Critiques

VICE PRINCIPALS (Critique Saison 1) Guerre de tranchées

3 STARS BIEN

vice_principals

SYNOPSIS: Neal Gamby et Lee Russell se partagent le poste de vice-principal dans un lycée américain, mais l’un comme l’autre est bien déterminé à décrocher le rôle tant convoité de principal de l’établissement.

De Laurel et Hardy à Bourvil et De Funès, la formule a fait ses preuves : prenez deux acteurs débordant de talent, écrivez-leur des personnages qui s’opposent, donnez-leur un but commun, et bim, bam, boum, voilà de la comédie étincelante à vingt-quatre carats qui ne vieillira jamais. Danny McBride, créateur, réalisateur et star de la nouvelle comédie de HBO Vice Principals, le sait bien, et, épaulé par Jody Hill, co-créateur avec qui McBride avait collaboré sur Kenny Powers, il met en œuvre tout son savoir comique au service de son histoire pour une première saison des plus explosives. La prémisse est simple : le principal d’un petit lycée paumé de l’État de Géorgie (Bill Murray) part à la retraite, laissant ses deux directeur-adjoints se battre pour la place qu’il laisse vacante. Neal Gamby, interprété par Danny McBride, abrupt, divorcé et amateur de langage coloré et Lee Russel (Walton Goggins), métrosexuel hypocrite au sourire ultra bright se détestent et les deux rivaux sont prêt à tout pour gagner la partie, jusqu’à ce qu’un tierce fasse son entrée en la personne de Belinda Brown (Kimberly Hebert Gregory), principale ultra compétente que le lycée a fait recruter pour remplacer Bill Murray. Nos deux adversaires vont dont faire équipe pour discréditer la nouvelle venue afin que l’un d’entre eux puisse prendre sa place.

VICE PRINCIPALS 1 CLIFF AND CO

Pour parler de Vice Principals, il faut d’abord mettre certaines choses en contexte. L’État de Géorgie, et tout le Sud des États-Unis faisaient partie de la Confédération qui s’est opposée au Nord pendant la Guerre de Sécession Américaine. On ne va pas se lancer dans une grande analyse de l’histoire, mais en gros, le Nord voulait abolir l’esclavage et empêcher les États du Sud de régner en maîtres sur l’économie du pays et le Sud ne voyait pas pourquoi il devrait abandonner ses traditions bien-aimées et payer les Noirs qui travaillaient dans ses champs de coton. Il n’est donc absolument pas anodin que nos héros, deux hommes Blancs vivant relativement confortablement (pas la panacée non plus, mais ils vivent plutôt bien) s’opposent violemment et de façon outrancière à une femme Noire. McBride et Hill sont trop intelligents pour faire ce genre de choix sans y réfléchir profondément (surtout en vue du contexte politique actuel où le mouvement Black Lives Matter fait rage aux États-Unis) et ils forcent le trait de manière outrancière et délibérée, une espèce de lettre d’amour ironique en forme d’énorme doigt d’honneur à cette tranche de la population qui voit encore le Klu Klux Klan comme une organisation respectable. Nos deux héros sont violents, extrêmes, balourds et partisans de l’humour façon enclume qui ne s’encombre pas de subtilités. On est dans l’irrévérence la plus totale et la truculence de McBride se pose en fer de lance dans une histoire qui se veut un pavé dans la mare du politiquement correct.

VICE PRINCIPALS 2 CLIFF AND CO

Il y a ceux pour qui ce genre de claque comique arrivera comme un vent frais dans la chaleur de l’été et un monde de plus en plus tendu ou chaque parole est scrutée, disséquée et transformé en un gif qui vivra éternellement dans les sempiternelles spirales d’Internet. Et puis il y a aura ceux qui se fatigueront de voir deux hommes d’une quarantaine d’années mener une guerre mesquine comme des gamins geignards qui n’ont pas eu droit à leur glace. C’est le genre de série qui ne fera pas que des adeptes et les réponses des spectateurs dépendront des goûts de tout un chacun. Cependant, on se doit de reconnaître que Vice Principals sait exactement où elle met les pieds et n’hésite pas quand à la marche à suivre. Elle avance sur la route qu’elle s’est tracée avec la grâce d’un bulldozer, cheveux au vent.

Crédits: HBO / OCS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s