Critiques Cinéma

LA COLLE (Critique)

SYNOPSIS: Benjamin hérite injustement de deux heures de colle un samedi. Il réalise une fois sur place que Leila, la fille dont il est secrètement amoureux, fait partie des collés ce jour-là. Et mieux encore : elle vient s’asseoir à côté de lui car il est le seul à avoir son livre de maths ! Alors qu’il va aux toilettes se rafraîchir les idées, lorsqu’il en revient, il se retrouve projeté comme par magie au moment où Leila vient s’asseoir à côté de lui ! Benjamin est bloqué dans une boucle temporelle : s’il s’éloigne de Leila plus de trois minutes, il est renvoyé au début de la colle ! Et tout ça parce que le génie de l’application Akinator a exaucé son vœu de la veille : « Je voudrais que Leila et moi on soit ensemble »… Coller aux basques de Leila jusqu’à la sortie, obtenir un baiser de gré ou de force, Benjamin va tout tenter pour sortir de ce piège, en se coltinant un pion tortionnaire, un gardien libidineux, une infirmière un peu spéciale et la pire bande de cancres du lycée….

La boucle temporelle a la côte dans notre paysage cinématographique actuel. Dans la même mouvance sortira le 5 novembre 2017 Happy Birthdead où une jeune femme essaye de résoudre l’énigme de son propre meurtre commis le jour de son anniversaire qu’elle revit indéfiniment. Une boucle temporelle de l’horreur. Pour ce qui est de La Colle le film reprend le principe de la boucle temporelle si cher à Un jour sans fin (1993) d’Harold Ramis avec Bill Murray et Andie MacDowell. Ce film qu’il vous faut découvrir très vite car c’est un crime cinématographique de ne pas le connaître met en scène un présentateur météo sur une chaîne de télévision régionale de Pittsburgh, prétentieux, aigri et imbu de lui-même, nommé Phil Connors. Le 2 février, il part en reportage à l’occasion du Jour de la marmotte, festivité traditionnelle célébrée en Amérique du Nord le jour de la Chandeleur. Mais une fois le sujet tourné, un blizzard le force à passer la nuit sur place. À chaque fois que son réveil sonne, c’est cette même journée qui recommence : Phil semble bloqué dans le temps jusqu’à ce qu’il ait donné un sens à sa vie. Le film a connu un succès relatif lors de sa sortie aux États-Unis, avant de lentement s’imposer comme référence culturelle.

Dans le film de 1993 c’était un jour de la marmotte sans fin et là c’est le jour de la Colle sans fin. Mais La Colle c’est aussi une reprise de la thématique du vœux qui conditionne le destin exceptionnel de notre héros. Tout comme dans Big de Penny Marshall avec Tom Hanks sorti en 1988 où le héros faisait un vœu par le biais d’un marionnette de foire nommé Zoltar ici c’est sa version 2.0 Akinator. Akinator : Le Génie du web est un jeu sur internet dans lequel l’application essaye de deviner à quoi ou à qui le joueur pense, via une série de questions posées par l’intelligence artificielle.

La Colle lui se s’émancipe pas de ses pères, dommage, il rend des hommages mais force le trait afin de toucher son cœur de cible. C’est le reproche principal qu’on peu lui faire. On aurait attendu plus de finesse enfin ! d’une jeune comédie française dite populaire. Mais à croire malheureusement que pour être grand public, le cinéma français se donne l’obligation de ne pas faire dans la dentelle et c’est bien dommage de raisonner ainsi. Car si le film avait fait avec plus de délicatesse, il aurait été parfaitement réussi et serait resté dans les mémoires. Là c’est une comédie sincère et sympathique mais qui restera anecdotique. On notera la bonne humeur communicative de cette jeune bande d’acteurs. On ne doute pas de l’ambiance colonie de vacances sur le tournage. Quelques astuces de mise en scène sont à noter et à retenir. C’est l’exploitation visuelle et thématique de la Bande Dessinée que pratique le héros Arthur Mazet vu dans Nos Jours Heureux (Toledano Nakache) qui permet des trouvailles intéressantes. D’ailleurs c’est peut être pour ça que à force de pratiquer la caricature dans la BD, le film tombe la tête la première dedans. La Colle est donc un film qui ne renouvelle pas fondamentalement le genre mais qui a le mérite d’être honnête et de porter des valeurs. C’est l’enthousiasme de ces jeunes comédiens qui prévaut et emporte le morceau en ce qui concerne le ressenti chez le spectateur. A voir donc en salles pour se rafraichir cet été.

Titre Original: LA COLLE

Réalisé par: Alexandre Castagnetti

Casting : Arthur Mazet, Karidja Touré, Thomas VDB…

Genre: Comédie

Date de sortie : 19 Juillet 2017

Distribué par: Universal Pictures International France

MOYEN

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s