Critiques Cinéma

VERONICA MARS (Critique)

3 STARS BIEN

VERONICA MARS AFFICHE

Le tweet de sortie de projo:

tweet veronica mars

SYNOPSIS: Veronica Mars revient dans sa ville natale des années après avoir fuit son passé de détective. Elle va devoir y faire face pour élucider une affaire de meurtre dans lequel son ex-petit ami, qui attire toujours les ennuis, semble impliqué jusqu’au cou.

Diffusé aux Etats-Unis entre 2004 et 2007, la série Veronica Mars met en scène une adolescente californienne ingénieuse et audacieuse, fille d’un détective privé archétypal, qui, après le meurtre de sa meilleure amie, se confronte aux pires secrets de famille. Le tout en résolvant régulièrement les enquêtes de son géniteur et déjouant les pièges de sa vie de lycéenne, où se côtoient quotidiennement fils de jet-setters et gangs de motards. Ses réparties cinglantes et la galerie de personnages hauts en couleurs sont parvenues à fédérer une solide communauté de fans, loyaux et dévoués, au fil de trois saisons. Sans pour autant vraiment décoller dans ses audiences, la série n’étant pas reconduite. Dès ce moment, l’idée d’un film trotte dans la tête du créateur du show, Rob Thomas. Ce dernier fait alors appel aux aficionados de la série, en mars 2013, en lançant un projet de financement participatif via la plate-forme Kickstarter. But de l’entreprise : produire un long-métrage Veronica Mars, six ans après la fin de la série, qui avait laissé un sentiment d’inachevé dans le cœur de millions de fans. Succès immédiat – en partie grâce au fait que les acteurs principaux du show, dont Kristen Bell et Jason Dohring, ont pleinement joué le jeu en s’y associant dès le départ – et les deux millions de dollars espérés pour concrétiser l’affaire se sont très rapidement transformés en 5.7 millions, une jolie cagnotte permettant un tournage durant l’été pour une sortie en salles début 2014. Bémol : Warner Bros, distributeur du film outre-Atlantique, décide de ne sortir le film que dans un panel limité de salles obscures, voire pas du tout dans certains pays. Rob Thomas explique alors directement sur Kickstarter : « être projeté dans plus de salles aurait été plus facile si nous n’avions pas promis à ceux qui nous ont donné au moins 35 dollars qu’ils recevraient une copie numérique du film peu après sa sortie. Le calcul est facile : les salles de cinéma essayent de projeter des films que les gens vont venir voir, ce qui devient compliqué quand plus de 65.000 personnes reçoivent le film le week-end de sa sortie ».

VERONICA MARS 1Cela ne décourage pas l’équipe pour autant qui s’est admirablement prêtée au jeu de la traditionnelle promo : entre les avant-premières et les apparitions publiques, sans oublier le marathon TV de Kristen Bell, incluant notamment un passage au Live with Kelly & Michael, The Tonight show starring Jimmy Fallon ou encore le Late late show with Craig Ferguson, on peut dire que Veronica Mars, le film est particulièrement à l’honneur ces temps-ci. Sans compter que Warner a finalement distribué le long-métrage sur 291 écrans à travers les Etats-Unis, soit une vingtaine de plus que prévu initialement, en plus d’une exploitation en VOD dans de nombreux pays. Les fans se réjouissent ainsi un peu partout sur le globe de voir la célèbre détective reprendre du service. Le résultat est-il à hauteur des attentes ?

VERONICA MARS 2Neuf ans ont passé depuis le scandale de la saison 3. Veronica Mars a bien grandi, et est sur le point de postuler dans un prestigieux cabinet d’avocats. Son ex-petit ami, le bad boy Logan Echolls, est accusé du meurtre de sa petite-amie. Sans surprise, Veronica ne se fait pas prier pour revenir à Neptune, cette célèbre ville fictive de Californie servant de théâtre aux événements de la série, et sortir du pétrin son ami et ex-boyfriend. Dès le générique, Rob Thomas, parfait dans ses baskets, prend agréablement le soin de résumer les précédentes saisons pour les béotiens et ceux qui auraient perdu le fil en cours de route. Une séquence récapitulative bien rythmée, sous forme de célèbre « Previously on » des séries télévisées, chargé de nous rappeler le contexte et les différents cliffhangers des épisodes précédents. Les aficionados comme les profanes se trouvent ainsi instantanément immergés dans l’univers de Veronica Mars. La suite : Rob Thomas joue dès lors à fond la carte nostalgie en usant de clins d’œil bien intégrés au récit, tout en sublimant les ingrédients qui ont fait la magie de la série : une héroïne punchy et téméraire, des personnages secondaires attachants (du père psychorigide aux sidekicks sympathiques, en passant par le bad boy torturé ou le benêt), des répliques endiablées, des références pop-geek en pagaille, une enquête mystérieuse façon Cluedo, un cadre géographique qui reste en mémoire avec passage obligatoire dans les lieux emblématiques du show. Et ainsi de suite.

veronica mars 3Un spectacle en forme de déclaration d’amour à la série qui ravira, soyez-en sûrs, les fans de la première heure, mais qui aura certainement un peu plus de mal à captiver les novices. D’autant plus que l’ensemble est certes de bonne facture, mais ne révolutionne rien sur un plan purement narratif ou formel : réalisation télévisuelle impersonnelle – donnant davantage l’impression d’un épisode / conclusion étiré que celle d’un long-métrage risqué et périlleux – enjeux dramatiques maigrichons, fondés autour d’une ex-amourette ravivée, d’une réflexion basique sur la nature humaine et son immuabilité à changer de vocation et d’une intrigue de fond classique, en forme de whodunit avec enchaînement de twists à la pelle. Profitons tout de même d’acteurs amicaux et généreux, qui assurent amplement le job, avec un quota sympathie non négligeable. A commencer par Kristen Bell, impeccable et pétillante dans la peau d’un personnage qu’elle connaît sur le bout des doigts, et par Jason Dohring, irréprochable en beau gosse névrosé. Mention également pour le comédien Chris Lowell, interprète du bienveillant Piz, pour Enrico Colantoni, père prolixe et ironique, et pour les quelques guest-stars hilarantes, qui apportent une dose d’humour bienvenu et raccord avec la dynamique du récit. En deux mots : Parcours atypique pour Veronica Mars, adaptation de la série éponyme financée par ses fans, puis diffusée simultanément sur la petite lucarne et les écrans blancs de cinéma. Veronica Mars se devait de remplir au moins un objectif : celui de rendre hommage à la série et d’offrir à son public la fin qu’il attendait depuis longtemps. Pari réussi. Pour les autres, si nul n’a besoin d’avoir vu les trois saisons de la série pour comprendre le long-métrage, il semble évident que le charme de l’œuvre réside avant tout dans ses nombreux clins d’œil aux fans. Dernière question : est-ce réellement la fin pour Veronica Mars ? Difficile d’y répondre face à l’épilogue qui laisse le champ largement ouvert à de nouvelles aventures.

VERONICA MARS AFFICHE MINITitre Original: VERONICA MARS

Réalisé par: Rob Thomas

Casting: Kristen Bell, Jason Dohring, Enrico Colantoni,

Ryan Hansen, Tina Majorino, Jerry O’Connell

Genre: Comédie dramatique, Policier

Sortie en VOD et EST le: 14 mars 2014

Distribué par : Warner Bros. Pictures

3 STARS BIENBIEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s