Au commencement...

Au commencement… (Séries) The Catch 1×01 & 02

catch AU COMMENCEMENT

3 STARS BIEN

SYNOPSIS: Détective privée dans un prestigieux cabinet de Los Angeles, Alice Vaughan est sur le point de se marier. Lorsqu’elle découvre que son fiancé est en réalité un escroc particulièrement habile qui a fait d’elle sa dernière victime, elle décide de tout mettre en oeuvre pour le retrouver. Un dangereux jeu du chat et de la souris débute alors…

How To Get Away With Murder avait séduit les fans et la critique l’année dernière, ce n’était donc qu’une question de temps avant que Shondaland, la maison de production de Shonda Rhimes ne retente l’expérience et parie à nouveau sur un jeune scénariste sorti tout droit de son écurie. C’est donc Allen Heinberb, collaborateur de longue date de Rhimes qui se charge de développer The Catch, nouveau projet de la maison, tandis que Jennifer Schuur, Kate Atkinson et Helen Gregory partagent avec lui le crédit de créateur.

La série s’établit confortablement dans la lignée des séries de Shondaland : notre héroïne Alice Vaughan (Mireille Enos) est une femme d’affaire accomplie, co-fondatrice d’une des plus prestigieuses agence de détectives (et accessoirement de sécurité informatique) de Los Angeles. Talons aiguilles, garde-robe haute couture et compte en banque bien rempli, Alice est un as dans son domaine et n’a pour ainsi dire aucun problème dans la vie, jusqu’à ce que son fiancé Christopher (Peter Krause) disparaisse avec toutes ses économies et les numéros de compte de ses clients. Horreur ! Alice se rend compte qu’elle a été la victime d’un arnaqueur professionnel, une espèce d’Arsène Lupin de la haute avec un CV criminel long comme le bras. Alice n’est pas du genre à se lamenter trop longtemps sur son sort, et il lui faut peu de temps pour décider de se lancer à la poursuite de l’homme qui l’a trahie. Épaulée par son équipe de bonnes bouilles qui débitent à toute allure des explications complexes sur le fonctionnement de leurs diverses aires d’expertises, Alice ne tarde pas à retrouver la trace de Christopher, et commence alors une longue partie de cache-cache entre nos deux tourtereaux. Car Christopher n’a pas pu s’empêcher de tomber fou amoureux d’Alice, et bien que ses associés le supplient de faire le mort pour quelque temps, il ne peut se résoudre à laisser la belle rousse l’oublier.

Les premiers épisodes établissent splendidement le monde et les règles qui le régissent. On est dans la sphère des multimillionnaires et milliardaires internationaux et c’est à qui piratera le réseau informatique de l’autre en premier. Si la prémisse est solide et la réalisation soignée, force est de constater que le charme habituel des séries estampillées Shonda n’opère pas cette fois-ci. La faute sans doute au scénario qui balance les retournements et coups de théâtres à tout bout de champs, sans jamais vraiment laisser le temps aux personnages de trouver leurs marques, aux enjeux de s’établir, et au spectateur de respirer. Il arrive parfois que les acteurs sauvent un scénario un peu bancal grâce à cette magie inexplicable dont ils sont parfois capables en dépit de leurs circonstances, mais malheureusement, ce n’est pas le cas ici. Mireille Enos ne s’en tire pas trop mal avec son interprétation de reine des glaces faite d’acier trempé, mais le reste des acteurs reste loin derrière. Peter Krause notamment, manque singulièrement de charisme, ce qui est problématique pour un personnage dont le succès repose en majeure partie sur son pouvoir de séduction. De même, les seconds rôles se fondent quelque peu en une masse indistincte de jolis visages et de blagues convenues, ce qui est bien dommage, car s’il est une chose qui a fait de Shondaland un phénomène interplanétaire, c’est bien la capacité de ses scénaristes à créer des personnages complexes et faillibles auxquels il était facile de s’identifier. On espère que tout cela saura se mettre en place au cours de la première saison et que toutes ces difficultés ne sont dues qu’au aléas du début et non à quelque chose de plus profond. A surveiller.

Crédits: ABC/ Canal +

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s