Critiques Cinéma

L’ETRANGE POUVOIR DE NORMAN (Critique) ****

SYNOPSIS: Une petite ville est prise d’assaut par une armée de zombies. Qui peut-on appeler à la rescousse ? Le seul garçon du coin capable de parler avec les morts : Norman. Pour sauver ses congénères d’une malédiction vieille de plusieurs siècles, Norman va devoir combattre zombies, fantômes, sorcières et pire encore, une tribu d’adultes bornés qui risque de lui poser bien des problèmes…

Oh la belle surprise! Décidément le film d’animation a le don pour délivrer monts et merveilles de toutes sortes mais aussi pour parvenir à chaque fois un peu plus à repousser des limites techniques que l’on pensait indépassables. Paranorman (le titre original d’une simplicité et d’une beauté telles, que le garder en France aurait été judicieux) est de cette trempe là, de ces films techniquement irréprochables et dont la flamboyance des moyens utilisés, loin d’être l’arbre qui cache la forêt, est juste un merveilleux écrin pour raconter une vraie histoire à la narration maitrisée et aux multiples trouvailles. Sans apporter une quelconque révolution scénaristique mais à l’aide d’un récit qui regorge de scènes jubilatoires.

Second long métrage en 3D des studios Leika après CoralineL’Etrange Pouvoir De Norman est réalisé en stop-motion et tout au long des 1h27 que dure le film, on est subjugué par les prouesses techniques engendrées par cette méthode d’animation qui nécessite un travail colossal. Loin de se contenter d’enchainer de simples séquences théâtrales le film nous emporte dans une aventure où vont se succéder, traversée de la ville, poursuite en voiture ou encore impressionnante scène d’émeute, le tout enrobé d’une irrésistible drôlerie et d’un hommage respectueux à tout un large pan du cinéma. En effet, du film d’horreur au teen movie, et sans utiliser le clin d’œil comme un gimmick récurrent, les auteurs réussissent à conférer à leur récit encore plus d’épaisseur tout en favorisant ce sentiment de jubilation qui envahit le public de connaisseurs et sans pour autant se couper des non initiés.

D’une mouvance bien plus sombre que nombre de films d’animation traditionnels, L’Etrange Pouvoir De Norman n’est pas pour tous publics, les très jeunes enfants notamment pouvant être effrayés par certains monstres ou effets impressionnants où tout simplement par la noirceur qui se dégage de l’ensemble. Car notons bien que nous ne sommes pas dans du dessin animé où tout est policé et où les héros se doivent d’être sans peur et sans reproches et devant lesquels toutes nos chères têtes blondes peuvent se poser sans crainte. Non, Norman n’est pas un petit garçon « normal » il possède le pouvoir particulier de s’adresser aux morts et comme déjà dit ailleurs « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». La force de Chris Butler et Sam Fell c’est, outre le côté référentiel, d’avoir instillé une dimension poétique à leur récit et d’avoir tout au long de leur film, jonglé entre l’humour et les réflexions de fond. Car mine de rien, L’Etrange Pouvoir De Norman aborde des thèmes comme l’amour familial, la solitude, le dépassement de soi, l’acceptation des différences, autant de problématiques subtilement traitées et qui, dans la boucle de l’histoire, forment un ensemble très cohérent.

Clairement influencés par les films d’horreur toutes générations confondues, biberonnés aux films pour ados et d’aventure ainsi qu’au ciné de genre qui avait cours dans les années 80 (la patte Spielberg ou la John Hughes touch sont prégnantes, notamment dans la caractérisation des personnages), les réalisateurs ont digéré leurs influences pour offrir un film assez fou, rythmé et drôle et empreint d’une certaine mélancolie et d’un amour immodéré pour le cinéma. Tout n’est pas parfait, le film est parfois un brin naïf et prévisible et semble ne pas prendre toute l’ampleur dramatique qu’il aurait mérité, mais il recèle quelques très grandes scènes, dont un final incroyable et gonflé, magnifié par une 3D du plus bel effet. L’Etrange Pouvoir De Norman s’avère être une incontestable réussite qui fait prendre tout son sens à l’expression œuvre d’art!

L’ETRANGE POUVOIR DE NORMAN DE CHRIS BUTLER & SAM FELL, AVEC LES VOIX DE CASEY AFFLECK, ANNA KENDRICK, JOHN GOODMAN, LESLIE MANN, TUCKER ALBRIZZI, CHRISTOPHER MINTZ-PLASSE, JEFF GARLIN… SORTIE LE 22 AOUT

DISTRIBUE PAR UNIVERSAL PICTURES INTERNATIONAL FRANCE

Publicités

3 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s