opinions quand l’argent s’en mêle, n’hésitant pas à alterner les registres. En oscillant sans cesse entre les genres et les codes du thriller criminel dans un équilibre délicat, on peut facilement trouver que le film ne sait pas ou il va. Et si l’on peut reprocher l’aspect tapageur, parfois plus que de raison du film, c’est cette fusion entre la fable moralisatrice et le jeu de massacre sadique, la comédie noire so british et le portrait sociétal qui fait toute la sève du film et son originalité. Malgré le manque de moyens évident pour ce premier long, on y retrouve déjà toute l’énergie qui caractérise le cinéma de Boyle ! Sa caméra frénétique capture parfaitement le désœuvrement de cette jeunesse anglaise perdue, tournant en rond et cherchant une échappatoire au triste quotidien de métro/boulot/dodo qui lui semble destiné. On retrouve déjà sa patte graphique dans l’utilisation essentielle de la photographie et des filtres pour illustrer l’évolution de la psyché de ses anti-héros torturés.


Brian Tufano le chef opérateur qui accompagnera Boyle sur Trainspotting n’hésitant déjà pas à créer des plans extrêmement graphiques et tape à l’œil pour illustrer la violence dont sont capables les protagonistes « boylien ». Boyle qui vient du théâtre et de la télé (ou il a notamment produit les téléfilms d’Alan Clarke dont le culte Elephant) accorde une importance capitale à ses décors (l’Inde dans Slumdog Millionnaire en est le parfait exemple, étant un acteur à part entière au récit), reflets de l’environnement social dans lequel ses personnages se construisent et interagissent (il n’est pas anglais pour rien, on retrouve une fibre sociale dans son cinéma). Hors cet appartement grandiloquent (surréaliste de par sa taille et son vide) en plein milieu d’Édimbourg ou se situe principalement l’action du film symbolise cet espoir de grandeur à combler, de vide du quotidien dont il faut s’extirper par tous les moyens possibles, quitte à trahir ses amis. Au delà l’intelligence de masquer le manque de moyens du film en limitant l’action à ce décor grandiose, cela permet aussi de faire monter facilement la tension par une gestion de l’espace astucieuse. La promiscuité des personnages permet à une paranoïa rampante de s’installer dans les différentes pièces de l’appartement à mesure que l’intrigue avance et les personnages se divisent.


Mais pour que toute cette entreprise fonctionne, il fallait justement des acteurs de talent pour nous faire croire à ce glissement moral soudain d’une bande d’amis désœuvrée et légèrement punk aux pires affres de l’avidité et du machiavélisme. Shallow Grave marque ainsi les grands débuts d’Ewan McGregor et Christopher Ecclecston dans des rôles de premiers plans, accompagnés de l’actrice Kerry Fox qui aura moins profité que ses compères du succès du film par la suite. Ce trio est excellentissime, frôlant souvent le surjeu (mais cela va de pair avec le ton du film) et confirme déjà la propension de McGregor à camper des personnages fantasques et torturés, tout comme Ecclecston à incarner des protagonistes imprévisibles et pétris de contradictions. Pour conclure, si le film en fait parfois trop et frôle souvent l’excès dans ses effets ou sa direction d’acteurs, on retrouve déjà toute l’énergie (et la présence omniprésente de musique), le cynisme et cette volonté de nous surprendre jusqu’à la dernière frame qui caractérise le style frénétique de Danny Boyle. A l’instar de ses autres films qui divisent régulièrement les cinéphiles, ce premier long métrage ne convaincra que les convaincus (d’un camp ou de l’autre), mais il est difficile de bouder son plaisir face à cette volonté de divertissement totale, utilisant toutes les armes possibles du médium cinéma, quitte parfois à fatiguer légèrement le spectateur.

Titre Original: SHALLOW GRAVE

Réalisé par: Danny Boyle

Casting : Ewan McGregor, Christopher Ecclecston, Kerry Fox…

Genre: Comédie, Thriller

Sortie le: 19 avril 1995

Distribué par: –

TRÈS BIEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s