Summer Fever 2020

SUMMER FEVER 2020 : Une sélection cinéma préparée par la rédaction – Épisode 22

Durant tout l’été la rédaction va vous accompagner avec des sélections de films à voir et à revoir, des découvertes à faire, des curiosités à explorer, des films doudous à savourer, des blockbusters, des séries B voire même des nanars pour s’éclater… Un été cinéma même chez soi, pour que cette année particulière reste aussi celle de la célébration de cet art qu’on dit 7ème mais qui reste le premier dans nos cœurs.

MAGNOLIA (1999) 

SYNOPSIS: Earl Partridge, âgé et malade, va bientôt mourir. Il demande a son fidèle infirmier de retrouver le fils qu’il a jadis abandonne. Sa jeune épouse, qui convoitait sa fortune, devrait se réjouir mais n’y parvient pas. Frank Mackey, jeune gourou cathodique de la séduction masculine, s’est construit un passe et une vie. Mais combien de temps le masque peut-il résister? Toutes ces vies s’entrecroisent le temps d’une journée comme les autres sous le soleil de la Californie. 

Film choral s’inspirant des films de Robert Altman, Paul Thomas Anderson confirme tous les espoirs portés en lui après Boogie Nights avec son troisième film : c’est brillant, étrange et bouleversant. La mise en scène utilise des plans longs, des plans-séquences et des travellings pour dépeindre les différentes trajectoires des personnages que nous croisons. Tom Cruise, dont c’est pour nous le meilleur rôle (avec Collatéral) nous offre une partition étonnante et poignante en gourou du sexe. A ses côtés, Julianne Moore, Philip Seymour Hoffman (acteur fétiche de PTA), John C. Reilly, William H. Macy et tant d’autres sont magnifiques. De plus, le long-métrage nous offre une belle réflexion sur le hasard et les coïncidences en mettant en scène des événements improbables et impressionnants comme une pluie de grenouille. Un film inoubliable à (re)voir absolument !



LAYER CAKE (2004)

SYNOPSIS: « XXXX », un dealer de cocaïne respecté au sein de l’élite de la mafia anglaise, désire prendre sa retraite. Mais Jimmy Price, un grand ponte du milieu, lui confie une mission difficile : retrouver la fille aînée de son vieil ami Eddie Temple, un puissant criminel… 

Ce premier long-métrage de Matthew Vaughn, producteur des débuts de Guy Ritchie, est un peu dans la même veine que les films de ce dernier. Soit un film de gangsters anglais mais plus froid, plus distancié, plus classe. Très bien filmé, avec un montage et une photographie très travaillés, nous sommes volontiers manipulés dans cette histoire de trafic de drogue et de mafia entre Londres et Amsterdam. Cet excellent film lança la carrière du réalisateur (le premier Kick-Ass, le reboot X-Men le commencement, les trois Kingsman) et a sans doute permis à Daniel Craig d’obtenir le rôle de James Bond l’année suivante. Tous les acteurs sont parfaits : Colm Meaney, Sienna Miller, Dexter Fletcher (qui réalisera ensuite Rocketman), Burn Gorman, et les petits nouveaux Tom Hardy, Ben Whishaw, Sally Hawkins (qui exploseront plus tard) et Daniel Craig évidemment, impérial. Notons la BO incroyable (cette scène avec une théière sur du Duran Duran !). A découvrir !



LETTRE D’UNE INCONNUE (1948)

SYNOPSIS: Un célèbre pianiste vieillissant reçoit un jour une lettre d’une jeune femme inconnue de lui, Lisa Berndle. Celle-ci lui retrace l’amour qu’elle a éprouvé secrètement pour lui depuis son enfance. Elle évoque les rares étreintes que ce volage amant voulut bien lui accorder d’où d’ailleurs naquit un enfant, mort depuis du typhus. Elle a épousé un diplomate sans lui cacher que son coeur était ailleurs. C’est sur son lit de mort qu’elle rédige cette terrible missive. Le pianiste comprend alors pourquoi un diplomate viennois l’a provoqué en duel la veille.

Adaptant une magnifique nouvelle de Stefan Zweig, Max Ophüls réalise l’un des plus beaux films d’amour qui soit. La virtuosité de la mise en scène est extraordinaire tout comme la photographie en noir et blanc. De plus, un grand soin a été apporté aux décors et costumes pour représenter la ville de Vienne au début du XXe siècle. Niveau interprétation, Joan Fontaine et Louis Jourdan sont tous deux formidables, elle notamment, passant de l’adolescente naïve à la femme mélancolique et discrète. Construite en flashbacks, cette histoire d’amour déchirante est un grand film d’amour et de regret sur le temps et l’attente. A (re)voir absolument !



ORGUEIL & PRÉJUGÉS (2005)

SYNOPSIS:  Dans un petit village d’Angleterre, sous le règne de George III, Mrs. Bennet veut marier ses filles afin de leur assurer un avenir serein. L’arrivée de nouveaux voisins, Mr. Bingley et son ami Mr. Darcy, plonge Jane et Elisabeth dans des affaires de coeur tumultueuses. Cette dernière découvre l’amour en rencontrant le bel et aristocratique Darcy. Pourtant, tous deux devront passer outre leur orgueil et les mauvaises interprétations qui s’ensuivent avant de tomber dans les bras l’un de l’autre à la grande surprise des Bennet. 

Pour son premier film, le talentueux Joe Wright réalise directement un chef-d’œuvre, avant d’en réaliser un second avec Reviens-moi (Atonement), deux ans après. Oui, un chef-d’œuvre car tout confère au sublime. La mise en scène d’abord, d’une virtuosité absolue avec ses plans longs et ses travellings sinueux, la photographie solaire, les décors et les costumes magnifiques, la merveilleuse musique de Dario Marianelli, l’adaptation réussie et condensée du célèbre roman de Jane Austen, son humour ironique qu’on retrouve dans de nombreuses répliques et ses acteurs magiques. Keira Knightley illumine l’écran en Elizabeth Bennet (première nomination à l’Oscar pour elle), Matthew Macfadyen est excellent en Mr Darcy, Rosamund Pike est formidable (dix ans avant sa reconnaissance internationale pour Gone Girl). Simon Woods, Rupert Friend, Kelly Reilly, Brenda Blethyn, Donald Sutherland, Judi Dench et tous les autres sont parfaits. C’est aussi le tout premier film de Carey Mulligan qui interprète l’une des sœurs du personnage principal. En mêlant un réalisme cru, terrien (après tout, une grande partie du film se passe dans une ferme et dans la nature) avec le romanesque du film en costumes et le charme de deux êtres tombant amoureux, on atteint un sommet de romantisme. Par conséquent, ce film inoubliable est à revoir régulièrement pour se donner du baume au cœur !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s