Critiques Cinéma

L’ENQUETE (Critique)

3,5 STARS TRES BIEN

l'enquête affiche

SYNOPSIS: 2001. Le journaliste Denis Robert met le feu aux poudres dans le monde de la finance en dénonçant le fonctionnement opaque de la société bancaire Clearstream. Sa quête de vérité pour tenter de révéler « l’Affaire des affaires » va rejoindre celle du juge Renaud Van Ruymbeke, très engagé contre la corruption. Leurs chemins vont les conduire au cœur d’une machination politico-financière baptisée « l’affaire Clearstream » qui va secouer la Vème République.

D’emblée, Denis Robert, par la voix de Gilles Lellouche, annonce la couleur : si tout était à refaire, en pleine connaissance du bourbier dans lequel il s’engage, jamais il ne s’y risquerait à nouveau. Et, pour être tout à fait honnête, on regimbe un peu, nous aussi, à se plonger dans les méandres de L’Enquête – ou L’Affaire des affaires – qui retrace le parcours chaotique du journaliste après sa démission de Libé, lancé en free-lance à l’assaut d’une chambre de compensation internationale dont plus personne aujourd’hui n’ignore le nom : Clearstream. Et à juste titre : l’affaire Clearstream (volume 1 & 2) a révélé au grand public un scandale politico-financier aux ramifications telles qu’elles en donnent le tournis. Pléthore de noms vont être évoqués : gros bonnets de la finance, membres influents du gouvernement, sociétés aux devantures plus ou moins respectables et, au milieu de tout cela, EADS et Thomson-CSF, deux leader de l’armement aéronautique. Car, comme si le seul fait de démêler les fils inextricables de l’évasion fiscale pratiquée chez Clearstream pour les fameux comptes non publiés ne se révélait pas une tâche suffisamment ambitieuse, s’ajoute à l’affaire Clearstream 1 le scandale des frégates de Taïwan, une enquête parallèle menée par le juge Renaud Van Ruymbeke. Au programme : malversations, mises sur écoute, personnes qu’on a suicidé, secret défense, usage de faux, dénonciation calomnieuse… doublé d’un sacré imbroglio judiciaire.

l'enquête 1

Du pain béni pour le réalisateur Vincent Garenq (Présumé Coupable), qui détient un matériau de base si dense et si complexe qu’il semble tout à la fois hautement improbable et cependant quasiment immanquable qu’il rate son film. Télescopant dès le départ les deux volets de l’affaire Clearstream en s’attachant tour à tour aux pas de Denis Robert (Gilles Lellouche) et du juge Van Ruymbeke (Charles Berling), il instaure d’emblée un rythme constant, foisonnant de rebondissements, pour livrer en fin de compte un thriller racé, duquel il devient difficile de se désintéresser, même en restant largué par les détails abscons de la double enquête. L’action se suit heureusement avec passion, bien que les explications sur les transactions opaques s’écoutent tantôt avec l’application polie d’un élève en rade, tantôt d’un air sidéré. Mais le plus ahurissant, le plus vomitif dans ce marasme, c’est l’énorme revers de médaille dont les « chevaliers blancs » font les frais.

« Tu ne les as même pas écorché, et nous on prend tout dans la gueule. »

On a beau les savoir, les méthodes d’intimidation des gros poissons de ce monde laissent toujours un rien pantois lorsque le Bon s’en prend plein les dents pour avoir « osé essayer ». Attaques en diffamation (si nombreuses qu’elles en deviennent, aux dire de Denis Robert, « abstraites »), filatures, harcèlement policier, corruption, piratage informatique, intimidation… L’entreprise se révèle une telle lutte qu’elle en devient révoltante, révélant la criante inégalité de la partie entre les soi-disant diffamés surentraînés au complot et leurs dénonciateurs candides. On admirera la ténacité de Denis Robert, qui résiste à toutes forces à l’irrépressible descente aux enfers à laquelle s’apparente son enquête, et par laquelle sa femme (Florence Loiret Caille) et ses deux filles se trouvent immanquablement éclaboussées. Un thriller français élégant et nerveux, ultra-documenté, très justement interprété, et qui n’est pas sans évoquer State of Play ou The Pelican Brief, alliant avec brio polar et journalisme. Un très bon film qui se regarde les dents serrées, à cran.

l'enquête affiche

Titre Original: L’ENQUÊTE

Réalisé par: VINCENT GARENQ

Casting: Gilles Lellouche, Charles Berling, Florence Loiret Caille

Laurent Capelluto, Grégoire Bonnet, Christian Kmiotek

Genre: Comédie

Sortie le: 11 Février 2015

Distribué par: Mars Distribution

3,5 STARS TRES BIENTRÈS BIEN

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s