Critiques

BRAINDEAD (Critique Saison 1) Une invasion qui triture les méninges

braindead

SYNOPSIS: Laurel Healy fait ses premiers pas à Washington dans le cabinet de son frère, sénateur au sein de l’administration américaine. Alors que le gouvernement est en crise, des insectes venus de l’espace se nourrissent peu à peu des cerveaux des membres du Congrès et des employés de la Maison Blanche, prenant le contrôle du pays. La jeune débutante va-t-elle parvenir à enrayer le problème et sauver la nation ?

Braindead est la nouvelle série de Michelle et Robert King, connus pour avoir créé la série The Good wife en 2009. On retrouve au casting Mary Elizabeth Winstead (Lucy Mc Clane dans les derniers Die Hard) dans le rôle de la chef de cabinet de son frère sénateur démocrate campé par Danny Pino (Scandal, New York Unité Spéciale), tandis que Tony Shalhoub (Monk) incarne le sénateur républicain, épaulé par Aaron Tveit (Graceland, Gossip Girl). Changement de cap ici pour cette série au titre évocateur et un brin surprenant au vu du parcours de ses créateurs. En effet, le point de départ de l’histoire est bel et bien une invasion extra-terrestre orchestrée par des insectes mangeurs de cerveau humain. On comprendra rapidement que ce sujet est en réalité davantage un subterfuge pour s’intéresser au petit monde des politiques et plus précisément ici des sénateurs américains et de leurs équipes respectives. Il faudra un ou deux épisodes pour s’immerger dans l’univers de cette série quelque peu décalée et assez peu conventionnelle, malgré le cadre choisi a priori très sérieux. L’élément fantastique, s’il est bien présent et réel et s’il sert vraiment d’arc narratif autour duquel les personnages principaux évoluent et s’opposent tout au long des treize épisodes de cette première saison, revêt davantage l’aspect d’un vecteur d’humour. En effet, Braindead a davantage des allures de comédie autour de la politique que de thriller fantastique se déroulant dans un univers politique.

C’est d’ailleurs cette formule originale, qui aurait pu paraître bancale au premier abord et qui peut déstabiliser pendant un ou deux épisodes, qui fonctionne parfaitement, au point de rendre cette série très plaisante et même par moments, irrésistible.
Pointant du doigt plusieurs aspects très contemporains de notre société et de sa vie politique, Michelle et Robert King parviennent à faire mouche lorsqu’ils se livrent à la satyre. Ils réussissent de façon brillante à mettre en relief les principaux défauts du bipartisme américain, les travers de l’appareil politique américain, les coups bas incessants et une perte d’idéaux parfois flagrante.

Les personnages principaux de Braindead sont particulièrement réussis et surtout très attachants, à commencer par Laurel Healy, incarnée par une Mary-Elizabeth Winstead parfaite de bout en bout. Laurel représente le personnage le plus innocent et qui découvre tout de ce milieu en répondant à l’appel de son frère. En cela, elle ouvre au spectateur les portes de cet univers particulier et détient les caractéristiques idéales pour créer l’empathie. Sa relation avec Gareth (Aaron Tveit) est très juste et crédible, même si on pourrait la qualifier par moments de prévisible. L’alchimie entre les deux acteurs fonctionne à merveille. Danny Pino fait preuve de beaucoup de charisme et de charme, pour incarner un jeune sénateur ambitieux très intéressant à voir évoluer à l’écran. On regrettera presque que le personnage campé par Tony Shalhoub, pourtant réussi, ne soit pas un peu plus fou ou déjanté, quand on connaît le potentiel de l’acteur.

On notera tout de même quelques défauts à la série, qu’on lui pardonnera bien volontiers. Au premier rang des petits reproches qu’on peut lui faire, le name dropping un peu trop récurrent, notamment en ce qui concerne les deux candidats à l’élection présidentielle américaine à venir. L’idée ajoute au côté réaliste de l’univers dans lequel évoluent nos héros, mais elle est peut-être un peu maladroite et ce point contribuera à ce que la série vieillisse mal. L’autre défaut à pointer est sans doute son problème de rythme et d’identité sur les deux premiers épisodes, puisqu’on ne sait pas vraiment où on a mis les pieds quand on débute le visionnage de cette première saison. Cet écueil sera rapidement balayé, notamment dans la seconde partie de la saison, parfaitement maîtrisée à tous les points de vue. Braindead est une série très réussie, drôle, aux personnages attachants, aux décors et à la photo soignée et au casting remarquable.  Si son style ne plaira sans doute pas à tout le monde, cette série est pour autant hautement recommandable.

Crédits: CBS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s