Fiction Unitaire

RAMDAM (Critique Fiction Unitaire) Un intérêt extrêmement limité…

 
SYNOPSIS: Amine (Lyes Salem), brillant professeur d’Histoire des civilisations à l’université de Bordeaux, est en froid avec son père depuis des années. Alors qu’il doit régler la vente de la maison familiale à Saint-Marsain, où il a grandi et où habite encore son père, Rachid, il apprend que ce dernier, président du club de rugby local, veut transformer la mosquée du village en discothèque pour fêter les fins de matchs. Furieux et sollicité par les fidèles de la mosquée, Amine fait face à son père. Un affrontement entre père et fils qui vire aux règlements de comptes… quitte à ce qu’Amine devienne l’imam du village !
 
Si Arte nous a plutôt régalé ces dernières semaines, il faut bien le souligner, avec des fictions de qualité (la mini-série Dérapages en tête), il fallait bien finir par attraper un caillou dans la chaussure. Ramdam est la nouvelle fiction unitaire qui débarque ce vendredi soir sur vos écrans…et dire que nous n’avons pas été convaincus serait un euphémisme. Prévu initialement comme une série télévisée (un pilote de 26 minutes avait d’ailleurs été réalisé et récompensé au Festival de la Rochelle), le projet signé Zangro a finalement muté en téléfilm.
 
Ce dernier met en scène Amine (Lyes Salem), professeur d’Histoire des civilisations qui apprend que son père, avec qui il est en froid, veut transformer la mosquée du village en boîte de nuit (bien que le paternel tienne à rappeler subtilement qu’il s’agira d’un Club House) afin de fêter les fins de matchs de Rugby. De fil en aiguille Amine, subitement préoccupé par le sort de la mosquée, va se retrouver propulsé imam alors qu’il était davantage animé dans sa démarche de sauvetage par le fait de régler ses comptes avec son père que par sa foi.
 
Si le but initial du projet était d’aborder avec autodérision les relations entre la France et l’islam, la série côtoie surtout le caricatural à outrance, le pas drôle et le déjà-vu. Dotée d’enjeux aussi futiles que convenus, l’ensemble aurait pu tirer son épingle du jeu si l’humour qui fait mouche avait été au rendez-vous : malheureusement y compris à ce niveau-là c’est la mare aux canards. Sous couvert d’un sujet sociétal, la comédie n’a finalement rien de spécial à raconter et n’arrive pas non plus à stimuler nos zygomatiques. C’est d’autant plus dommage que Zangro s’était heurté aux refus de plusieurs diffuseurs avant que le projet n’aboutisse, justement à cause des thématiques de mixité et d’intégration assaisonnées de comédie.
 
Dès lors l’intérêt s’avère rapidement extrêmement limité. Certes Ramdam tente avec ses gros sabots de nous montrer que les thématiques de la communauté musulmane sont universelles (et nous n’en doutons effectivement pas un seul instant), que derrière les croyances il y a avant tout des êtres humains et que chacun a une bonne raison d’avoir rejoint les membres de la mosquée. Le tout est malheureusement relativement simplet. En parallèle de cela, la relation entre Amine et son père tente de nous divertir, puis de nous émouvoir, sans grande conviction.
 
Force est de constater que Ramdam a sans doute beaucoup perdu au change en devenant un téléfilm à la place d’une série télévisée. Nous imaginons pourtant très aisément que le format série aurait permis d’approfondir ses personnages, évitant peut-être ainsi de passer soudainement du guignolesque à l’émotion sans grand cheminement logique entre les deux. D’ailleurs dans Ramdam le téléspectateur subit les personnages, principaux comme secondaires, plus qu’autre chose puisque la galerie de protagonistes est d’une fadeur absolue et ce malgré bon nombre d’individus hauts en couleurs. Même Amine (Lyes Salem) n’arrive pas à nous convaincre. Derrière l’apparente audace du sujet sur le papier, la montagne accouche d’une comédie fade et sans fond. Un téléfilm qui porte donc mal son titre.
 

Crédits: ARTE

Catégories :Fiction Unitaire

Tagué:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s