Critiques Cinéma

MARIA BY CALLAS (Critique)

SYNOPSIS: « Il y a deux personnes en moi, Maria et La Callas… » Artiste en quête d’absolu devenue icône planétaire, femme amoureuse au destin hors du commun,  Maria by Callas est le récit d’une vie exceptionnelle à la première personne. Callas dévoile Maria, et révèle une personnalité aussi enflammée que vulnérable. Un moment d’intimité auprès d’une légende et toute l’émotion de cette voix unique au monde. 

C’est un superbe documentaire que l’on nous donne à voir au cœur de ce mois de décembre dans les salles obscures. Un très bel écrin documentaire mais qui exclu les spectateurs ne connaissant pas les méandres de la vie de Maria Callas. Mais c’est certainement une belle continuité à l’exposition qui avait lieu à la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt jusqu’au 14 décembre 2017 et dont le réalisateur Tom Volf est le Commissaire d’Exposition. Le documentaire est d’une grande richesse d’archives vidéos rares et de photographies. Il fait la part belle à de nombreux extraits vidéos de morceaux emblématiques de la carrière de Callas comme Casta Diva de Norma, Vissi d’ Arte de Tosca ou la Habanera de Carmen que le spectateur découvre dans leur entièreté. Ce choix justifie d’aller découvrir le documentaire sur grand écran. Ces moments sont saisissants pour qui est ou se découvrira sensible à la voix, à la prestation et à l’incarnation que donnait sur scène la Callas. Ce documentaire peut devenir un choc, une découverte, pour qui ne connaît pas Callas.

Maria By Callas donne envie de voir ou de revoir Callas Forever de Franco Zeffirelli (ami et collaborateur de la Callas) sorti en 2003 avec Fanny Ardant et Jeremy Irons et permet de mettre en lumière le travail, l’implication corporelle de Fanny Ardant avec encore plus de clarté dans son interprétation mimétique de la Callas. Le film de Zeffirelli semble presque réhabilité sous certains aspects grâce à ce documentaire. Là où le bât blesse vraiment, c’est le parti pris du documentaire qui exclu assez régulièrement les spectateurs qui ne connaissent pas en détails la vie de Callas et qui passeront à côté de certaines choses. Il y a également un souci dans la place donnée à la voix off qui est celle parlée de Callas en la personne de Fanny Ardant. Ce choix n’est pas pertinent malgré l’attachement que l’on peu porter à la comédienne. En effet, cette voix off n’est pas omniprésente mais tellement ponctuelle qu’elle vient parasiter le fil conducteur du documentaire avec une emphase qui ne s’y prête guère. Est-ce que le réalisateur a coupé beaucoup de prises vocales de la voix off ? C’est une question à se poser mais ce choix  ne se justifie pas. L’interprétation trop impliquée et emphatique que l’on a demandé à Fanny Ardant ne sert pas le propos. Car les images parlent tout simplement d’elles-mêmes. Le documentaire fait le choix de montrer de multiples extraits d’interviews de Maria Callas. On fait déjà parlé la Divina à la première personne donc pourquoi choisir une autre voix off pour la faire s’exprimer ? L’agencement des extraits d’interview de Callas s’exprime de fait et éclaire le propos de Maria By Callas avec justesse.

Il est à retenir que le documentaire exprime bien la solitude des immenses artistes à la carrière vertigineuse qui ne peut rentrer en corrélation avec une vie de femme accomplie et une vie de famille, ce qui est resté comme un échec douloureux dans la vie de Maria Callas. Cette solitude de l’artiste bigger than life est peinte avec précision dans le Maria By Callas de Tom Volf. Comme si tutoyer les Dieux de l’Opéra ne pouvait vraiment pas se concilier avec une vie dite normale. C’est une vie hors normes que celle de la Callas et donc hors des normes. Il est vrai que Callas aura inscrit sa propre vie dans la tragédie qu’elle incarnait avec tant de talent et de force. En résumé Maria By Callas oscille entre soulever avec délicatesse le voile sur une des personnalités qui a marqué de son sceau indélébile le monde de l’Opéra et la lourdeur d’un geste brusque qui ferait valdinguer le lourd rideau de scène. Le film, bien que bancal mérite le coup d’œil et ce, même s’il s’adresse en priorité aux spectateurs curieux de l’univers de l’Opéra et qui seront sensibles à l’aura de la Callas. Une porte d’entrée qui malheureusement, vu la forme parfois hagiographique que celle-ci prend, pourrait rester fermée à certains, ce qui serait bien regrettable.

Titre Original: MARIA BY CALLAS

Réalisé par:  Tom Volf

Casting : Maria Callas, Fanny Ardant …

Genre: Documentaire

Sortie le : 13 Décembre 2017

Distribué par: Haut et Court

BIEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s