Critiques

SANTA CLARITA DIET (Critique Saison 1) A dévorer à pleines dents ?

2,5 STARS MOYEN

santa-clarita-diet-cliff-and-co

SYNOPSIS: Joel et Sheila sont mariés. Tous deux agents immobiliers, ils vivent dans l’insatisfaction de leur petite routine tranquille à Santa Clarita, une banlieue de L.A., jusqu’au jour où Sheila subit une transformation spectaculaire qui les attire vers la mort et la destruction… pour le pire et surtout pour le meilleur !

Entre The Walking Dead, Les Revenants, iZombie et autres Z Nation, on peut dire que les mort-vivants ont la côte ces temps-ci. Voilà donc Netflix s’inscrivant dans la lignée toute tracée de ces succès cathodiques avec Santa Clarita Diet, nouvelle série de Victor Fresco (Better Off Ted), qui suit le quotidien d’une famille californienne tout à fait normale. Sheila (Drew Barrymore) et Joel (Timothy Olyphant) forment un couple d’agents immobiliers effacé et plutôt coincé et élèvent leur fille Abby (Liv Hewson) dans la banlieue de Santa Clarita, au milieu des clôtures blanches et des potins du voisinage. Rien que de très ordinaire donc, du moins jusqu’au jour ou Sheila meurt mystérieusement puis revient immédiatement à la vie et se découvre une passion pour la viande crue, et particulièrement pour la chair humaine. Voilà notre famille normale en proie à un dilemme des plus cornéliens : que faire d’une mère de famille cannibale ayant du mal à contrôler ses instincts de zombie? Son mari Joel se tourne vers le fils des voisins Eric (Skyler Gisondo), le nerd de service, pour les aider à gérer la situation mais hélas, le temps joue contre eux et l’inéluctable dégradation de Sheila est déjà en marche.

Vous aimerez :

Le duo de jeunes. Dès les premières images, il est évident que les deux adolescents sont surtout là pour jouer les personnages secondaires et servir de contraste aux parents. Les adultes sont les plus déjantés tandis que les enfants sont la voix de la raison. C’est un concept qui marche très bien, un peu trop bien d’ailleurs, puisque Hewson et Gisondo ne tardent pas à éclipser leurs aînés, se trouvant généralement beaucoup plus à l’aise avec le ton de la série.

Le script. La prémisse peut paraître prévisible, mais faites confiance à Victor Fresco pour vous surprendre à chaque détour de l’intrigue. Les révélations ont beau ne pas être choquantes, elles ont toujours le mérite d’être intelligentes et inattendues, ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais dans cette petite banlieue de Californie.

L’humour. C’est absurde, décalé et parfois carrément déroutant, mais le fait est que les blagues sont extrêmement bien ficelées. Bien sûr, elles ne tombent pas toutes à point nommé, et certains des acteurs ont plus de mal que d’autres avec le rythme syncopé de la série, mais l’ensemble est cohérent, drôle, et surtout, la série sait exactement où elle veut en venir.

Vous n’aimerez peut-être pas :

La réalisation. Soyons francs, quand on parle de réalisation ici, il ne s’agit pas des plans, de cadrage ou de montage, mais plutôt de direction d’acteurs. Les scènes en elles-mêmes sont très bien construites, les dialogues serrés et les blagues, quoique pas toujours subtiles, efficaces. Le problème se trouve dans le passage du papier à l’écran et dans une tension palpable chez certains des comédiens qui n’ont pas toujours l’air très sûrs de là où ils veulent en venir.

Le gore. La série n’a pas froid aux yeux et n’hésite pas à en surajouter question hémoglobine, suc gastriques et autres délicatesses du genre. Voir Drew Barrymore essayer de maintenir son orteil en place avec du fil et une aiguille plaira certainement aux plus aventureux mais risque de décourager les âmes sensibles. On vous aura prévenus.

Drew Barrymore. D’après le créateur, le rôle de Sheila aurait été écrit spécifiquement pour l’actrice et c’est donc bien dommage que l’héritière de la dynastie Barrymore soit la moins crédible dans son rôle. L’avantage, c’est qu’elle s’amuse clairement comme une petite folle. L’inconvénient, c’est que malgré tout le peps qu’elle insuffle à Sheila, sa performance manque de nuances et tend davantage vers l’adorable petit chiot que vers la mère de famille faisant face à une crise existentielle.

Au final, Santa Clarita Diet est une gentille comédie bien sympathique, bien écrite et plutôt bien menée. Vous ne vous précipiterez sans doute pas sur l’épisode suivant parce que vous mourez d’envie de savoir la suite, mais ça vous délassera sans doute très bien après une longue journée au bureau.

Crédits: Netflix

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s