Critiques Cinéma

WRONG COPS (Critique)

4 STARS EXCELLENT

wrong cops affiche

Le tweet de sortie de projo:

tweet wrong cops

SYNOPSIS: Los Angeles 2014. Duke, un flic pourri et mélomane, deale de l’herbe et terrorise les passants. Ses collègues au commissariat: un obsédé sexuel, une flic maître chanteur, un chercheur de trésor au passé douteux, un borgne difforme se rêvant star de techno… Leur système fait de petites combines et de jeux d’influence se dérègle lorsque la dernière victime de Duke, un voisin laissé pour mort dans son coffre, se réveille.

Wrong cops est déjà le cinquième long métrage du réalisateur / artiste de musique électronique Quentin Dupieux – alias Mr. Oizo – après Nonfilm en 2001, Steak en 2007, Rubber en 2010 et Wrong il y a deux ans. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2012, le court-métrage Wrong cops : Chapter One sert de point de départ à cette extension filmique, sobrement raccourcie Wrong cops. Le film, composé d’un casting hétéroclite (Marilyn Manson, Eric Judor, Mark Burnham…), sortira en salles le 19 mars 2014. Quentin Dupieux est indéniablement un cinéaste unique, doté d’une patte artistique reconnaissable entre toutes. Transcendé par un crédo – « il n’y a rien de plus beau dans l’art que de ne pas réfléchir » – l’auteur français a su développer au fil de sa filmographie des œuvres étranges et singulières, empreintes de non-sens et dénuées de ligne directrice ou de création artistique mentalisée, laissant libre au cours au chaos. Wrong cops, son dernier bébé, tranche un peu avec cette idée et est peut-être son film le plus « accessible » – comprenez le moins fou – mais n’en demeure pas moins génial et bigrement jouissif.

wrong cops 1Quentin Dupieux déploie dans Wrong cops une intrigue moins freestyle que d’habitude – le quotidien de flics, ripoux et moins ripoux, dans une banlieue de L.A. façon dystopie bizarre mélangé à une satire sur la police, gangrenée par la cupidité et le vice – avec un sens du storytelling plus conventionnel mais l’ensemble reste néanmoins toujours aussi percutant et convaincant, tant sur le plan du concept que du contenu, même si ce dernier est sans doute le principal défaut. Les détracteurs pourront en effet reprocher à Wrong cops d’être composé d’une série de vignettes dont l’agencement général manque parfois d’un peu de cohérence, mais soyons honnête, cela importe peu ici au final. Le cinéaste s’en donne à cœur joie dans son récit, mais le film reste avant tout une comédie, avec toujours ce même mélange d’humour : des auto-références maîtrisées, qui ne tombent jamais dans le fan service gratuit, une galerie de personnages décalés et antipathiques à la Tarantino (Pulp Fiction surtout), une histoire de cadavres exquis invraisemblable, des œillades à des influences parfaitement assimilées (Lynch, Bunuel, Tarantino, les frères Coen …) et des scènes totalement absurdes, domaine où Dupieux règne littéralement en maître (drogue planquée dans des rats morts, flic pervers obsédé par les seins).

WRONG COPS 2Si l’ensemble fonctionne, c’est aussi car Wrong Cops est galvanisé par une mise en scène totalement libre (un recours judicieux aux longues focales, des arrêts sur image et zooms malicieux, une photographie enlaidissant merveilleusement bien la Californie), ainsi que des comédiens en excellente forme. Mark Burnham est fabuleux en officier crapuleux, Marilyn Manson et Eric Judor parfaits, à contre-emploi, dans les rôles respectifs d’un ado chétif et d’un flic souhaitant à tout prix devenir musicien. Steve Little, Arden Myrin, Eric Wareheim et Jack Plotnick – quasiment tous déjà présents dans Wrong et le court-métrage Wrong cops : Chapter One – complètent admirablement la distribution et forment une équipe de personnages laids et radicaux dans leurs principes. Enfin, notons les clins d’œil sympathiques à Twin Peaks et Inland Empire avec les présences respectives de Ray Wise et Grace Zabriskie au générique.

WRONG COPS 3Un petit mot enfin la place centrale de la musique, composée de morceaux brillants, issus du répertoire personnel de Quentin Dupieux, qui rythment remarquablement le film ou servent carrément de bagages à l’intrigue (le personnage de Rough qui essaie de percer dans l’industrie).En deux mots : Wrong cops est un objet filmique fascinant, drôle, porté par l’énergie et la liberté créative de Quentin Dupieux, auteur désormais incontournable au septième art. Dire qu’on attend son prochain long-métrage, Réalité, avec impatience, relève de l’euphémisme.

wrong cops affiche miniTitre Original: Wrong Cops

Réalisé par: Quentin Dupieux

Casting: Mark Burnham, Marilyn Manson, Eric Judor,

Steve Little, Arden Myrin, Eric Wareheim….

Genre: Comédie

Sortie le: 19 Mars 2014

Distribué par : UFO Distribution

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Advertisements

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s