Critiques Cinéma

DON JON (Critique)

3 STARS BIEN

don-jon-affiche-fr

Le tweet de sortie de projo:

don jon

SYNOPSIS: Jon Martello est un beau mec que ses amis ont surnommé Don Jon en raison de son talent à séduire une nouvelle fille chaque week-end. Mais pour lui, même les rencontres les plus excitantes ne valent pas les moments solitaires qu’il passe devant son ordinateur à regarder des films pornographiques. Barbara Sugarman est une jeune femme lumineuse, nourrie aux comédies romantiques hollywoodiennes, bien décidée à trouver son Prince Charmant. Leur rencontre est un choc, une explosion dans la vie de chacun. Bourrés d’illusions et d’idées reçues sur le sexe opposé, Jon et Barbara vont devoir laisser tomber leurs fantasmes s’ils veulent avoir une chance de vivre enfin une vraie relation…

L’insolente réussite de Joseph Gordon-Levitt en tant que comédien, la pertinence de ses choix et son énorme capital sympathie laissaient augurer du meilleur lorsque le projet de son premier film en tant que réalisateur fut mis en route. Il faut dire que, en se basant sur le pitch de départ et sur le glamour de ses têtes d’affiche, le film partait avec quelques longueurs d’avance sur la concurrence. Au vu du résultat, il convient de tempérer des ardeurs trop enthousiastes, ce qui n’empêche pas le film d’être particulièrement réussi et même relativement intelligent grâce à une pirouette finale qui agence toutes les pièces du puzzle disséminées précédemment. Avec ce personnage d’accro au porno qui croit enfin croiser la fille idéale, Gordon-Levitt, loin de se donner le beau rôle, réussit à la fois à nous faire rire grâce à la qualité de son script mais il développe également une réflexion intéressante sur le miroir aux alouettes que représente le culte de l’apparence, la superficialité des choses, en comparaison de la force d’un sentiment amoureux et il exprime également avec acuité l’étouffement inhérent à la routine et à l’habitude.

don jon 1

Don Jon est un film léger qui traite également d’un fait de société plus dramatique, l’addiction au sexe. L’angle choisi par le metteur en scène et scénariste de l’observer par le prisme de l’humour est louable mais ce choix se fait au détriment de la profondeur du sujet qui du coup semble parfois n’être que survolé. Cela donne un film bancal, qui, aussi sympathique soit t-il, se borne pour beaucoup à un face à face binaire entre un accro sexuel, macho et bas du front et une fille superficielle au possible, agaçante et stupide. Ce qui pourrait faire des étincelles dans une comédie survoltée, laisse ici la place à une succession de scènes certes très bien troussées mais qui deviennent vite répétitives, à l’instar des scènes où Jon devant son ordi, se retrouve à cliquer frénétiquement sur sa souris et à se masturber. On comprend que par ce procédé Joseph Gordon-Levitt veut souligner l’addiction de son personnage mais cela ne s’avère pas très fin. C’est notamment là où le film touche ses limites, mais de façon surprenante, les choix de mise en scène, de montage ainsi qu’une photo clinquante et belle lui permettent d’être très efficace et de nous empêcher de décrocher.

don jon 2

Et pourtant sous ses dehors poseurs Don Jon s’avère plutôt malin si tant est que l’on dépasse le postulat basique énoncé plus haut. Là où le film est particulièrement réussi, c’est qu’une fois qu’il nous a plongé dans son récit façon romcom cousue de fil blanc, il en tord les codes pour mieux nous détourner de ce qui semblait évident. On se demande au préalable où la rencontre entre Jon et le personnage interprété par Julianne Moore va nous mener (jusqu’à se poser la question de savoir si Joseph Gordon-Levitt n’a pas lui-même perdu le fil de son histoire), avant de comprendre où il veut en venir dans une ultime pirouette très bien pensée. Au-delà de ces considérations, Don Jon est franchement sympathique en plus d’être intelligent et nous offre un face à face ultra bouillant entre le ténébreux et sexy Joseph et la sculpturale et incandescente Scarlett, ce qui justifie à lui seul le déplacement.

don jon 3

Quel dommage que la plupart des personnages secondaires ne soient qu’esquissés, ce qui dans le cas contraire aurait peut-être donné encore plus de corps à son récit. Car les acteurs sont très bons, à l’image d’un Tony Danza au charisme intact ou d’une Julianne Moore surprenante et que l’on redécouvre encore. Malgré certaines réserves,  il convient de constater que le film de Joseph Gordon-Levitt recèle de vraies bonnes idées (l’utilisation de la voix off) et qu’il sait restituer une ambiance (les scènes de boite de nuit) ou créer des situations inattendues qui servent de révélateur. Bien qu’il reste parfois trop à la surface de son sujet, il parvient à donner suffisamment de plaisir pour que l’on s’y abandonne. Pour un film qui parle entre autres de l’addiction au sexe, c’est bien la moindre des choses!

                                   Titre Original : DON JON

don jon affiche miniRéalisé par: Joseph Gordon-Levitt

Casting: Joseph Gordon-Levitt, Scarlett Johansson, Tony Danza

Juliane Moore, Rob Brown, Brie Larson….

Genre: Comédie, Drame, Romance

Sortie le: 25 Décembre 2013

Distribué par : Mars Distribution

3 STARS BIENBIEN

 

4 réponses »

  1. j’aime beaucoup l’acteur, un peu moins le réalisateur, même si son capital sympathie demeure inchangé pour moi. Mais voilà, ce film voit sa narration avancer doucement, le final est un peu attendu et moralisateur (mais pas spécialement génant) et ne crée pas spécialement de grosse surprise. Bref, un film moyen, dont je ne suis pas sorti aussi enthousiaste qu’après avoir vu sa vidéo promo en français sur le net.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s