Critiques Cinéma

STAR WARS : EPISODE VII – LE REVEIL DE LA FORCE (Critique)

4,5 STARS TOP NIVEAU

STAR WARS LE REVEIL DE LA FORCE AFFICHE

SYNOPSIS: Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga « Star Wars », 30 ans après les événements du « Retour du Jedi ». 

C’est à coup sûr l’évènement cinématographique majeur de l’année 2015 (avec la sortie de Mad Max Fury Road), peut-être même de la décennie. Un nouvel opus de la saga Star Wars, dix ans après que George Lucas ait mis un point final à sa prélogie tant controversée et plus de 30 ans après que Le Retour Du Jedi ait clôturé la trilogie originelle. Dire que l’Empire Disney, qui s’est payé la Galaxie Lucas était attendue au tournant sur ce coup là relève du doux euphémisme. La maison mère de la souris aux grandes oreilles a eu le nez creux en faisant appel au wonderboy J.J. Abrams, l’homme qui a dépoussiéré les mythes Mission: Impossible ou Star Trek. Car tout réussit au phénomène Abrams qui avant d’être un scénariste doué et un réalisateur de talent est surtout un fanboy qui s’assume et qui sait comment rendre hommage au cinéma qu’il aime et qui l’a construit sans pour autant le singer. C’est la force de cet Épisode VII que d’être le film d’un fan qui a assimilé tous les codes qui construisirent le mythe et de les restituer à sa sauce en les mixant à de nouveaux éléments qui s’inscrivent magnifiquement dans la continuité de l’une des franchises les plus lucratives de l’Histoire du cinéma. En respectant totalement l’univers mis en place par George Lucas à partir de 1977, J.J. Abrams se met d’emblée dans la poche toute une génération de spectateurs mais il a l’intelligence de ne pas se contenter d’un fan service qui aurait pu phagocyter le récit et se résumer à une succession de clins d’œil certes savoureux, mais limités. Hors, si les personnages d’antan sont de retour, si les frissons de nostalgie nous accompagnent à plusieurs reprises, chaque apparition, chaque allusion à des faits antérieurs fait sens et fait avancer une histoire sans doute pas révolutionnaire mais suffisamment efficace pour qu’on suive l’ensemble avec des étoiles dans les yeux et cramponné à son siège.

STAR WARS LE REVEIL DE LA FORCE 1

C’est que J.J. Abrams ne s’est pas contenté de faire appel aux icônes, il a aussi ramené dans le giron de la franchise le co-scénariste Lawrence Kasdan afin de s’assurer qu’il n’y aurait pas de manquement à l’esprit Star Wars et pour retrouver l’efficacité narrative de L’Empire Contre-Attaque notamment, considéré par beaucoup comme le meilleur épisode de la saga. On y retrouve les figures imposées de la franchise, la notion du bien contre le mal, la démocratie contre la dictature, le petit groupe de résistants contre l’envahisseur, les références aux conflits guerriers divers et variés ne manquant pas de sauter aux yeux. Au delà du tour de force scénaristique de parvenir à mélanger anciens et nouveaux sans que jamais cela ne semble factice ou opportuniste, l’intrigue du film est maligne avec une montée en puissance constante de la dramaturgie qui trouve son climax dans plusieurs scènes clés qui raviront puristes et néophytes. Le film réussit aussi la prouesse d’être surprenant, de ne pas constamment emprunter des chemins balisés et de ne pas céder aux figures imposées avec un air faussement cool. Le Réveil de la Force bénéficie même d’un charme vintage du plus bel effet, ce qui n’en fait pourtant jamais une pièce de musée. Au contraire le dynamisme pétillant du film lui confère un rythme constant sans sacrifier à la shaky cam et à un montage épileptique dès lors que l’action se met en route. Et la mise en scène au cordeau de J.J. Abrams, son ampleur et sa fluidité permettent une immersion totale dans ce nouvel univers bien aidé par une 3D d’excellente tenue. Si tout cela fonctionne aussi bien ce n’est pas uniquement par un pouvoir nostalgique qui dépasserait toute l’entreprise, mais bien par la remise en perspective de tout un univers à la fois réinventé, retravaillé, reconstruit et repoli sur la base de la première trilogie et auquel la modernité apporte une mise à jour salutaire et un souffle nouveau. Ce souffle il est porté par des personnages formidables dont l’exposition par petites touches successives est remarquable. En quelques scènes, J.J. Abrams crée sous nos yeux ébahis de toutes nouvelles icônes avec leur propre background, leurs propres failles, leur héroïsme et en cela il met en place un terreau de premier ordre pour étendre l’univers de la saga, lui donner une nouvelle mythologie et lui offrir de nouvelles perspectives.

le reveil de la force 2

Pour que les personnages soient convaincants il fallait des acteurs qui les incarnent avec talent, moelle et implication. Et là pour le coup, John Boyega et Daisy Ridley sont parfaits. Intenses et héroïques sans que jamais leur humanité ne s’efface derrière leurs actes. Ils se complètent, nouent des relations fortes qui seront exploitées à n’en pas douter dans les films suivants et deviennent instantanément, dès qu’ils apparaissent à l’écran, ces nouvelles icônes que les spectateurs consciemment ou non, appelaient de leurs vœux. Autour d’eux, Oscar Isaac confirme un charisme grandissant et impose naturellement un personnage séduisant et vif qui semble quelque peu sacrifié au montage, sans doute pour resserrer l’efficacité du film. Alors film parfait? N’exagérons rien et nous ne passerons notamment pas sous silence les performances un chouia appuyées d’Adam Driver (Kylo Renn) ainsi que celle d’Andy Serkis dans la peau du leader Snoke. La musique de John Williams elle se contente de recyclage pas désagréable évidemment, mais pas novateur pour un sou, ce qui pour un blockbuster de cet acabit laisse quelque peu à désirer.

le reveil de la force 3

Bon évidemment Harisson Ford dans les habits de ce bon vieux Han Solo est là, Carrie Fisher, C3-P0, R2-D2, Chewbacca aussi, et les revoir avec le poids des années, agrémenté de notre histoire intime avec ces personnages qui font partie intégrante de  nos vies et qui y sont pour certains comme des repères, vecteurs de passion, file une chair de poule de tous les diables. Et cette fin, notamment ce plan final qui frise la perfection et qui ouvre la voie à tout un pan d’une nouvelle histoire, nous emporte déjà dans le futur. Car après s’être appuyé sur le canevas de Star Wars: Un nouvel espoir, J.J. Abrams a réouvert une brèche qui, au-delà de mettre à coup sûr en émoi des millions de spectateurs, va les faire s’engouffrer dans l’espace temps qui les sépare du prochain volet avec l’impatience des amoureux transis.

STAR WARS LE REVEIL DE LA FORCE AFFICHE

Titre Original: STAR WARS : EPISODE VII– THE FORCE AWAKENS

Réalisé par: J.J. Abrams

Casting : John Boyega, Daisy Ridley, Harisson Ford,

Adam Driver, Oscar Isaac, Carrie Fisher…

Genre: Aventure, Action, Science-Fiction

Sortie le: 16 décembre 2015

Distribué par: The Walt Disney Company France

4,5 STARS TOP NIVEAUTOP NIVEAU

Advertisements

7 réponses »

  1. Ce qui m a contrarié c est le manque de cohérence au regard de l histoire décrite par les 6 premiers épisodes ! L empire a mis longtemps à installer sa dictature avant d être supplanté par la République à la fin de l épisode 6 ! Or 30 ans après Le premier ordre a une puissance supérieure à l Empire! Que s est il passé pour que ce rapport de force ( sans jeu de mots ! ) s inverse ? De fait le premier ordre devrait être une rébellion et la République le pouvoir en place ! Ainsi le terme résistance n est pas approprié aux héros ! Enfin JJ Abrams n innove pas du tout en nous proposant une 3 eme attaque d une étoile de la mort !! Avec le même déroulement ( annulation des boucliers puis destruction par la chasse qui pénètre dans l étoile etc ) . Si l ensemble est plaisant et vintage , on présume que l originalité est conservée pour les épisodes 8 et 9 !

  2. Superbe critique ! Je n’ai pas encore été voir le film, la foule me fait encore un peu peur mais j’essaierai de le voir avant la fin de l’année, c’est certain. Et comme en plus ton enthousiasme est contagieux…

  3. Bonjour, votre article s’appelle « critique », à part nous dire que c’est parfait, grandiose, je ne vois aucune mise en perspective, aucune discussion de fond autour du film, je trouve ça dommage, peut être avez vous écrit celà trop à chaud ?

    Si la réalisation est soignée, les nouveaux acteurs (Rey et Finn ++) sont convaincants, ce SW a des problèmes majeurs :
    1. Aucune logique entre la série précédente et ce nouvel épisode : dans le VI, l’empire est vaincu, des scènes de liesse dans toutes les planètes… Dans cet opus, la transition est dans le texte d’introduction. L’empire est revenu comme par magie, sous le nom de « Premier ordre », avec une planète noire 5* plus grosse. Ils ont reformé une armée de starship troopers, qui ont d’ailleurs assez mal vieilli avec un aspect plastique des plus kitsch… La nouveauté est qu’ils sont capables de faire des saluts nazis, audacieux !. La république est évacuée en une poignet de seconde (une petite explosion et puis voilà), il y a par contre des rebelles (alors que l’empire était vaincu.. donc des résistants / rebelles alors qu’il y a une république ???? ah bon bizarre mais soit !

    2. Aucune idée nouvelle dans le scénario, ou nouvelle histoire, il aurait fallu tout simplement appelé ça un remake ! Scénario calqué avec l’épisode IV, avec des switchs, homme/femme, bon fils / mauvais fils, etc… De ce fait, il n’y absolument aucune émotion, aucun moment de tension, car on sait à l’avance tout ce qui va se passer …

    3. Je ne vais pas développer, mais toute la mythologie autour de la force et du coté obscur est sous exploité, le film est extrêmement manichéen alors que l’essence même de SW repose sur ce questionnement, tiraillement entre la force et le coté obs … très très décevant de ce point de vue

    Il y en aurait encore beaucoup à dire, passer 2 ou 3 jours après le visionnage, comme l’impression d’avoir été pris pour un pigeon, le cahier des charges est assez bien respecté, les fans en ont pour leur souvenir quitte à virer au kitsch et friser le ridicule par moment …Il n’y a bien que les 2 jeunes acteurs qui sauvent le film pour moi, surtout Rey par sa présence et son interprétation assez profonde

  4. Bonjour ! merci pour votre commentaire! Il me semble avoir relevé quelques points négatifs pour tempérer mon enthousiasme bien réel que vous êtes bien évidemment en droit de ne pas partager. Je n’ai pas me semble t-il dit que le film était parfait, au contraire, même si j’y ai de mon point de vue décelé bien plus de positif que vous. De même j’ai laissé mon avis reposé 48 heures avant d’écrire mon texte pour ne pas être dans l’enthousiasme aveugle. Je précise également que le film s’appuie sur le canevas de l’épisode IV ce qui pour vous semble rédhibitoire ce qui n’est absolument pas mon cas. Par ailleurs je ne partage pas votre avis sur le ridicule ou le respect du cahier des charges. J’y ai vu pour mon cas un film qui respecte la première trilogie et s’en empare pour tisser un premier film d’exposition avant d’exploiter de nouveaux enjeux dramaturgiques. Je vous rejoins par contre sur la qualité des nouveaux comédiens!

  5. Pas du tout d’accord avec votre critique. Pour ma part, j’ai même était vexé par le film tant était forte l’impression désagréable d’être invité au bal des imbéciles… La critique, disney et le scénariste ont vendu d’une seule et même voix un nouvel opus “envoutant” et “réinventé”.. Au lieu de cela ? Du désert, dark vador, le falcon milenium, le monde des brigands, un duel père fils, une étoile noire, un méchant sous hologramme, un perso mythique qui meurt en milieu de film, un message d’R2D2, un vieux brigands de 1000 ans contre 800 ans… çà ne vous fait penser à rien ? Star wars 7 est à star wars 4 ce que Snatch est à arnaques crimes et botanique : un remake déguisé. Un reboot. Rien d’autre. Un nouvel épisode business politisé dans le respect des quotats. Pire encore, cette fois-ci, c’est un pale remake car le 7 n’égale pas le 4, faute au manque de substance de ces personnages. Oser déguiser un remake pour Star wars, c’est offensant, éprouvant, désespérant. Que la critique appuie le Film ? Exaspérant… Star Wars est la série la plus mythique de l’histoire du cinéma. Une série racheté 4 milliards de dollars. Ils pouvaient se payer les meilleurs scénaristes et proposer une nouvelle explosion d’inventivité, de voyage, de rebondissement… Le résultat est tout autre.. Un nouveau mythe égorgé comme l’ont été Die hard (die hard 5…), Terminator.. Ou quand le business assassine un mythe. En silence. Cette épisode 7 est très bien accueilli actuellement. Je parie q’il vieillira pourtant comme la honte de la série et qu’il permettra au cycle 1, 2, 3 de trouver le respect qu’il mérite. Car à défaut d’égaler l’original, il l’a réinventé. Proposant un univers totalement nouveau, un contexte politique bouleversé; une vraie tentative de création. La faille de la chute connue à l’avance restera son poids lourd, mais ce ne sera qu’une plume légère face au constat accablant de l’immense irrespect ressenti face au triste épisode 7 et certainement au cycle 3. Un remake déguisé au parfum de billet vert reflet de l’irrespect du mythe et de ces fans. M. JJ Abrams, il vous reste 2 tentatives pour sauver le vaisseau avant qu’il n’explose en plein vol. Un conseil ? évitez déjà de faire de Luke le nouveau Yoda et de Rey la nouvelle skywalker -fille de L ? – comme cela en prend le chemin. OPEN YOUR MIND.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s