Critiques Cinéma

STATES OF GRACE (Critique)

4,5 STARS TOP NIVEAU

states of grace affiche

Le tweet de sortie de projo:

tweet states of grace

SYNOPSIS: Sensible et déterminée, Grace est à la tête d’un foyer pour adolescents en difficulté. Parmi les jeunes membres de son équipe, diversement expérimentés, la solidarité et le bon esprit sont de mise. Jusqu’à l’arrivée soudaine d’une fille tourmentée qui ignore les règles du centre et renvoie Grace à sa propre adolescence… pas si lointaine.

Grace est une fille marquée par les stigmates d’une enfance que l’on pourrait communément qualifier de « difficile ». Battante, elle est à peine plus âgée que les pensionnaires du centre dont elle porte la responsabilité. Un foyer qui héberge des adolescents en difficulté, le temps que l’on leur trouve une place en famille d’accueil. Véritable armature de ce centre et repère pour les jeunes dont elle s’occupe, Grace s’est forgée une personnalité solide, énergique et volontaire, traits qui contrastent avec son apparence frêle. Pour la filmer, Destin Cretton, un ex-éducateur dans un centre de jeunes à problèmes converti réalisateur. En d’autres termes, un homme qui maîtrise le sujet sur le bout des doigts. D’autant plus que States of Grace, en plus d’être inspiré de sa propre vie, est l’adaptation du court éponyme de 2008 écrit et réalisé par ses soins. La sincérité et la justesse, ce sont bien là les qualités premières de ce sublime mélo touchant et admirablement bien écrit.

states of grace 1La puissance d’un Gus Van Sant ou d’un Lars Von Trier dans la mise en scène, la portée d’un Cercle des poètes disparus dans le propos, voilà comment on pourrait résumer simplement States of Grace. Avec une finesse et une délicatesse étonnantes, Destin Cretton brosse le portrait poignant d’une jeune adulte lumineuse, meurtrie par des conflits internes (un passé sordide refoulé) et les tracas de son job (quand ce n’est pas un garçon psychotique qui fugue, c’est une jeune borderline qui se scarifie), mais animée par de vrais espoirs (une volonté de se restructurer, l’amour pour son compagnon et son travail, le désir et la crainte d’être mère). Bref, un film « narratif » sur un thème rarement abordé au cinéma, qui inscrit le spectateur au plus près du protagoniste principal.

states of grace 2Saluons deux points forts à cet égard. Tout d’abord, la narration hyper fluide, bien accompagnée par la bande-son splendide du compositeur Joel P. West et mise en exergue par la mise en scène de Cretton, suffisamment sobre pour laisser la part belle aux émotions. Ensuite, la prestation hallucinante de Brie Larson, aperçue dans 21 Jump Street, Don Jon et The Spectacular Now, qui porte le film sur ses épaules et crée aisément l’empathie désirée. La charge émotionnelle atteint d’ailleurs son acmé avec elle lors d’une séquence puissante, où Grace, folle de rage contre ses démons et l’inefficacité d’un système dont elle n’est qu’une fourmi, se rend au domicile d’un père maltraitant en vue de protéger l’une de ses pensionnaires. On est emporté par le réalisme foudroyant de la scène et la force des interprétations.

states of grace 3La cerise sur le gâteau : Destin Cretton réussi le pari de ne jamais sombrer dans la facilité, le sentimentalisme, l’opportunisme, le pathos ou la caricature, et livre une œuvre douce amère revigorante. L’apprenti metteur en scène ne fuit jamais sa thématique casse-gueule, qu’il filme avec humanité et bonté (l’humour de l’un des éducateurs, la maladresse du nouvel employé dépassé par les premières crises qu’il est censé pouvoir et devoir contenir), en entraînant les personnages – et l’audience – vers le dépassement de toutes les craintes. Ainsi, on navigue avec les jeunes en souffrant, pleurant, criant, aimant, hurlant … les nerfs toujours à fleur de peau.  Sélectionné et acclamé dans de nombreux et prestigieux festivals internationaux – dont Deauville – States of Grace, premier film porté par la jeune et talentueuse Brie Larson, est une œuvre qui compte et dont on ressort forcément les yeux rougis, profondément ému et amoureux de son héroïne. Destin Cretton, Brie Larson, indéniablement deux artistes à suivre.

states of grace affiche miniTitre Original: SHORT TERM 12

Réalisé par: DESTIN CRETTON

Casting: Brie Larson, John Gallagher Jr, Kaitlyn Dever,

Rami Malek, Kevin Hernandez, Melora Walters…

Genre: Drame

Sortie le: 23 Avril 2014

Distribué par : Version Originale/Condor

4,5 STARS TOP NIVEAUTOP NIVEAU

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s