Critiques Cinéma

UN DEBUT PROMETTEUR (Critique)

4 STARS EXCELLENT

un début prometteur affiche

SYNOPSIS: Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères…

Il est assez amusant de s’apercevoir que le titre du film semble avoir plus de résonance avec sa production qu’avec son histoire. Adapté du roman de Nicolas Rey, cette histoire de premier amour et de rédemption  raconte évidemment un début de vie prometteur mais on ne peut s’empêcher de penser à Manu Payet et à Emma Luchini qui font, quelque part aussi, un début prometteur. Manu Payet est certes très connu maintenant : télé, one-man show puis acteur convaincant dans Radiostars et co-réalisateur avec Situation amoureuse c’est compliqué, il joue ici un véritable contre emploi. Bedonnant, dépressif, barbu et taciturne, il livre ici une belle prestation et porte une grande partie du film sur ses épaules. Emma Luchini de son côté fait aussi un début prometteur en réalisant son deuxième long métrage après Sweet Valentine. En adaptant un roman de son compagnon et en offrant un rôle à son père  on aurait pu craindre un projet auto centré mais il n’en n’est rien. En effet, Emma Luchini a décidé de faire un film de comédiens en témoigne le choix étonnant de Manu Payet ainsi que le reste du casting d’ailleurs. Venue avec Manu Payet défendre le film elle racontera d’ailleurs les différents choix et rencontres pour aboutir à cette distribution. Elle avait très envie de travailler avec Manu Payet sans être sur que cela collerait et il a suffit d’une rencontre pour qu’elle soit complètement convaincue qu’il était le bon choix pour le rôle. Il d’ailleurs également ressenti cela de son côté. La réalisatrice avait repéré Veerle Baetens dans Alabama Monroe en rêvant de la faire tourner mais en supposant qu’elle ne parlait pas français ce qui s’est avéré faux. Le choix de Zacharie Chasseriaud qui forme le troisième élément de ce triangle amoureux s’est fait avec Manu Payet car l’alchimie entre les deux frères devait fonctionner immédiatement. Emma Luchini a d’ailleurs travaillé séparément le couple d’amoureux et le tandem de frères avant de croiser les deux pour garder la fraicheur de la rencontre sur le plateau. Le tournage fut d’ailleurs très léger, s’étalant sur 26 jours afin de coller au sujet et à ce court moment de vie.

un début prometteur 1
Il ressort de tout ça un vrai film d’acteurs. Des prestations très justes, souvent émouvantes . La fougue de Gabriel, le mystère de Mathilde et le spleen de Martin se percutent avec grâce. Malgré le côté tranches de vie assez classique on s’attache à ses personnages et l’on a même envie d’en savoir plus. Emma Luchini nous avouant qu’elle aimerait raconter comment Martin en est arrivé à cet état au début du film. Car évidemment la première vision d’un Manu Payet bedonnant, alcoolique et mal rasé surprend. L’acteur a pris 11 kg pour le rôle car d’une part il n’aime pas les prothèses et d’autre part il souhaitait que la lourdeur physique et mentale du personnage se ressentent. Le comédien n’a d’ailleurs pas souhaité imité Nicolas Rey, le roman étant quelque peu autobiographique, mais il a construit le personnage par les dialogues et en posant beaucoup de questions à la réalisatrice sur Martin. Le film n’a pour seul petit défaut qu’une réalisation qui, si elle sert efficacement les comédiens est du coup un peu plate. Il y manque une force visuelle pour éviter à l’ensemble d’être un peu trop lisse. Une scène finale dans les jardins de Monet à Givernny tournée de nuit offre un côté pictural sympathique mais cela reste trop fugace. Et puis comment ne pas parler de la présence anecdotique mais réjouissante  de Fabrice Luchini en père maniaque et complètement décalé. Emma Luchini avouera qu’elle redoutait plus le grand acteur sur le plateau que le fait qu’il soit son père. La collaboration s’est finalement très bien passée et Manu Payet y a pris également beaucoup de plaisir. Finalement un beau film auquel il manque une identité visuelle mais qui semble prometteur pour la suite de la carrière d’Emma Luchini comme réalisatrice et celle d’acteur multicartes pour Manu Payet.

un début prometteur affiche

Titre Original: UN DÉBUT PROMETTEUR

Réalisé par: Emma Luchini

Casting: Manu Payet, Veerle Baetens, Zacharie Chasseriaud,

Fabrice Luchini, Jean-Michel Balthazar, Fred Scotlande…

Genre: Comédie dramatique

Sortie le: 30 septembre 2015

Distribué par: Gaumont Distribution

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

1 réponse »

  1. Tout ce que tu en dis me donne envie de voir le film. Et pourtant, hein, son affiche prototype de comédies à la française (ces affiches uniformes, bleues, à l’aspect interchangeable, me sortent par les trous d’nez) agit comme un repoussoir pour moi. Mais voilà, le sujet a l’air touchant, Payet et la famille Luchini me sont sympathiques, donc…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s