Critiques Cinéma

SOS FANTÔMES : L’HÉRITAGE (Critique)

SYNOPSIS: Une mère célibataire et ses deux enfants s’installent dans une petite ville et découvrent peu à peu leur relation avec les chasseurs de fantômes et l’héritage légué par leur grand-père. 

Faire renaître une saga populaire est une tâche ardue qui, si elle n’est pas évaluée et étudiée avec précautions, peut très vite virer au drame. Les exemples sont légion, mais parmi eux, le Ghostbusters de 2016 a eu un joli effet de dynamitage de la série en annihilant un temps les projets de suite. Le remake de Paul Feig n’aura définitivement pas eu l’effet escompté. En voulant plonger les fantômes des originaux d’Ivan Reitman dans les codes de la comédie américaine actuelle, ce SOS Fantômes mouture 2016 s’attira les foudres des fans de la saga aux poltergeists (bien que le sujet du cast entièrement féminin soit une partie non négligeable de la haine vouée au projet). A l’heure où la nostalgie est aux atmosphères des années 80 (Stranger Things en tête de proue, empruntant d’ailleurs les uniformes des chasseurs de fantômes dans sa saison 2), la renaissance de Ghostbusters semblait n’être qu’une question de temps. Et puis, dans un joli parallèle, le scénariste et réalisateur Jason Reitman (fils du metteur en scène des deux originaux et à l’origine de Thank you for Smoking et Juno) s’attaque au projet. Ici, pas de doute, ce nouvel opus parlera du passé et du passage de relais d’un héritage. Un père lègue à son fils ce qu’Hollywood nous a offert il y a de ça 40 ans. Et l’approche des fêtes de Noël fait de ce nouveau SOS Fantômes un cadeau de choix. Dans cet Héritage, nous suivons Callie et ses deux enfants Trevor et Phoebe qui emménagent dans la vieille maison de leur défunt grand-père. Petits nouveaux dans une petite ville en apparence pas très accueillante, ils découvrent du mystérieux matériel scientifique dans un atelier et un étrange corbillard blanc dans la grange… Avec l’aide de leur professeur M. Grooberson, ils ouvrent un piège à fantômes et libèrent une entité qui aurait mieux fait de rester enfermée…


Jason Reitman embrasse pleinement l’atmosphère des volets originaux en leur vouant presque un autel sur lequel se reposer sans virer à la psychose. Cet SOS Fantômes développe une nouvelle aventure ponctuée de nouveaux personnages terriblement attachants qui adoptent sans difficulté l’aura de Ghostbusters pour monter un opus original, agréablement plaisant et constamment drôle. En tête de proue, McKenna Grace est la plus grosse réussite du film, sa Phoebe ingénieure en herbe est une vraie pépite et donne à sa comédienne l’occasion de montrer son talent indubitable dans un presque-premier rôle de grande ampleur, comme un véritable passage de relais à la nouvelle génération. Car vecteur de transmission, L’Héritage permet à Jason Reitman et Gil Kenan de monter un vrai spectacle plein de charme et bouillonnant d’envie de faire renaître la flamme allumée par Venkman, Spengler et les autres. Cela lui vaut malgré tout un certain écart dans sa fin, lorsque le film refuse de construire quelque chose de neuf pour se lover dans les fantômes des originaux, avec toute la panoplie de fan-service qui va avec et qui anesthésie en quelque sort l’intrigue. Un arrêt juste avant la finish line qui ne manque tout de même pas de provoquer une vive émotion couplée à un sens rare de la nostalgie et de la mélancolie. Cet Héritage a donc un peu de mal à se tenir tout seul, hésitant un instant de tracer sa propre route pour regarder en arrière, mais assure en fin de parcours que ce n’est que le début de l’aventure (restez jusqu’à la toute toute fin du générique).


Reitman signe un film plein d’humour justement dosé sous forme de teen movie classique à la construction très solide, faisant jaillir sa menace spectrale dans son petit panel de personnages en tout genre, entre Podcast, le meilleur ami geek de Phoebe, Lucky, la jeune serveuse dont Trevor tombe sous le charme, et l’attachant Monsieur Grooberman incarné par le génial Paul Rudd, toujours au rendez-vous. En puisant ses inspirations et la gestion de sa trame narrative dans le premier volet (on pourra quasiment voir dans cet opus une forme de remake), L’Héritage parvient avec force et conviction à inclure son tout nouvel univers moderne dans la saga d’origine, dépoussiérant les proton-packs et la Ecto-1 pour de bon. Les fantômes, les pièges et les menaces d’apocalypse à base de Bibendum Chamallow sont de retour et le font savoir avec une joie entraînante.



Véritable ode au passé, aux Ghostbusters originaux et à Harold Ramis, ce SOS Fantômes : L’Héritage fait avec délicatesse ce que chaque suite moderne de saga classique rêverait de faire, en intégrant sa nouvelle génération dans un circuit familier pour pouvoir revisiter son essence. En nous offrant un spectacle très satisfaisant tout droit ressuscité des 80’s, Jason Reitman revisite l’œuvre de son père avec une sensibilité assez rare. Si le fan-service fait un peu tomber à plat le climax (même s’il ravira les amateurs de casseurs de fantômes, et sont-ils nombreux), cet Héritage parvient avec créativité et beaucoup d’humour à dépoussiérer la saga en faisant briller sa renaissance par une jolie lettre d’amour adressées aux fantômes du passé. Car ces fantômes ont, eux-aussi, un cœur.

Titre Original: GHOSTBUSTERS : AFTERLIFE

Réalisé par: Jason Reitman

Casting : Carrie Coon, Finn Wolfhard, Mckenna Grace…

Genre: Aventure, Action, Comédie

Sortie le: 1er décembre 2021

Distribué par: Sony Pictures Releasing France

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s