Au commencement...

Au commencement… (Séries) The Grinder 1×01

THE GRINDER AU COMMENCEMENT

4 STARS EXCELLENT

SYNOPSIS: Lorsque sa série touche à sa fin, Dean Sanderson retourne dans sa ville natale et pense pouvoir reprendre le cabinet d’avocats de ses parents, sous prétexte qu’il en a joué un sur petit écran.

La dernière comédie de la chaîne FOX faisait déjà parler d’elle avant même sa sortie officielle. Créée par le duo Andrew Mogel et Jarrad Paul, bénéficiant d’une tête d’affiche qui avait fait ses preuves dans le domaine comique avec son rôle épique de Chris Traeger dans Parks et Recreation, The Grinder suscitait beaucoup d’intérêt, et ce bien avant le montage final. Il se murmurait de belles choses sous cape dans les couloirs de FOX, et quel soulagement de voir que le résultat est à la hauteur des attentes. Drôle, touchante, exhibant un humour frais et des personnages attachants, la série surfe sur la vague de la parodie qui semble envahir nos écrans cette année. Si Community se moquait des tropes de la sitcom et si Scream Queens reprend les thèmes des slasher movies avec une bonne dose de décalage, The Grinder est elle basée sur ces séries juridiques type Ally McBeal et autres Avocats sur mesures où le sort des plaignants se joue devant le juge dans un duel où les seules armes admises sont l’éloquence et la spiritualité.

Dean Sanderson (Rob Lowe) est un acteur assez connu, star d’une série de télévision où il interprète un avocat surnommé The Grinder (« le moulin » en français, mais plutôt dans le sens moulin à café) parce qu’il ne lâche jamais l’affaire. Son frère Stewart Sanderson (Fred Savage) est avocat dans la vie, père de famille façon American Dream, et s’il a une connaissance encyclopédique des lois et addenda du code civil, c’est une catastrophe devant le juge. Quand la série de Dean est annulée au bout de huit années de succès, les deux frères se retrouvent à vivre ensemble et Dean se rend compte qu’il veut jouer un avocat dans la vie aussi, ce qui ne réjouit pas Stewart. Une jolie distribution de seconds rôles vient s’accoler à ce pitch de départ, et entre Debbie (Mary Elizabeth Ellis), la femme de Stewart, ses enfants Lizzie (Hana Hayes) et Ethan (Connor Kalopsis), son père Dean Sr. (William Devane) et le juge Stephanie Rossmyre (Rose Abdoo), c’est une bande de joyeux drilles qui regardent les pitreries des deux frères et fourniront sans doute dans le futur de nombreuses histoires secondaires.

La série doit beaucoup au charme de Rob Lowe. L’acteur se glisse dans la peau de son personnage avec une dextérité admirable et n’hésite pas à jouer à fond la carte de l’autodérision. On sent qu’il s’amuse avec Dean, cette star qui a quelque peu perdu le sens de la réalité mais reste pourtant très attachée à sa famille. En face, Fred Savage tient son poste, en professionnel fébrile et névrosé. Le duo trouve sa dynamique très vite, et le script de Mogel et Paul, s’il n’est pas franchement surprenant (le principe des deux hommes que tout oppose forcés de faire équipe est presque aussi vieux que la télévision), est empreint de tant de tendresse qu’il est impossible de ne pas se prendre au jeu. The Grinder est un joli cadeau de rentrée, bien ficelé, bien emballé, avec un ensemble d’acteurs sympas, une histoire pas prise de tête et une formule qui fonctionne en douceur. Que demander de plus ?

Crédits: Fox

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s