Critiques Cinéma

LA PROMESSE D’UNE VIE (Critique)

4 STARS EXCELLENT

la promesse d'une vie afficheSYNOPSIS: La Promesse d’une vie est une épopée d’aventures se déroulant en 1919, 4 ans après la terrible bataille des Dardanelles, dans la péninsule de Gallipoli. Un paysan australien, Joshua Connor se rend en Turquie à la recherche de ses trois fils portés disparus. Malgré les barrages de la bureaucratie militaire, sa détermination ne fléchit pas. Il est d’abord aidé par la belle Ayshe, la propriétaire de l’hôtel dans lequel il séjourne à Constantinople, puis par un officier turc ayant combattu contre ses fils. Pour découvrir la vérité et enfin trouver la paix intérieure, Joshua, accompagné du Commandant Hasan, est contraint de sillonner un pays ravagé par la guerre où la frontière entre le Bien et le Mal n’est plus si nette et l’ennemi si clairement identifiable.

Lorsque l’on va voir La promesse d’une vie, il faut distinguer deux choses : la qualité du film en lui-même (on vous le dit, c’est très correct), et tout ce qui tourne autour du projet. Commençons donc par le contexte. Vous allez voir le film au cinéma, vous devez donc savoir que c’est ici la première réalisation de l’acteur Australien Russell Crowe, oscarisé pour son rôle le plus connu, celui de Maximus dans le Gladiator de Ridley Scott. Adapté des écrits du lieutenant-colonel Cyril Hughes, le film touche à un événement historique très important en Australie : la bataille des Dardanelles (ou Gallipoli), où pour la première fois l’armée Australienne a combattu sous ses propres couleurs. Toute une génération de jeunes hommes a été marqué par ce conflit, qui coûta la vie à plusieurs milliers de soldats.  Le film aborde notamment la question du conflit vu de Turquie, où a eu lieu la bataille, et de la façon dont il a été perçu. Pour l’anecdote, grâce a ce film, qui a reçu un accueil critique et public dithyrambique au pays des kangourous, la bataille des Dardanelles sera désormais évoquée dans les livres d’histoire. C’est très classe.

la promesse d'une vie 1

Cette introduction faite, nous pouvons parler du film en lui-même. Projet qui aura monopolisé son réalisateur pendant trois ans, La promesse d’une vie est un plus qu’honnête film d‘aventure historique, distrayant, touchant et drôle, avec son lot d’action et un sujet plus sérieux et profond qu’il ne peut y paraître à première vue. A cheval entre deux cultures, le réalisateur, à l’issue d’un tournage intense, réussit le lourd défi (périlleux) du passage d’un acteur de premier plan derrière la caméra. Très impliqué, il réunit un casting international de haut niveau, où Français (Olga Kurylenko, d’origine Ukrainienne, mais naturalisée dans notre beau pays), Américain (le prometteur Jay Courtney, sosie de Tom Hardy, qui joue le rôle pivot du Lieutenant-Colonel Hughes) Turques (l’excellent Yilmaz Erdogan, l’efficace Cem Yilmaz) et Australiens (les trois fils) se renvoient la balle de belle manière. Entre l’aride désert Australien et les montagnes Turques, Crowe nous offre de belles images d’Istanbul, ville fourmillante, relevant avec les honneurs le challenge que représente le tournage d’un film d’époque. Une belle musique et un rythme efficace complètent le tableau globalement positif de ce premier film réussi. Évidemment, rares sont les premiers films à être des chef-d’œuvres irréprochables (le dernier en date : Beast of the Southern Wild, incroyable fable de Benh Zeitlin). Crowe varie les tons (on rit, on pleure, on en prend plein les mirettes) mais est moins à l’aise dans la promiscuité de dialogues romantiques que dans les tirades plus légères entre soldats. Ainsi, la relation qui se noue entre la veuve Olga Kurylenko et le père endeuillé Russell Crowe est parfois maladroite, un peu fleur bleue, presque ridicule. Les dialogues de façon générale, s’ils ne manquent pas de fond, pêchent parfois sur la forme.  Mais au final, on se laisse emporter par cette aventure qui nous plonge au cœur d’un conflit mondial pas complètement terminé. Entre la petite et la grande histoire, Russell Crowe filme avec agilité. Face à un projet dense, il s’en sort avec les honneurs. Et c’est avec impatience que l’on attend son prochain projet. A filmmaker is born !  

la promesse d'une vie afficheTitre Original: THE WATER DIVINER

Réalisé par: Russell Crowe

Casting: Russell Crowe, Olga Kurylenko, Yilmaz Erdogan

Cem Yilmaz, Jai Courtney, Ben O’Toole …

Genre: Drame, Guerre

Sortie le: 15 avril 2015

Distribué par: Universal Pictures International France

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s