Au commencement...

Au commencement… (Séries) Chance 1×01 & 02

2 STARS PAS GENIAL

chance-au-commencement

SYNOPSIS: Neuropsychiatre consultant dont la famille vole en éclats, le Dr Eldon Chance doit faire face à un divorce tendu et à des secrets qu’il tente de garder enfouis. Lorsqu’il tente de venir en aide à une patiente souffrant d’un dédoublement de personnalité, dont la vie est menacée par un mari abusif, Chance est propulsé malgré lui dans un monde violent et dangereux, peuplé de policiers corrompus et de criminels.

C’est une histoire qui commence comme toutes les histoires ; avec un élément perturbateur. Dans la vie du docteur Eldon Chance (Hugh Laurie), neuropsychiatre bien établi à San Francisco, l’élément en question se présente sous la forme de Jacklyn Blackstone (Gretchen Mol), femme battue qui débarque un jour dans son bureau avec ce qui ressemble à de sérieux troubles de la personnalité. Le pauvre docteur Chance est en pleine crise de conscience, pris entre un divorce des plus compliqués avec sa femme Christina (Diane Farr) et une liste d’échecs professionnels qui ne cesse de s’allonger, pleine de patients malheureusement trop blessés pour être sauvés. Chance tente bien de recommander les services d’une de ses collègues, le docteur Suzanne Silver (LisaGay Hamilton) pour s’occuper de Jackie, mais quand le même docteur Silver le rappelle pour lui annoncer que le mari de la patiente a envoyé cette dernière à l’hôpital, Eldon Chance se retrouve malgré lui pris au piège d’un monde violent et corrompu bien plus dangereux que celui de son cabinet.

Commençons par une évidence : Hugh Laurie est un acteur exceptionnel. Il était brillant dans House, une série dotée d’un script en or massif, il était brillant dans The Night Manager malgré une qualité d’écriture en-dessous de ce à quoi il était habitué, et il est brillant ici, malgré un scénario qui se prend les pieds dans le tapis à chaque fois qu’il en a l’occasion. La formule du « pauvre type fatigué par sa routine qui balance tout en l’air parce qu’une belle blonde aux allures de cygne blessé entre dans son bureau », on l’a vue et revue, et re-revue depuis l’époque d’Alfred Hitchcock, Billy Wilder et autres Robert Siodmeck (bon d’accord, dans Les Tueurs, Ava Gardner n’était pas blonde, mais c’était le seul facteur variable du film). Bref, quand on se lance à l’assaut d’un genre établi par certains des plus grands noms du septième art, la pression est réelle, les attentes aussi, et l’approche « peinture par numéros » adoptée par la série est fortement déconseillée. Chance se heurte à tous les clichés possibles et imaginables, pris au piège de son genre et incapable de s’en sortir, un peu comme une mouche qui s’écrase contre une vitre fermée et retente le coup cinq minutes plus tard.

La série est directement adaptée du livre éponyme de Kem Nunn, auteur californien adepte du « surf-noir », un genre hybride qu’on pourrait décrire comme « sea, sex, sun and murder ». Nunn est co-créateur de la série, un crédit qu’il partage avec la scénariste Alexandra Cunningham (Desperate Housewives, Aquarius) et tous deux se chargent de la rédaction des dix épisodes de la saison 1 (avec un petit coup de main de Victoria Morrow) et probablement de la saison 2 puisque Hulu a vu large et commandé deux saisons. Cette nouvelle tendance qui consiste à engager de moins en moins de scénaristes pour écrire une série a beau avoir l’avantage de garantir un ton homogène, elle a aussi un gros inconvénient ; celui de s’interdire toute amélioration. En effet, à moins d’avoir un génie du calibre de Steven Knight ou Amy Sherman-Palladino, le scénariste unique donne trop souvent naissance à des séries de qualité moyenne, voire médiocre, et le manque de sang frais et de perspectives parmi les writers rooms signifie que très souvent, les séries ne parviennent pas à corriger leurs problèmes avant qu’il soit trop tard. Dans le cas de Chance, la bouée de sauvetage viendra peut-être de la performance de Laurie, qui crève l’écran comme d’habitude, mais peut-on vraiment demander à un acteur de relever tout seul le niveau ?

Crédits: Hulu

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s