Au commencement...

Au commencement… (Séries) Mozart in the Jungle 1X01 – 1X03 SÉRIES MANIA 2015

mozart_in_the_jungle AU COMMENCEMENT

3 STARS BIEN

SYNOPSIS: Rodrigo, jeune prodige trentenaire, rejoint le prestigieux orchestre de New York suite au départ du maître vieillissant dont l’égo n’a cessé de croître avec l’âge. Ce dernier voit sa mise à l’écart comme une injustice envers son talent et son dévouement. Parmi les nouveaux musiciens, Hailey, hautboïste, réalise ce qui se cache en coulisses…

Inspirée des mémoires du musiciens new-yorkais Blair Tindall, Mozart in the Jungle: Sex, Drugs, and Classical Music.

Créée par Roman Coppola, Jason Schwartzman et Alex Timbers, Mozart in the jungle est une série réunissant Gael Garcia Bernal (La science des rêves, Babel), Lola Kirke (vue dans The Leftovers ou Gone girl), Malcom Mc Dowell (Orange mécanique) et Saffron Burrows (Peur bleue, Marvel Agents of Shield, New-York Section criminelle) notamment. La série est une adaptation du roman Mozart in the Jungle: Sex, Drugs, and Classical Music, écrit par Blair Tindall, joueuse de hautbois de l’orchestre philharmonique de New York. Haley, musicienne douée et passionnée, nous permet d’entrer dans l’univers particulier de cet orchestre philharmonique, qui vient d’entériner le remplacement de son chef d’orchestre par l’arrivée de Rodrigo, jeune surdoué au style et à la personnalité atypique. Ce personnage est par ailleurs une référence directe au Vénézuélien Gustavo Dudamel, chef de l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles. Les trois créateurs étant des collaborateurs réguliers du cinéaste Wes Anderson, on retrouve inévitablement des personnages quelques peu décalés et fantasques. Le ton est donné dès l’épisode pilote, à travers lequel on comprend que nous sera offerte une vision moderne du monde de la musique classique. Le trait sera même appuyé avec le personnage de Haley, qui vit en colocation, participe à des soirées très arrosées et ne rejette pas un mode de vie quelque peu festif dans sa sphère privée. Le pilote insiste sur ces aspects rock’n roll, les créateurs ayant peut-être eu envie de se démarquer dès le départ, quand on sait qu’Amazon avait lancé les pilotes de plusieurs séries un an avant la mise en ligne de la première saison des shows retenus.

L’écriture des personnages est pensée de manière à créer une opposition entre les jeunes et les plus âgés, entre la fougue, la prise de risque et l’expérience. Si la série est originale et plaisante à suivre, c’est en partie grâce à son rythme de 30 minutes par épisodes et grâce à l’écriture intelligente et fine de ses personnages principaux, attachants, en particulier pour celui d’Haley, pour laquelle le phénomène d’empathie fonctionne instantanément. Si les personnages sont intéressants, le cadre original et le tempo idéal, la série ne passionne pourtant pas outre mesure. Mozart in the jungle est le type de shows dont le visionnage vous procurera du plaisir, sans pour autant vous rendre accro dès le deuxième épisode.

La faute sans doute également à une légère cacophonie de styles, puisqu’on ne sait jamais très bien si on est face d’une comédie pure, d’une comédie dramatique à la Wiplash ou d’une série post-Glee transposée dans un autre style musical. L’affiche de la série est d’ailleurs l’illustration de cette confusion, puisqu’elle évoque davantage une comédie musicale glam rock que ce que représente réellement le show. Le look de Bernal sur cette image est surprenant lui aussi, l’acteur ayant des airs de Wolverine quand on observe rapidement l’image en miniature…Soit  les créateurs de la série et les graphistes n’ont pas su accorder leurs violons, soit Amazon n’a pas su comment vendre Mozart in the jungle. La dernière option étant la plus probable.

Les acteurs sont très bons, Lola Kirke en tête, qui parvient à allier naturel, charme et émotion tout en faisant preuve de retenue dans l’expression de son jeu. A noter que l’actrice n’est autre que la sœur de Jemina Kirke, interprète de Jessa dans Girls. Malcom Mc Dowell incarne à la perfection le chef d’orchestre mis sur la touche, amer et qui gère tant bien que mal son nouveau rôle au sein de l’orchestre philharmonique. Quant à Gael Garcia Bernal, si l’acteur joue bien sa partition de chef d’orchestre fantasque, il donne dans un léger surjeu qui peut se révéler agaçant sur le moyen terme. Avec Mozart in the jungle, Amazon tente de donner le la en matière de série originale, mais n’y parvient que partiellement.

Crédits: Amazon

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s