Critiques Cinéma

LE ROLE DE MA VIE (WISH I WAS HERE) (Critique)

4 STARS EXCELLENT

wish i was here affiche

Le tweet de sortie de projo:

tweet wish i was here

SYNOPSIS: Pour sauver son couple, renouer avec son frère et rassembler toute sa famille autour de son père qui vient de tomber malade, Aidan devra tour à tour changer de mode de vie, délaisser son rêve de comédien et partir à l’aventure de la vie d’adulte. Entre Los Angeles, le désert californien et ses propres rêves, saura-t-il trouver le véritable rôle de sa vie ?

Quand on réalise un premier film qui résonne dans les cœurs de millions de personnes, que ce film a transporté toute une génération et qu’il est comme un repère dans la vie d’un public tout acquis à sa cause, le second essai nécessite un sacré souffle pour être à la hauteur. Dix ans, c’est le temps qu’aura mis Zach Braff pour monter son nouveau projet, et, pour que celui-ci prenne vie, l’acteur popularisé par la série Scrubs, aura dû faire appel au site participatif Kickstarter afin de parvenir à boucler son budget en un temps record. Symptomatique d’une industrie tournée en priorité vers le blockbuster et qui néglige les projets plus confidentiels, ces difficultés de financement d’un acteur reconnu interpellent. Que Zach Braff ait dû s’appuyer sur ses futurs spectateurs pour parvenir à monter son deuxième film et que ces derniers aient choisi de lui faire confiance est une nouvelle preuve que les artistes sont capables de tisser des liens privilégiés avec leur public sans rester enfermer dans leur tour d’ivoire. Et de livrer des œuvres à la fois drôles et mélancoliques à même de bouleverser les foules.

WISH I WAS HERE 1

Car avec Wish I was here (rebaptisé inexplicablement chez nous Le rôle de ma vie), Braff ne cherche pas l’originalité à tout crin et reste dans la veine de son premier long Garden State, ce qui chagrinera sans doute ceux qui appelaient de leurs vœux un renouvellement en profondeur de sa démarche artistique pour éviter un phénomène de répétition. Mais si Zach Braff conserve sa ligne directrice, il signe un film plus mature, celui d’un auteur qui a mûri et dont le regard sur la vie se fait à la fois plus tendre et désenchanté. En abordant énormément de thèmes avec une subtilité et une élégance qui inspirent le respect. Il évoque le deuil et l’acceptation de la mort avec une pudeur qui touche instantanément, la sincérité et l’émotion envahissant le cadre, sans jamais déborder dans le pathos. Les émotions s’installent sans que le spectateur se sente pris en otage dans une surenchère de bons sentiments, car Zach Braff laisse venir ce moment qui vous prend à la gorge mais sans s’appesantir, coupant à chaque fois à bon escient et passant avec virtuosité à une séquence décalée, qui, de la même façon qu’il vous a étreint le cœur l’instant précédent, vous fait cette fois venir un sourire sur les lèvres.

WISH I WAS HERE 2

Adeptes du rire gras et de la blague qui fait tâche, passez votre chemin. Le film de Zach Braff est léger et doux comme la brise, quasi aérien, et fait un bien fou. Évoquant des valeurs comme la famille et le pardon, dessinant des personnages perclus de doutes et qui se mentent à eux même, mais dont le salut passe par une profonde remise en questions, Braff explore la fragilité des cœurs et des âmes avec une humanité et une bienveillance de tous les instants. En créant une galerie de personnages pour lesquels l’empathie est immédiate et en parvenant sous le vernis de la gaudriole à développer une histoire dont les ressorts dramatiques vont petit à petit se faire jour, l’auteur parvient à conférer à son film une véritable poésie, entre tendresse et douceur.

wish i was here 3

La force de Wish I was here est de parvenir à cette drôlerie sous-jacente et à ce mélange de références pop et geek au milieu d’un récit somme toute plutôt dramatique qui parle aussi bien de l’éducation que du sens de la famille et des valeurs que l’on inculque, de la peur de la mort de ses parents et de ce que cela représente de devenir enfin adulte et de s’affranchir de son enfance. Zach Braff est parfait en père aimant qui ne veut pas renoncé à ses rêves. Il s’est choisi des partenaires d’exception, tels que Kate Hudson, qui joue le rôle de sa femme sur qui tout l’équilibre familial repose. Belle et compréhensive, son personnage est le plus terrien du film. Mandy Patinkin joue lui la figure paternelle avec une bonhomie et une humanité dont l’acteur de la série Homeland ne se départit jamais, tandis que la petite Joey King se montre d’une surprenante maturité et que Josh Gad dans le rôle du frère s’en tire également avec les honneurs. Braff respecte son cahier des charges avec son deuxième opus et s’il ne signe pas un chef-d’œuvre impérissable ce qui n’était de toute manière pas l’intention de départ, son film est une jolie réussite pour laquelle le cœur bat la chamade.

wish i was here affiche miniTitre Original: WISH I WAS HERE

Réalisé par: ZACH BRAFF

Casting: Zach Braff, Kate Hudson, Mandy Patinkin,

Josh Gad, Joey King, Donald Faison, Jim Parsons...

Genre: Comédie, Drame

Sortie le: 13 août 2014

Distribué par: Wild Bunch distribution

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s