Critiques Cinéma

GANGSTER SQUAD (Critique)

3 STARS BIEN

GANGSTER SQUAD AFFICHE

Le tweet de sortie de projo

gangster squad tweet

SYNOPSIS: Los Angeles, 1949. Mickey Cohen, originaire de Brooklyn, est un parrain impitoyable de la mafia qui dirige la ville et récolte les biens mal acquis de la drogue, des armes, des prostituées et – s’il arrive à ses fins – de tous les paris à l’ouest de Chicago. Tout ceci est rendu possible par la protection, non seulement des hommes de mains à sa solde, mais également de la police et des hommes politiques qui sont sous sa coupe. Cela suffit à intimider les policiers les plus courageux et les plus endurcis… sauf, peut-être, les membres de la petite brigade officieuse de la LAPD dirigée par les Sergents John O’Mara et Jerry Wooters qui, ensemble, vont tenter de détruire l’empire de Cohen.

Certains films vous vendent une histoire, une ambiance, une époque, un traitement, le tout drapés dans un marketing poussé et au final on se retrouve devant un objet hybride, qui d’un côté ressemble à ce que l’on attendait et qui de l’autre vous propose finalement tout autre chose. C’est le cas de Gangster Squad, film de gangsters à la sauce fifties qui nous offre son quota de fusillades ou de bastons homériques, ses bad guys patibulaires en diable, son escouade de flics incorruptibles et imbattables , mais qui, par un traitement surprenant, propose une bonne dose de dérision et de second degré, qui fait que l’on est parfois à la limite de la parodie, mais que l’on finit par se demander si c’est voulu ou nonGANGSTER SQUAD 1Réalisé par Ruben Fleisher, le metteur en scène de Bienvenue à Zombieland, cette sauce de second degré est dès lors moins surprenante. Prenant le parti pris d’une reconstitution léchée, et calquant son script (écrit par Will Beall d’après le livre de Paul Lieberman) sur des modèles vus et approuvés (Les Incorruptibles, L.A Confidential…), Gangster Squad voyage dès le début en terrain connu. Pourtant en usant d’effets visuels très stylisés ou de ralentis opportuns, Ruben Fleisher nous emmène dans un film d’époque qui, dépourvu de tout classicisme, est mis en scène comme un blockbuster des années 2000. En gros, on se moque bien vite de l’histoire cousue de fil blanc et dont on voit arriver les rebondissements à cent lieues à la ronde pour se concentrer sur le fun, le plaisir brut de voir nos héros défourailler et de tirer dans le tas.

GANGSTER SQUAD 2

Si Gangster Squad constituera donc pour certains une semi-déception, d’autres y trouveront leur bonheur, si tant est que l’on se laisse prendre par l’esprit pulp et bande dessinée imprimés à l’ensemble. On pourra reprocher au film son manque d’originalité et la linéarité de son récit, voir sa tendance à reproduire à l’identique certains gimmicks aperçus chez ses glorieux ainés plutôt que de leur rendre un hommage plus fin, mais au bout du compte, on est très loin du mauvais film. Oui c’est bourrin, oui ça bastonne à tout va et les marques des coups sur les visages ne perdurent pas, oui la plupart de nos héros son invincibles… Tout cela est vrai mais le film se suit pourtant avec un réel plaisir à défaut d’être surprenant.

GANGSTER SQUAD 3

Ce qui est frustrant avec Gangster Squad, c’est que l’on ne sait pas si le traitement final est dû au remontage exigé par Warner après la tuerie de Aurora, et si la scène de fusillade dans le cinéma donnait un tout autre éclairage au récit, même si disons qu’aujourd’hui devant le produit fini, cela relève de l’anecdotique, en attendant une hypothétique Director’s cut. Reste que la grande qualité de Gangster Squad, c’est d’avoir un des castings les plus excitants de l’année: Si Sean Penn cabotine à mort dans le rôle de Mickey Cohen, paranoïaque et donneur d’ordres les plus abjects, il propose une prestation assez folle. Josh Brolin (parfait en justicier au grand coeur), Ryan Gosling (magnifique en jeune loup aveuglé par ses sentiments), Emme Stone (Jolie et gracile en objet du désir) ou encore Robert Patrick (papy la gachette qui nous vaut l’une des scènes les plus drôles du film mais pas certain que ce soit voulu) et Nick Nolte (impeccable en figure tutélaire de la brigade), voici quand même quelques raisons d’aller découvrir en salles ce Gangster Squad et de prendre son shoot de plaisir devant ce qui s’avère être un pur divertissement de qualité.

GANGSTER SQUAD AFFICHE MINITitre original: GANGSTER SQUAD

Réalisé par: Ruben Fleisher

Casting: Josh Brolin, Ryan Gosling, Sean Penn,

Emma Stone, Robert Patrick, Nick Nolte….

Genre: Action, Thriller, Drame

Sortie le: 6 Février 2013

Distribué par : Warner Bros.France

3 STARS BIEN

BIEN

Publicités

5 réponses »

  1. Alors moi chers amis, j’ai un gros doute. Si c’est voulu cela ne me parait pas assez. J’avoue que le côté second degré ne m’a pas traversé le cortex une seconde au cours de la projection. Fallait en faire plus. Du coup je suis un peu plus mitigé sur le film. Je sens plus le réal dépassé par son film…

Répondre à Cliffhanger Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s