Summer Fever 2020

SUMMER FEVER 2020: Une sélection cinéma préparée par la rédaction – Épisode 10

Durant tout l’été la rédaction va vous accompagner avec des sélections de films à voir et à revoir, des découvertes à faire, des curiosités à explorer, des films doudous à savourer, des blockbusters, des séries B voire même des nanars pour s’éclater… Un été cinéma même chez soi, pour que cette année particulière reste aussi celle de la célébration de cet art qu’on dit 7ème mais qui reste le premier dans nos cœurs.

PERMIS DE TUER (1989)



SYNOPSIS : L’agent de la CIA Felix Leiter est kidnappé et torturé par un complice de Franz Sanchez, puissant baron de la drogue. Pour venger son ami et sa jeune épouse assassinée, James Bond quitte brutalement le MI6 et décide d’utiliser son permis de tuer pour retrouver l’auteur des crimes…


Le deuxième et dernier James Bond incarné par le sous-estimé Timothy Dalton est un film parfait pour l’été. Il a ce petit parfum des films d’action des eighties produits par Joël Silver. Dans ce 16ème opus, le plus violent de la saga, 007 claque la porte du M6 afin de venger son ami, l’agent de la CIA Felix Leiter, torturé par un complice de Franz Sanchez (Robert Davi, brutal et inquiétant à souhait), un grand baron de la drogue aux ambitions planétaires. Tourné en Floride et au Mexique, le film de John Glen regorge de décors exotiques avec palmiers, eaux turquoises et montagnes rocheuses. La séquence sous-marine où 007 s’échappe d’une nuée d’homme grenouilles en tirant son harpon sur le flotteur d’un hydravion derrière lequel il fait du ski nautique est un sommet de cascade bondienne. Timothy Dalton, torturé et les nerfs à vif, c’est Daniel Craig en mieux, mais avec quinze ans d’avance.


LE GENOU DE CLAIRE (1970)

SYNOPSIS: Jérôme, attaché culturel à l’ambassade, rend visite à une amie en villégiature à Annecy. Sur le point de se marier, ce séducteur et épicurien, croise le chemin de Claire, une jeune femme dont il rêve de caresser le genou.

Si vous aimez les décors champêtres, les promenades tranquilles au bord du lac et les courts de tennis, alors le film d’Eric Rohmer est pour vous. Jean-Claude Brialy, barbu et silhouette de jeune homme, joue un attaché culturel de 35 ans sur le point de se marier. Amoureux des mots et des femmes, il n’a qu’une obsession : toucher le genou de Claire, la fille aînée de Madame Walter. Aérien et truffé de références littéraires (Don Juan, Les Liaisons Dangereuses…) sans jamais être écrasantes, ce conte moral à la fois léger et cruel vaut le détour pour le jeu naturel des comédiens. On y croise Fabrice Luchini, 19 ans, fluet et déjà volubile, doutant de sa virilité face à Laura (Anaïs Roman), une lycéenne de 16 ans à la personnalité hors norme. Une réflexion profonde sur l’amour et la séduction.



LE PRIX DU DANGER (1983)


SYNOPSIS : Dans une société futuriste, « le prix du danger » est le nouveau jeu d’une chaine de télévision. Un homme doit rejoindre un endroit secret en évitant cinq hommes venus pour le tuer. S’il réussit, il empoche beaucoup d’argent, mais François Jacquemard, nouveau participant, réalise très vite que le jeu est truqué…

Lorsqu’en 2019, la chaîne RMC Story a mis à l’antenne la téléréalité Escape : 21 jours pour disparaître, dans lequel onze candidats/fugitifs sont traqués par des agents du GIGN, on a cru que le film prophétique d’Yves Boisset s’était réalisé. Sorti en 1983, Le Prix du danger, plus glaçant et supérieur que Running Man, son remake américain avec Arnold Schwarzenegger, est une satire mordante du monde de la télévision obsédée par l’audimat au mépris de l’éthique la plus élémentaire. Viril et fragile à la fois, Gérard Lanvin est formidable dans le rôle d’un candidat coriace et rebelle. Il est sélectionné lors d’un casting par Marie-France Pisier, ambiguë à souhait en redoutable productrice (on verrait bien Alexia-Laroche Joubert reprendre le rôle dans un éventuel remake français). Le clou du spectacle ? Michel Piccoli en présentateur vedette cynique, imbu de lui-même, feignant l’empathie pour mieux dramatiser le spectacle….A redécouvrir d’urgence, en attendant le retour de Koh Lanta en septembre…


LES DENTS DE LA MER 2EME PARTIE (1978)




SYNOPSIS : Plusieurs disparitions ont lieu aux alentours de la station balnéaire Amity. A la découverte d’un orque échoué et déchiqueté, Martin Brody, le chef de la police, est convaincu qu’il a de nouveau affaire à un requin…

Les suites du chef-d’oeuvre de Steven Spielberg qui célèbre ses 45 ans cette année ont, à juste titre, une bien triste réputation. Si le 3ème et le 4ème volet atteignent des sommets de ridicule, la suite directe réalisée par le Français Jeannot Szwarc conserve le mordant de l’original. Certes, il manque l’effet de surprise. On voit davantage le requin et son aspect “fake” peut prêter à sourire. Mais le réalisateur a imaginé des scènes d’attaques originales et efficaces. Le monstre conserve son aura diabolique. La séquence où Roy Scheider, parfait en shérif rebelle face aux institutions, entre dans l’eau pour récupérer un débris de ski nautique réserve un jumpscare mémorable…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s