Critiques Cinéma

LE DERNIER PUB AVANT LA FIN DU MONDE (Critique)

4 STARS EXCELLENT

LE DERNIER PUB AFFICHE

Le tweet de sortie de projo:

tweet le dernier pub avant la fin du monde

SYNOPSIS: L’histoire débute le 22 juin 1990 dans la petite ville anglaise de Newton Haven : cinq adolescents au comble de l’âge ingrat fêtent la fin des cours en se lançant dans une tournée épique des pubs de la ville. Malgré leur enthousiasme, et avec l’absorption d’un nombre impressionnant de pintes de bière, ils ne parviennent pas à leur but, le dernier pub sur leur liste : The World’s End (La Fin du Monde). Une vingtaine d’années plus tard, nos cinq mousquetaires ont tous quitté leur ville natale et sont devenus des hommes avec femme, enfants et responsabilités, à l’alarmante exception de celui qui fut un temps leur meneur, Gary King, un quarantenaire tirant exagérément sur la corde de son adolescence attardée. L’incorrigible Gary, tristement conscient du décalage qui le sépare aujourd’hui de son meilleur ami d’antan Andy, souhaite coûte que coûte réitérer l’épreuve de leur marathon alcoolisé. Il convainc Andy, Steven, Oliver et Peter de se réunir un vendredi après-midi. Gary est comme un poisson dans l’eau. Le défi : une nuit, cinq potes, douze pubs, avec un minimum d’une pinte chacun par pub. À leur arrivée à Newton Haven, le club des cinq retrouve Sam, la soeur d’Oliver pour qui Gary et Steven en pincent toujours. Alors que la fine équipe tente, tant bien que mal, d’accorder le passé avec le présent, une série de retrouvailles avec de vieilles connaissances et des lieux familiers les font soudain prendre conscience que le véritable enjeu, c’est l’avenir, non seulement le leur, mais celui de l’humanité entière, et arriver à «La Fin du Monde» devient le dernier de leurs soucis…

Il aura fallu attendre six ans pour retrouver le trio magique de Shaun of the Dead et Hot Fuzz dans ce troisième film qui conclu la Blood and Ice Cream Trilogy d’Edgar Wright. Six années durant lesquelles le metteur en scène a réalisé le cultissime Scott Pilgrim, chronique générationnelle pop et geek, alors que Simon Pegg et Nick Frost reformaient leur duo dans le sympathique Paul. Mais, naturellement, rien ne pouvait nous faire plus plaisir que de retrouver les deux comédiens devant la caméra d’Edgar Wright. Avec un espoir, que le miracle Shaun of the Dead et Hot Fuzz se reproduise une nouvelle fois. Rassurez-vous, la recette magique fonctionne à nouveau parfaitement. Plus mélancolique que leurs précédents films mais toujours imprégné d’une touche d’humour British, Le Dernier pub avant la fin du monde (The World’s End) vient conclure avec brio la trilogie.

LE DERNIER PUB 1

A la réalisation, Edgar Wright filme avec intelligence cette virée entre vieux potes menée par Simon Pegg (au scénario avec Edgar Wright) à la recherche de leur jeunesse perdue. Inversion des rôles cette fois-ci avec un Nick Frost à qui tout semble avoir réussi face à Simon Pegg, looser pathétique, plus triste que ceux qu’incarnait Nick Frost dans les deux précédents films, de ces êtres à qui la vie avait tant promis, et qui n’ont pas su ou pas voulu avancer… Un homme resté accroché à son passé, à cette époque de l’adolescence où « … nous étions l’infini » comme le dit Logan Lerman dans Le Monde de Charlie. Simon Pegg entraîne donc ses anciens amis dans une virée nocturne afin de terminer une tounée des pubs de la ville avortée 20 ans plus tôt. Mais les hommes ont changé, et la ville également. La réussite du film repose essentiellement sur un mélange parfaitement dosé entre humour et nostalgie, entre folie douce et émotion. Et Edgar Wright dont Scott Pilgrim avait dévoilé tout le génie de la mise en scène, n’a pas peur de laisser de temps en temps le récit ralentir afin que l’émotion puisse s’installer.

LE DERNIER PUB 2

Autour du duo Pegg/Frost, on retrouve une grande partie du casting des deux précédents films, de Martin Freeman à Paddy Considine en passant par les jumeaux Kevin et Nicholas Wilson. C’est un film de groupe, et c’est un groupe que filme Edgar Wright avec beaucoup de tendresse, mais c’est également un film parodique. Car après les films de zombies puis les films d’action c’est au tour de la SF d’être pastichée par le trio. Afin de ne pas trop révéler l’intrigue de la deuxième partie du long-métrage je vous laisserai le plaisir de découvrir en salle de quoi il s’agit (si ce n’est pas trop tard petits curieux…). Bref en résumé, c’est un film touchant, drôle, passionnant et… chevaleresque, que vous allez découvrir. Un film à voir et à revoir afin de décortiquer toutes les nombreuses couches du scénario qui ne se limite pas à un simple mélange de genres, car les niveaux de lecture sont nombreux, et les symboles foisonnants, comme les noms des personnages qui influent sur leurs interactions, ou les noms des bars qui annoncent l’action à venir… Un film réussi à consommer sans modération accompagné d’une pinte de bière bien fraîche !

l'imaginarium

http://www.imaginariumdudocteurcinema :  Coups de coeur et coups de gueule, le blog de l’Imaginarium vous propose des avis, des tops, des comédies musicales, des reportages, du cinéma Bollywood et même de courtes nouvelles… Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde ! A suivre également sur twitter @imaginadocinema et sur Facebook https://www.facebook.com/pages/Imaginariumdudocteurcinema/155009427916148

LE DERNIER PUB AFFICHE MINITitre Original : THE WORLD’S END

Réalisé par: Edgar Wright

Casting: Martin Freeman, Nick Frost, Paddy Considine,

Pierce Brosnan, Rosamund Pike, Simon Pegg…

Genre:  Comédie, Science-fiction

Sortie le: 28 Août 2013

Distribué par : Universal Pictures International France

4 STARS EXCELLENTExcellent

Publicités

3 réponses »

  1. Pas fan du tout de ce réalisateur. J’avais trouvé Shaun of the dead sympathique mais sans plus et je n’ai pas réussi à dépasser la moitié de Hot Fuzz, que j’avais trouvé vraiment nul.
    La bande-annonce de celui-ci m’a un peu consterné puisque je ne l’ai pas trouvé drôle…j’irai quand même voir le film mais je pars avec un très gros a priori malgré ton avis positif, mon cher docteur.

  2. Certes si tu n’as aimé ni « Shaun of the dead » ni « Hot Fuzz », je n’aimerai pas être à tes côtés lorsque tu sortiras du « Dernier Pub avant la fin du monde »… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s