Critiques Cinéma

LA TÊTE HAUTE (Critique)

4,5 STARS TOP NIVEAU

LA TETE HAUTE AFFICHE

SYNOPSIS: Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver.

Ça démarre par une larme innocente roulant sur la joue d’un enfant de six ans qui ne comprend pas ce qui se trame autour de lui. En quelques minutes, par l’intermédiaire d’un échange verbal musclé entre une juge pour enfants et la mère de ce petit garçon, on pressent le drame qui se noue et le parcours chaotique qui va être celui de cet enfant. Le produit malheureux d’un environnement familial dysfonctionnel fait d’amour et d’abandon à la fois. Une maman qui n’a ni le sens des responsabilités, ni les mots nécessaires à l’éducation de ses enfants et un gamin qui va subir un contexte social défavorable et le poids des frustrations accumulées par une vie privée d’épanouissement personnel et d’estime de soi. Le nouveau film d’Emmanuelle Bercot après l’excellent Elle s’en va, a ouvert le 68ème Festival de Cannes avec un ado rebelle au regard frondeur en figure de proue. Et disons le tout net, si le Festival s’est assuré d’un début avec un film fort et qui secoue, il s’est aussi privé d’une superbe réussite en choisissant de présenter le film hors compétition. Indépendamment de ces considérations techniques, La tête haute vous prend aux tripes deux heures durant dans le sillage du nouveau venu, Rod Paradot, qui irradie l’écran de rage et d’humanité mêlées. Ce n’est pas vraiment une surprise de retrouver Emmanuelle Bercot à des hauteurs vertigineuses auxquelles son film accède parfois, tant ses précédents longs métrages recelaient déjà des qualités extrêmement probantes. Mais elle parvient dans La tête haute à des moments de grâce incroyable qui doivent beaucoup à la qualité de sa distribution mais aussi à une écriture sèche et vivante, épurée d’un pathos qu’un tel sujet aurait pu inévitablement provoquer.

LA TETE HAUTE 1

La tête haute s’intéresse à ces laissés pour compte, ces parents démissionnaires, ces enfants qui payent les pots cassés, ces familles dont le vernis craque sous les coups de boutoir d’une vie qui ne les épargne jamais. Si l’on pense au cinéma naturaliste de Maurice Pialat ou des frères Dardenne, Emmanuelle Bercot mène sa barque avec sa personnalité propre en bandoulière sans jamais se référer trop ostensiblement à ces illustres prédécesseurs. Elle livre un film aride et paradoxalement plein d’espoir, mais pas si naïf que certaines situations peuvent le laisser penser (une justice un peu trop clémente, quelques figures imposées pour représenter la misère sociale…) et elle s’intéresse à chaque composante que Malony croise sur sa route: La juge, l’éducateur, son avocat, les centres de réinsertion, la prison pour mineurs, l’amour… Tout cela dessine en creux le parcours sinueux de ce jeune homme en souffrance qui a un mal fou à canaliser ses sentiments qui bouillonnent comme une écume de rage prête à exploser à chaque instant. Alors oui, le film répète inlassablement le même schéma (passage devant le juge, arrivée dans un nouveau centre, efforts puis rechute…) mais sans jamais être lassant ou trop didactique. C’est aussi parce qu’Emmanuelle Bercot a su s’entourer d’une distribution prestigieuse et surtout talentueuse que l’on est pris dans la boucle sans avoir envie de s’en échapper. Comme dans Elle s’en va, la réalisatrice sait capter l’humanité et la délicatesse qui émanent de Catherine Deneuve, qui trouve ici un très joli rôle dans lequel elle fait preuve d’un charisme toujours intact. Sara Forestier dans le rôle de la mère de Malony est assez bluffante, autant dans la naïveté teintée de méchanceté qu’elle déploie que dans la colère matinée de découragement qui est la sienne. Mais LA fausse note du film est de l’avoir affublée d’un dentier et de cheveux gras qui appuient le côté miséreux, ce qui n’était non seulement pas nécessaire, mais qui décrédibilise par moments le personnage. Benoît Magimel interprète un éducateur, lui-même ancien délinquant et on a le sentiment de le redécouvrir. Il y est d’une sobriété, d’une élégance et d’une douceur à toute épreuve, et si sa colère affleure parfois, elle est plus le reflet d’un découragement latent que d’une véritable violence. Mais c’est évidemment Rod Paradot qui emporte tout sur son passage. Tantôt fougueux et arrogant, furieux ou malheureux, brisé ou plein d’espoir il est une révélation de premier ordre qui, par sa spontanéité et son naturel ne peut que vous bouleverser. Il est le catalyseur d’un film beau et fort qui ne laisse pas de glace, et auquel on pense encore longtemps après l’avoir vu.

LA TETE HAUTE AFFICHE

Titre Original: LA TÊTE HAUTE

Réalisé par: Emmanuelle Bercot

Casting: Rod Paradot, Catherine Deneuve, Benoît Magimel,

Sara Forestier, Diane Rouxel, Anne Suarez…

Genre: Drame

Sortie le: 13 mai 2015

Distribué par: Wild Bunch Distribution

4,5 STARS TOP NIVEAUTOP NIVEAU

Publicités

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s