Critique Blu-Ray

LA PLANÈTE DES VAMPIRES (Critique Blu-Ray)

SYNOPSIS: Les vaisseaux spatiaux Argos et Galliot s’approchent d’une planète inconnue dont provient un mystérieux signal. Soudain, l’Argos est pris dans une force d’attraction magnétique faisant perdre connaissance à tous les membres de l’équipage, à l’exception du commandant Mark qui parvient à effectuer les manœuvres nécessaires à l’atterrissage. Après que le vaisseau a touché le sol, Mark a cependant la surprise de voir ses compagnons saisis par une rage homicide, dont ils n’ont plus aucun souvenir une fois qu’ils sont revenus à leurs esprits. L’atmosphère extérieure s’avérant respirable, les astronautes se mettent en route pour rejoindre le Galliot qui s’est posé non loin, mais en arrivant, ils constatent que tous les membres de l’équipage se sont entretués. Les deux vaisseaux étant hors d’usage, les survivants se retrouvent donc coincés sur cette étrange planète, désormais convaincus qu’il s’y tapit une force invisible vouée à les mener à leur perte…

Notons en introduction la traduction totalement tronquée du film italien Terrore Nello Spazio (Terreur dans l’espace) en La Planète des Vampires en français. Mario Bava, prolifique réalisateur italien, fut dans le premier temps de sa carrière et, sous l’influence de son touche-à-tout de père, directeur de la photographie. Son talent se révéla immense et il accéda rapidement au statut de metteur en scène. Ses précédentes collaborations l’ont également amené à devenir un professionnel dans le domaine des effets spéciaux. Coup de maître, son premier long-métrage, Le Masque du démon, sorti en 1960, lui donnera une renommée mondiale. Cinq ans plus tard, il réalise ce qui deviendra un chef d’œuvre de la science-fiction: La Planète des Vampires.

Grâce au soutien de Fulvio Lucisano et Nicolas Winding Refn (Drive et The Neon Demon), il nous est donné la possibilité de découvrir La Planète des Vampires de Mario Bava en version restaurée 4K et on peut se rendre compte du travail titanesque sur l’image par le réalisateur italien. Les couleurs jaillissent comme un feu d’artifice lors de l’arrivée de l’équipage sur cette planète hostile à chaque plan et le spectateur a l’impression de se retrouver dans La nuit étoilée de Van Gogh version flashy. La peinture fut la première vocation de Bava et cela transpire à tous les plans. Certes, les décors peuvent en 2017 présenter un certain aspect kitsch mais pour l’époque, on imagine toute la réflexion du réalisateur pour rendre cette odyssée crédible. Ainsi, la montre permettant la communication entre personnages (sorte de facetime avant l’heure) et les armes futuristes envoyant un laser nous montrent la véritable inventivité de ce film. A noter également, les costumes en cuir de l’équipage qui démontrent le soin apporté à chaque détail de la production, malgré son très faible budget. On réalise qu’avant l’arrivée de l’ère numérique, les artistes tels que Bava redoublaient d’imagination pour concevoir et rendre plausible leurs univers. Rien que pour cela, il faut voir La Planète des Vampires. Quand en plus, on rajoute une virtuosité de la mise en scène avec des mouvements de caméra qui alternent le gigantisme et l’intime, on ne peut que rester admiratif.

La qualité formelle n’est pas la seule réussite du film. Bava mêle différents genres de cinéma et cette agrégation marche parfaitement. Vendu comme un pur film de science-fiction, Bava ajoute le film d’épouvante (le film sera interdit aux mineurs en Italie), le film gothique et le film d’aventures le tout dans une ambiance mortifère propre au réalisateur. Le metteur en scène italien est venu piocher dans des œuvres connues du genre pour enrichir son scénario telle que l’idée de L’Invasion des Profanateurs de Sépultures de Don Siegel avec la possession de l’enveloppe corporelle des humains par les extraterrestres. La menace d’abord extérieure, puis intérieure rend chaque personnage suspect, ce qui nous fait penser immédiatement à Carpenter et son The Thing. Le retournement de situation finale fait passer le film dans une autre dimension, celui des très grands films. A noter pour finir que le synopsis rappelle clairement Alien, Don O’Bannon ne s’étant jamais caché de l’intérêt qu’il a eu pour La Planète des Vampires.

Titre Original: TERRORE NELLO SPAZIO

Réalisé par: Mario Bava

Casting : Barry Sullivan, Norma Bengell, Angel Aranda…

Genre: Science fiction, fantastique

Sortie le: 6 décembre 2017 en Digibook Combo BLU-RAY +  DVD + LIVRET

Distribué par: La Rabbia

TOP NIVEAU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s