Au commencement...

Au commencement…. (Séries) Demain nous Appartient 1×1

SYNOPSIS: La baie de Sète. Une violente explosion. Au milieu du chaos, une mère cherche son fils. Etait-il sur l’un des bateaux qui se sont percutés ? Aurait-il participé à ce qui apparaît très vite comme un meurtre ? Prête à tout pour protéger son enfant, sa vie bascule complètement lorsque l’on retrouve sur une plage le corps d’une femme, sa propre sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de quinze ans…

La saga de l’été et TF1 ce fut au long des années une véritable histoire d’amour qui donna naissance à de très gros succès populaires (Le Vent des Moissons, Orages d’été, Terre Indigo, Les Cœurs Brûlés, Les Grandes Marées, Le Bleu de l’Océan, L’Eté Rouge, Zodiaque, Dolmen…). Depuis quelques années déjà, le genre était tombé en désuétude jusqu’au succès l’an dernier de La Vengeance aux Yeux Clairs (pourtant diffusé en dehors de la saison estivale) avec Laetitia Millot et qui restituait tous les codes du genre avec une certaine efficacité. L’arrivée de Demain nous Appartient tous les jours de la semaine tout l’été préside d’une autre stratégie. La première chaine se relance enfin dans le feuilleton quotidien, des années après l’expérience de Seconde Chance qui avait tourné court. Le succès au long cours sur France 3 de Plus Belle la Vie est forcément le maitre étalon sur lequel TF1 lorgne avec ce feuilleton de 26 minutes et la chaine a mis le paquet pour réussir son pari. Un budget pharaonique, des décors somptueux, une distribution qui mélange des figures aguerries de la chaine et de jeunes comédiens prometteurs, une intrigue au long cours qui entrelace une enquête policière aux multiples ramifications et des relations sentimentales multiples, le plus souvent contrariées, bref tous les ingrédients réunis pour que le téléspectateur soit au rendez-vous tous les soirs de l’été.

Difficile de se faire un avis définitif après le visionnage du premier épisode, mais force est de constater que Demain nous Appartient réussit déjà à nous tenir en haleine et à nous donner envie d’y revenir, ce qui est primordial dans ce type de programme. Il est en revanche encore trop tôt pour se prononcer sur l’écriture et sur la densité nécessaire que les auteurs seront parvenus à insuffler à leurs personnages pour leur permettre d’exister sur le long cours. La mise en place de l’intrigue centrale de ce premier épisode nous fait d’emblée entrer dans le vif du sujet sans exposition lente ou faux semblants et on est même au cœur du sujet en quelques minutes ce qui pourra frustrer les amateurs de longues explications détaillées mais comblera ceux qui souhaitent être à la fois dépaysés et séduits par une histoire romanesque qui leur apportera leur dose d’aventures et de romance. Du coup, la vitesse imprimée par la mise en scène et le rythme trépidant empêchent à ce stade une réelle empathie pour les personnages mais a le mérite de ne pas égarer le téléspectateur en circonvolutions superflues. Du genre dans lequel la série s’inscrit, Demain nous Appartient s’en est approprié l’ADN avec une véritable efficacité et sans oublier le moindre ingrédient nécessaire à sa réussite. Toutes les figures imposées semblent déjà au rendez-vous, les invraisemblances y compris, mais ça n’altère en rien le plaisir que l’on a à se plonger dans ce feuilleton qui rappelle par certains côtés les grandes heures d’une télévision de papa, sans pour autant démériter dans sa démarche ambitieuse et accrocheuse. Il faudra voir si la suite est du même tonneau et si les auteurs ne grillent pas toutes leurs cartouches trop vite car comme le dit le proverbe « qui trop embrasse mal étreint » et ce serait dommage de s’essouffler trop rapidement alors que si succès il y a, la série sera amenée à revenir très régulièrement. Rayon distribution, Ingrid Chauvin, Charlotte Valendrey, Alexandre Brasseur, Anne Caillon, Solène Hebert, Patrick Rocca, Samy Gharby ou Lorie Pester forment sur ce premier épisode un ensemble homogène qui confère à Demain nous Appartient non seulement son côté glamour mais qui ne dépareille pas d’un iota dans ce type de format, dont on attend désormais qu’une chose: La suite.

Crédits : TF1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s