Critiques Cinéma

L’AUDITION (Critique)

l'audition affiche cliff and co

SYNOPSIS: Anna Bronsky est professeure de violon au Conservatoire. Contre l’avis de ses collègues, elle impose l’admission d’un élève, en qui elle voit un grand talent. Avec beaucoup d’implication, elle prépare Alexander à l’examen de fin d’année et néglige de ce fait son jeune fils Jonas, lui aussi élève violoniste et passionné de hockey sur glace. Elle s’éloigne de plus en plus de son mari, si aimant à son égard, le luthier français Philippe Bronsky. A l’approche de l’audition, Anna pousse Alexander vers des performances de plus en plus exceptionnelles. Le jour décisif, un accident se produit, lourd de conséquences… 

Drôle de portrait de femme que nous propose L’Audition d‘Ina Weisse, film allemand passé par quelques festivals d’automne dont celui, prestigieux, de Toronto. Drame psychologique sur fond de musique classique, le film évoque le meilleur et le pire des thrillers où maître et élève se lient dans une relation toxique, houleuse, en plus d’avoir une vie privée compliquée. Anna Bronsky, jouée par Nina Hoss, est une professeur de violon qui voit sa santé décliner et la pratique de son instrument remise en question. Elle tente malgré tout d’entraîner pendant quelques semaines un jeune élève en vue d’une audition. Évidemment, tout ne se passe pas comme prévu, et sa vie prend un tournant houleux à tous les niveaux… Inconsciemment, il est impossible de ne pas penser à Whiplash devant certaines scènes de L’Audition. L’énergie malsaine et chaotique des entraînements de violon entre professeur et élève rappelle à bien des égards les gestes fous de JK Simmons dans le film de Damien Chazelle, de même que l’absence de morale finale sur ce point précis peut rendre perplexe. Pourtant, en allant au-delà même de la dimension musicale de L’Audition, on peine à voir où veut en venir Ina Weisse avec son héroïne torturée, femme aimante mais infidèle, soucieuse de son fils en même temps qu’elle le délaisse et le dévalorise sans s’en rendre compte au profit d’un élève qui n’est pas le sien. Anna est une femme passionnante et un personnage de cinéma au potentiel alléchant car elle est pleine de contradictions. Sous son allure sinistre et enserrée, son chignon se dénouant au fur et à mesure que le chaos s’installe dans sa vie, cette professeur dédiée à la musique finit par tellement se contredire que l’ensemble devient brouillon, étant à peine sauvé par la galerie de personnages qui l’entoure.

On devine chez Anna des fêlures liées à son enfance, qui se reproduisent sur sa propre famille. Soit, le parti pris peut être intéressant. Et puis, ce n’est pas James Gray qui dira le contraire, car après tout, « les pêchés du père deviennent ceux du fils ». Mais à force d’ellipses et de non-dits, il devient impossible pour le spectateur de s’investir dans ce qu’il voit à l’écran. Le film devient une suite de scènes où les personnages adoptent des comportements erratiques. Ils sont tous au bord du précipice mais on ne ressent pas plus d’empathie pour eux qu’ils n’en ressentent pour eux-mêmes.

Un sentiment pas forcément démenti par la mise en scène très froide d’Ina Weisse, qui malgré les gros plans, reste à la surface du visage de Nina Hoss et de celui de Simon Abkarian, pourtant tous les deux excellents en couple qui se délite sans en avoir l’air. L’absence de musique additionnelle, seulement composée des morceaux interprétés par les musiciens du film, crée certes une envie d’en entendre plus, mais ne brise pas totalement la froideur qui se veut implacable de l’ensemble.

A défaut de passer un moment pénible, L’Audition vaut pour son actrice vedette, tout simplement épatante en musicienne sur le point de tout perdre. Pour autant, le scénario trop confus ne semble pas savoir où aller et surtout comment terminer une telle histoire. On se retrouve face à un drame certes intéressant, plein de thématiques pertinentes, mais dont la fin nous donne un goût amer en bouche. Reste malgré tout le plaisir d’entendre quelques superbes morceaux classiques, et de revoir Simon Abkarian dans un rôle bourru mais attachant, en français dans le texte.

Titre Original: L’AUDITION

Réalisé par: Ina Weisse

Casting : Nina Hoss, Simon Abkarian, Serafin Gilles Mishiev …

Genre: Drame

Sortie le: 06 novembre 2019

Distribué par: Les Films du Losange

MOYEN

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s