Critique Blu-Ray

HOMMAGE A JOHN HUGHES: SEIZE BOUGIES POUR SAM / BREAKFAST CLUB

Pour qui a été adolescent dans les années 80, le cinéma de John Hughes a forcément une résonance particulière. La filmographie du réalisateur disparu bien trop tôt, emporté à 59 ans par un infarctus, est plutôt courte mais la plupart de ses films ont marqués des millions de spectateurs à travers le monde, eux qui se reconnaissaient sans peine dans le mal-être adolescent qui vrillait les cœurs de nombre des héros de ses films. Parce qu’il savait de quoi il parlait et qu’il le faisait bien et avec une sincérité jamais prise en défaut, John Hughes a laissé une œuvre marquante, traversée de jolis moments et ponctuée d’au moins deux chefs-d’œuvre. Qu’il parle des prémisses des sentiments, de l’éveil à la sexualité, de l’adolescence et de ses tourments, John Hughes a su capter non seulement l’air du temps, de son époque, mais il a également réussi à toucher à l’universalité, de par des sujets ancrés dans des réalités prégnantes et pour la plupart toujours d’actualité. Car si la mode évolue, les sentiments, les émotions, les relations conflictuelles familiales sont toujours les mêmes. Le cinéma de John Hughes a traversé les années parce qu’il parle de nous tous, de cette période par laquelle chacun d’entre nous se forme au travers de l’exaltation, de la démesure des sensations qui déferlent sur la jeunesse et de l’ivresse de la liberté. Longtemps considéré comme le pape du teen movies, Hughes a su créer une œuvre qui s’est démarquée des Porky’s ou autres séries B à tendance lourde et vulgaire, en livrant des films dont la finesse et l’intelligence ont su remporté les suffrages et qui au bout du compte s’inscrivent dans l’Histoire du cinéma comme de purs diamants. Hughes avait cette faculté de capter l’essence même de cette période de la vie et il savait enrobé ses histoires d’éléments visuels, sensoriels et auditifs qui rendaient ses films d’une richesse inouïe.

Avec Seize bougies pour Sam et Breakfast Club ses deux premiers films, il est temps de prendre conscience que John Hughes était un cinéaste merveilleux, capable de nous faire retrouver des sensations enfouies, mais à jamais présentes au fond de nos âmes.

SEIZE BOUGIES POUR SAM

4 STARS EXCELLENT

Le tweet d’après-visionnage:

tweet sixteen candles

SYNOPSIS: La journée d’anniversaire d’une adolescente de 16 ans amoureuse du garçon le plus populaire du lycée et aimé du garçon le moins en vue. Et, avec ses parents qui oublient son anniversaire, des grands-parents envahissants et un étudiant étranger sur les bras, tout est fait pour que cette journée soit inoubliable !

SEIZE BOUGIES POUR SAM BLU RAY

Première réalisation pour John Hughes et déjà un condensé de tout son cinéma: L’éveil aux sentiments, le mal-être, de l’humour, une BO de premier ordre, deux de ses comédiens fétiches (Molly Ringwald et Anthony Michael Hall)… En sachant dès ce premier essai mixer la douceur candide à la comédie, John Hughes dépeint les contours de l’adolescence avec justesse et permet une identification poussée avec ses personnages. Grâce à la finesse de ses dialogues, Hughes scénariste permet à Hughes metteur en scène de s’effacer derrière son propos brillamment illustré. Si le film a légèrement vieilli et si son postulat de départ peut sembler un peu léger, il n’en reste pas moins très au dessus des teen-movies actuels. Et véhicule à la fois un plaisir immense et une nostalgie indicible de par sa sensibilité et aussi, par petites touches, un ton bouleversant.

BREAKFAST CLUB

5 STARS CHEF D'OEUVRE

Le tweet d’après visionnage:

tweet breakfast club

SYNOPSIS: Cinq lycéens aux caractères totalement opposés se retrouvent en colle un samedi après-midi. Au fur et à mesure que la journée passe, ils discutent, se déchirent et finissent par se trouver plus de points communs qu’ils ne pensaient.

BREAKFAST CLUB BLU RAY

Second film de John Hughes, Breakfast Club est à n’en pas douter la figure de proue de sa courte filmographie avec La folle journée de Ferris Bueller. Sur une idée de départ dont on se demande comment elle pourra se développer sur près de une heure quarante, Hughes réussit un film d’une sensibilité extrême qui est aussi une subtile étude de caractères de la jeunesse. Sans jamais se moquer de ces jeunes, en respectant son public à chaque instant, Breakfast Club est une démonstration en terme de rythme, de dialogues, où, réussissant à mêler l’humour et la gravité avec maestria, John Hughes confirme qu’il est le plus fin des scénaristes. Retrouvant ses deux acteurs fétiches Molly Ringwald et Anthony Michael Hall, il leur adjoint Ally Sheedy, Emilio Estevez et Judd Nelson pour composer le quintette stéréotypé que son histoire réclamait. Or, dans le cinéma de John Hughes, il faut se méfier des stéréotypes qui bien souvent recèlent des trésors cachés. Sachant radiographier avec acuité les problèmes minant la jeunesse, il livre un film ultra dialogué mais jamais redondant et qui délivre à intervalles réguliers shoot émotionnel et rires en cascades, porté en plus par la magnifique chanson de Simple Minds, Don’t you forget about me.

Publicités

8 réponses »

  1. Je suis un grand fan de ce cinéaste, vraiment, tout comme toi et je partage entièrement ton point de vue. Par contre, j’avoue avoir aimé les deux premiers Proky’s du regretté Bob Clark (réalisateur quand même de Dead of night et Black christmas !!!!!) ^^

    • ah par contre, j’écume les rayons depuis que j’ai vu que tu avais reçu les br et je ne les trouve nulle part 😥
      je me repasse donc en attendant les dvd du bonhomme (ainsi que ses productions qui sont super bien aussi ! les as tu vues ? Career opportunities, Some kind of wonderful, The great outdoors…)
      Je terminerai en disant que je suis un fan de John Candy et que je vénère les films de John Hugues avec lui tels que « Uncle Buck » et « Plane trains and automobiles » !!!

      • Ils sortent aujourd’hui dans le commerce! J’adore les John Hughes avec John Candy également! pour les autres les titres VO ne me disent rien, j’irais googliser tout ça 🙂

  2. ceux dont je te parle sont sortis en vidéo chez Paramount, tu peux les trouver (sauf le career opportunities, hélas) en dvd à moins de 5€.
    Some kind of wonderful = La vie à l’envers.
    The great outdoors = avec John Candy, je l’ai sous ce titre là en dvd zone 2.
    Tu trouveras également She’s having a baby ( = La vie en plus) avec Elizabeth McGovern et Kevin Bacon en dvd zone 2.
    Egalement, mais non produit par John Hugues mais pourtant si proche, le He said she said avec kevin Bacon et Elizabeth Perkins est top et dispo en dvd zone 2 !

    bonnes courses :p

  3. Un troisième film de John Hughes, « Une créature de rêve », va sortir en blu-ray le 3 septembre 2013, toujours chez Universal. Kelly LeBrock en HD, les fans apprécieront !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s