Critiques

DEAD FLOOR (Critique) Satellite accessoire?

2,5 STARS MOYEN

dead-floor-cliff-and-co

Avant la diffusion de la suite de Dead Landes sur France 4, rapide retour sur le spin-off de la série : Dead Floor. Visible avant la série elle-même, la web-série fait office de preview à Dead Landes, en s’attachant au sort de malheureux étudiants en médecine rescapés d’une soirée bien (bien) arrosée à la boîte de nuit l’Armagedance – ponctuée de savoureux commentaires des viewers connectés au compte de Max, l’œil de la soirée – et qui s’y trouvent bloqués suite au cataclysme inexpliqué qui a pareillement touché le camping l’Escapade.

Les cinq épisodes, d’une dizaine de minutes chacun, donnent quelques indices supplémentaires pour comprendre l’origine du brouillard qui s’est abattu sur les landes, et surtout sur ce qu’il est advenu de la secte créée autour de Lou Carcohl, encore en activité quelques décennies en arrière. Des indices oui, mais encore peu de réponses. Dead Floor se présente plus comme un œilleton braqué sur un microcosme hyperconnecté en crise, parce que (presque) entièrement coupé du monde et sans vivres. Un microcosme dont les hormones demeurent, même au beau milieu du chaos, en ébullition, les protagonistes renvoyés assez rapidement à leurs instincts primaires. Là où, à l’Escapade, un semblant d’ordre persiste, maintenu par l’urgence de prendre les bonnes décisions, les jeunes coincés à l’Armagedance laissent la panique les envahir, les évènements les dépasser, et l’urgence de vivre les submerger, à mesure que l’inéluctabilité de leur sort se précise.

Sorte d’énorme after désenchantée, Dead Floor reste cependant un satellite accessoire à Dead Landes. Ni véritable intro, ni chronique simultanée de l’apocalypse (même si les événements se déroulent en parallèle aux deux endroits), il gravite assez nonchalamment autour de la série, sur le même principe de found footage : rien ou presque n’échappe à la caméra de Max, confinée cependant aux décombres de la boîte de nuit. Dead Floor aurait sans doute, ironiquement, gagné à être un one shot de 40 minutes plutôt qu’une web série, même si le besoin de teasing soutient la logique de fragmentation en courts épisodes. Pas indispensable, donc, mais sympathique prélude à Dead Landes en forme de huis-clos, moins drôle que la série-mère cependant.

Attention : la suite de Dead Landes est à découvrir samedi 10/12 à 22h40 sur France 4.

Retrouvez notre critique de la saison 1;

https://leschroniquesdecliffhanger.com/2016/12/03/dead-landes-critique-saison-1certifiee-creation-originale-a-decouvrir-durgence/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s