Critiques

LES PETITS MEURTRES D’AGATHA CHRISTIE (Critique Épisode Ding Dingue Dong) Un agréable moment plein de folie douce…

les petits meurtres ding dingue dong affiche cliff and co

Un jeune patient est sauvagement assassiné dans la clinique psychiatrique du Docteur Rodier. Laurence enquête parmi les malades mentaux mais il est perturbé́ : sa fidèle secrétaire Marlène ne se maquille plus, ne se coiffe plus, elle n’a plus goût à la vie. Le diagnostic du Docteur Rodier est sans appel : une dépression. Laurence convainc Marlène de faire un séjour dans sa clinique. C’est elle qui découvrira le corps de Clarisse, la très belle femme du Docteur Rodier, étranglée dans le parc. Pas vraiment idéal pour retrouver sa joie de vivre… D’autant plus que le suspect numéro un n’est autre que… le Commissaire Laurence lui-même. Marlène et Alice Avril découvrent stupéfaites qu’il était l’amant de Clarisse Rodier avec qui il entretenait une aventure très passionnelle. Laurence est arrêté́. Convaincue de son innocence, Alice s’invente de faux diplômes et se fait engager comme infirmière à la clinique psychiatrique pour reprendre l’enquête.

L’heure de la rentrée a sonné pour nos trois comparses, placée sous le signe de la dissipation. Car, si le crime est leur affaire, les esprits semblent encore en vacances, loin des machinations crapuleuses ourdies par leurs pairs. Tirée du roman Evil under the sun (Meurtre au soleil) d’Agatha Christie, cette intrigue originale s’éloigne dans les grandes largeurs de l’œuvre mère. Car, même si elle en conserve le schéma de base – un triangle amoureux qui tourne autour de la croqueuse d’hommes Clarisse Rodier (Bérénice Baôo) – la scénariste Sylvie Simon en profite pour placer nos trois héros dans une situation de dingue… quitte à les rendre fous. Admis dans la clinique du séduisant Dr Rodier (Arnaud Binard), ils vont devoir faire appel à la ruse pour démêler le vrai du faux, entourés de patients plus ou moins préoccupants et d’un personnel médical pas si compatissant… L’occasion pour Samuel Labarthe d’accorder un peu de récréation neurovégétative et des mimiques impayables au smart commissaire Laurence, improbable suspect numéro 1, quand Elodie Frenck interprète parfaitement l’ombre d’une Marlène désincarnée, dépossédée de tout éclat, son personnage plongé en pleine dépression. Charge à Alice Avril (Blandine Bellavoir) de se retrousser les manches pour tirer ses camarades de cette maison de fous, sans se faire piéger par son cœur d’artichaut. L’équation s’avère compliquée… D’autant qu’un personnage de taille, qui avait fortement marqué les esprits dans Drame en trois actes, fait son grand retour : l’inénarrable Arlette Carmouille (Marie Berto) !

Si le virage vers la comédie s’est clairement intensifié depuis quelques nombreux épisodes déjà, pour notre plus grand divertissement il est vrai, Les Petits Meurtres s’éloignent tout de même ici dangereusement de leur fonds de commerce : le crime. Si l’on ne boude jamais notre plaisir devant les facéties des uns et des autres, nous régalant volontiers de leurs joutes verbales, de leurs chassés-croisés sentimentaux et de l’expression de leur amour vache, on est de moins en moins (sur)pris par l’enquête, et encore moins par la résolution du meurtre, qui devient (presque) accessoire, les suspects notamment ayant perdu en consistance au profit des extravagances du trio, qui focalise – à raison – toute l’attention. Le succès de la série, qui ne se dément désormais plus, repose avant tout sur lui, et sur ce fragile équilibre entre polar et comédie. Avec Ding, dingue, dong, on passera un agréable moment, plein de folie douce et de situations cocasses. De quoi faire passer le blues de la rentrée ! Mais la loupe du détective, elle, restera dans notre poche pour cette fois.

Crédits : France 2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s