Critiques Cinéma

RUMBA LA VIE (Critique)

SYNOPSIS: Tony, la cinquantaine, chauffeur d’autobus scolaire renfermé sur lui-même, vit seul après avoir abandonné femme et enfant vingt ans plus tôt. Bousculé par un malaise cardiaque, il trouve le courage nécessaire pour affronter son passé et s’inscrire incognito dans le cours de danse dirigé par sa fille, qu’il n’a jamais connue, dans le but de la (re)conquérir et de donner un sens à sa vie. 

Avec Tout le monde debout son premier long métrage comme réalisateur, Franck Dubosc nous avait cueilli avec une belle comédie romantique pleine de sens et dont on avait craint qu’il ne parvienne à éviter les écueils d’un sujet casse-gueule -le handicap- une gageure que le néo cinéaste était parvenue pourtant à relever haut la main. Quatre ans plus tard, la pandémie aidant, Dubosc est enfin de retour avec un second film dans lequel on le retrouve en vieux garçon qui n’a plus trop goût à une vie sans saveur et qu’un malaise cardiaque va réveiller et sortir de la léthargie dans laquelle il se complaisait. Pour retrouver le sel de l’existence il va partir à la rencontre de sa fille qu’il ne connait pas en s’inscrivant au cours de danse qu’elle donne sans pour autant lui dévoiler qui il est. On retrouve dans Rumba la vie, le postulat de départ du mensonge de Tout le monde debout mais c’est moins le cœur du film que de raconter une relation entre un père et sa fille. Là où le réalisateur surprend, c’est en creusant le sillon d’une veine tragi-comique dans laquelle il s’avère plutôt doué, car il n’efface pas l’émotion d’un revers de la main quand elle se dévoile, il la laisse s’installer et sait lui donner la place qu’elle mérite. Rumba la vie n’en est pas pour autant dénué d’humour, mais Dubosc n’en fait pas sa figure de proue et c’est l’humanité de ses personnages et le sérieux qui irrigue son récit qui prédomine. Cela donne la découverte d’un comédien qui assume ses rides, qui laisse son sourire ultra brite de côté pour laisser parler sa profondeur et qui n’a pas peur de faire face à ses émotions. Et d’un acteur qu’aucun réalisateur avant lui n’a regardé aussi bien.

Avec sincérité et générosité, Dubosc réussit un film empreint de vérité. La tendresse qu’il parvient à déployer sans céder à des facilités narratives permet de rendre son récit touchant et souvent inattendu dans son déroulé. La grande force de Rumba la vie – et à contrario de nombre de comédies françaises- est de ne jamais faire rire aux dépens de ses personnages et surtout de porter sur eux un beau regard. Dubosc l’acteur, on l’a dit est impeccable et Dubosc le scénariste a offert de très jolis rôles à ses partenaires.

De Jean-Pierre Darroussin en collègue solidaire à Marie-Philomène Nga en voisine au fort tempérament en passant par Marie Vincent en séductrice prête à tout et Catherine Jacob en patronne dure mais compréhensive ou encore l’apparition hilarante de Michel Houellebecq (qui a lui-même fait savoir à Dubosc qu’il voulait travailler avec lui), chaque personnage existe vraiment et se révèle réellement attachant. Mais outre l’écriture fine et précise et une réalisation sobre mais qui laisse s’installer l’émotion, il fallait que la relation entre le personnage joué par Dubosc et celui de sa fille fonctionne à l’écran.

Et c’est fort heureusement l’un des points forts du film d’avoir choisi Louna Espinosa que l’on avait adoré dans la série Les Bracelets Rouges dans laquelle elle avait fait montre d’une palette de jeu impressionnante. Ici, elle joue à nouveau sur large gamme d’émotions et son entente avec son partenaire confère au film son supplément d’âme. La jeune comédienne est aussi dotée d’un tempérament qui fait qu’elle n’est jamais dans la position de la fille fragile et ébranlée de se découvrir un père de cet acabit. On a hâte de la revoir pour qu’elle confirme son bel envol. Et on s’en voudrait de passer sous silence les scènes de danse qui ont évidemment leur importance dans l’histoire qui se noue entre eux et qui  sont particulièrement réussies. Si Rumba la vie n’est pas parfait et qu’un soupçon de densité supplémentaire n’aurait pas nuit à l’ensemble, il faut saluer la veine dans laquelle Franck Dubosc semble se diriger et qui fait qu’en deux films à peine se dessine en filigrane les contours de ce que d’aucuns peuvent appeler une œuvre.

 

Titre original: RUMBA LA VIE

Réalisé par: Franck Dubosc

Casting: Franck Dubosc, Louna Espinosa, Jean-Pierre Darroussin …

Genre:  Comédie

Sortie le: 24 Août 2022

Distribué par : Gaumont

TRÈS BIEN

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s