Critiques

L’ABSENTE (Critique Mini-Série Episodes 1×01- 1×03) Le chemin est unique…

SYNOPSIS: Neuf ans après la disparition de la petite Marina dans les environs de Dunkerque, une jeune femme amnésique, lui ressemblant trait pour trait, réapparaît presque au même endroit. Une réapparition qui va bouleverser la famille de la disparue… Mais qui est réellement cette inconnue ? 

Les traumatismes familiaux liées à des disparitions d’enfants sont devenus depuis quelques années l’un des sujets de prédilection des scénaristes de fiction française à tel point qu’on finit parfois par s’en agacer avant même d’avoir fait l’effort de voir de quoi il en résulte. Ce fut le cas avec L’absente, même si la précédente  série du réalisateur Karim Ouaret (Prise au piège) nous avait agréablement surprise de même que celle de la scénariste Delinda Jacobs (La Forêt) qui traitait du même type de thématique. C’est donc malgré tout avec un brin de scepticisme que l’on s’est attelé à découvrir L’absente, mais très vite, nos craintes se sont atténuées car Delinda Jacobs semble moins intéressée par l’avancée de son intrigue policière que sur la charpente de ses personnages qui bénéficient d’une caractérisation extrêmement soignée. L’enquête n’en est pas moins le moteur de la série mais ce sont les personnages qui en sont l’âme et l’esprit.

Car tout est dit dès le titre. L’absente, cette petite fille disparue dont la famille s’est disloquée face au drame et où chaque minute passée à espérer un hypothétique retour est un nouveau traumatisme à encaisser et à gérer. L’absente gagne sur tous les tableaux à ne pas être qu’un énième thriller sans saveur mais à être au contraire une œuvre où priment les sentiments, les soubresauts intimes et où chacun dévoile ses fêlures personnelles dans les silences qui raisonnent à n’en plus finir jusqu’à vouloir se taper la tête contre les murs pour supporter l’insupportable. Cette famille en miettes qui n’a pas pu résister au tsunami émotionnel doit trouver la force de réapprendre à vivre quand réapparait onze ans plus tard une fille et une sœur que personne ne (re)connait réellement quand bien même l’une (la mère) se raccroche à cet ultime espoir sous peine de sombrer définitivement, quand l’un (le père) doute jusqu’à ce que ses convictions vacillent, alors que le frère aîné et la sœur cadette ont dû trouver leur place quand la disparue était, de fait, déifiée.

Pour que de beaux personnages palpitent et existent pleinement, il faut de beaux interprètes pour leur donner vie. Et L’absente s’est parée d’une distribution de haut vol au premier rang de laquelle émerge un Thibault de Montalembert exceptionnel dans le rôle d’un père brisé qui tente de surnager. Clotilde Courau délivre une palette de jeu saisissante démontrant encore quelle grande comédienne elle peut être quand elle est servie par un texte et un récit puissant. La subtilité de certains personnages (la flic spécialisée dans les enlèvements d’enfants interprétée par la fantasque Marie Denarnaud, le flic chevronné bardé de remords joué par le remarquable Olivier Rabourdin, celle qui fut la bouée de sauvetage du père campée par la magnifique et toujours aussi juste Laëtitia Eïdo …) confèrent par ailleurs  à L’absente une personnalité singulière et fascinante. L’efficacité narrative, la science du rebondissement, la profondeur de la psyché des personnages, la densité de l’ensemble amènent la série dans une zone où les secrets et les mensonges se répondent tant et si bien que l’on finit étourdi par la force qui émane de l’œuvre. Cette plongée en apnée trouve par ailleurs un écrin visuel magnifié par la mer du Nord que Karim Ouaret utilise à bon escient grâce à sa réalisation d’une fluidité étonnante. Laissant la tension s’installer sans bousculer son tempo, L’absente prend son temps pour nous emporter au cœur de son tourbillon et on s’y laisse happé car le chemin est unique et c’est déjà en soi un exploit.

Crédits : France 2

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s