Critiques Cinéma

OLD BOY (Critique)


SYNOPSIS :  A la fin des années 80, Oh Dae-Soo, père de famille sans histoire, est enlevé un jour devant chez lui. Séquestré pendant plusieurs années dans une cellule privée, son seul lien avec l’extérieur est une télévision. Par le biais e cette télévision, il apprend le meurtre de sa femme, meurtre dont il est le principal suspect. Au désespoir d’être séquestré sans raison apparente succède alors chez le héros une rage intérieure vengeresse qui lui permet de survivre. Il est relâché 15 ans plus tard, toujours sans explication. Oh Dae-Soo est alors contacté par celui qui semble être le responsable de ses malheurs, qui lui propose de découvrir qui l’a enlevé et pourquoi. Le cauchemar continue pour le héros.

Pour son troisième film, Joint Sécurity Area, il nous avait livré une copie quasiment parfaite sur fond de guerre et d’amitié, on y découvrait déjà sa touche atypique et sa maitrise parfaite des mouvements de caméra. Il s’agit évidemment du réalisateur Sud-Coréen Park Chan-Wook, celui qui réalisa ensuite l’excellent Sympathie for Mr Vengeance, le premier volet de sa trilogie « vengeance ». Il impose alors sa griffe, faite d’images chocs, de scènes d’une rare violence et d’une noirceur poétique. Le deuxième volet de cette trilogie arrive en 2003, il s’agit d’Old Boy qui vient s’inscrire directement dans cette même lignée. Le film nous transporte en 1988, on y voit Oh Dae-soo (Choi Min-sik), père de famille sans histoire, se faire kidnapper devant chez lui. Il va ensuite apprendre depuis la pièce qui lui sert de prison, que sa femme a été retrouvée morte et que la police le recherche activement. Il est relâché en 2003 sans raison précise et croit alors redevenir libre. Mais il reçoit un mystérieux appel téléphonique. Au bout du fil, son bourreau qui l’emmène dans un nouveau jeu sadique. Oh Dae-soo devra découvrir qui l’a enlevé et surtout pourquoi. Notre personnage principal va alors se lancer dans un jeu du chat et de la souris très complexe et surtout très malsain avec son ravisseur. Le réalisateur a choisi de nous montrer à quel point la folie peut envahir un homme, enfermé pendant 15 ans, il en ressortira avec d’énormes séquelles, un véritable stress post-traumatique qui va notamment lui provoquer des hallucinations et une énorme colère à évacuer. Et pour nous montrer à quel point ces séquelles peuvent être traumatisantes et violentes, Park Chan-Wook, comme à son habitude, ne fait pas dans la dentelle et adore distribuer des images poignantes, fortes, où on peut voir des dents arrachées, des tendons tranchés, des langues coupées, Old boy ne déroge pas à cette règle et nous en fait voir de toutes les couleurs, nous passons par tous les sentiments pendant le film de la tristesse pour le héros, de la haine contre ce qui lui a été fait, du dégoût, puis de l’horreur et bien plus encore..


L’histoire se poursuit donc dans la quête de réponses à ses questions, pourquoi lui ? pourquoi a-t-il été enfermé pendant 15 ans ? Au fur et à mesure de l’avancée du film, après plusieurs mâchoires cassées, après que le sang ait coulé, beaucoup coulé. Nous découvrons toutes les réponses à nos questions, en fouillant dans son passé, nous découvrons la vérité, qui fait parfois mal à entendre… On retiendra l’apothéose, le bouquet final, le twist qui vient en point d’orgue clôturer l’œuvre de Park Chan-Wook. Présenté en compétition au Festival de Cannes en 2004, Old Boy remporte le Grand Prix du jury. Fahrenheit 9/11 ½ lui ravira la Palme D’or, même si Quentin Tarantino, alors Président du Jury, affirme encore aujourd’hui qu’il fait partie de ses films favoris, de ceux qu’ils l’ont véritablement marqué.


La façon de filmer du cinéaste, les plans et l’éclairage y sont bien évidemment pour beaucoup. Les transitions et les mouvements de caméra pendant les scènes d’action sont incroyables, le tout sur un fond sonore et une bande son signé Lee Seung-Cheol et Stephane Werner qui colle parfaitement au thème du film. Il faut également souligner la performance de l’acteur principal Choi Min-Sik, qui du fait de sa prestation à couper le souffle, contribue grandement à rendre le film à la fois sombre et inquiétant. Old Boy est virtuose en tout point. Chaque plan est d’une esthétique incroyable, on garde une certaine admiration devant le machiavélisme des scénaristes. Une œuvre magnifique, d’une implacable noirceur et d’une violence psychologique et visuelle éprouvante.

Titre Original : OLDEUBOI

Réalisé par: Park Chan-Wook

Casting: Choi Min-sik, Yu Ji-tae, Kang Hye-jeong, Ji Dae-han, Oh Dal-soo… 

Genre: Action, Drame, Thriller

Sortie le: 29 Septembre 2004

Distribué par : Bac Films

CHEF-D’ŒUVRE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s