Cinémotion

CINÉMOTION Le film qui m’a le plus… troublé !

Il fait chaud, très chaud, commençons donc cette nouvelle et courte rubrique par le film qui m’a le plus… troublé !

LA GUERRE DU FEU AFFICHE CLIFF AND CO

Bref La Guerre du feu est sans doute le premier film qui m’a traumatisé, hypnotisé et… fortement troublé ! Le film adapté d’un roman de Gérard Brach est sorti en 1981, j’avais 6 ans. Trois ans plus tard, lors de son premier passage sur petit écran, passionné par la préhistoire je l’ai regardé avec la bénédiction de mon père (et en famille). Il était prof d’histoire et, sur les conseils d’un de ses collègues cinéphiles, il l’avait recommandé à ses élèves plus âgés que moi… sans l’avoir vu. Mon père qui ne s’intéressait pas du tout au cinéma pensait découvrir un docu-fiction inoffensif sur la préhistoire, et ne s’attendait pas du tout à visionner une œuvre aussi réaliste et sauvage !

Ce soir-là le malaise était palpable devant la télévision. La violence de l’attaque du campement au début du film (j’ai encore en tête les images du personnage qui se fait fracasser les mains à coup de pierres), la quête du feu, l’impression d’avoir réellement remonté le temps, et puis bien sûr, la scène de copulation avatarienne à la fin du film… Cette scène d’accouplement torride et sensuelle, où Ika initie Noha à une forme plus raffinée de plaisir a marqué mon esprit… les corps qui se mélangent, le plaisir animal qui devient passion, puis, soudain Ika qui retourne son partenaire stupéfait pour le chevaucher en amazone… alors le sexe devient amour. Il a fallu attendre Le nom de la Rose et la scène de dépucelage d’un jeune moinillon par une gueuse fort charmante (et fort sale) pour que La Guerre du feu perde sa place du film contenant la scène érotique m’ayant le plus troublé dans ma filmothèque cérébrale érotique… Sacré Jean-Jacques Annaud.

On se retrouve le mois prochain pour le film qui m’a le plus… effrayé !

On résume :

Le film : La Guerre du feu
Le réalisateur : Jean-Jacques Annaud
Le casting: Everett McGill, Ron Perlman, Nameer El-Dadi, Rae Dawn Chong
L’année : 1981
Entrées France : 4 950000 environ
Récompenses : César 1982 du meilleur film et meilleur réalisateur et Oscar 1983 des meilleurs maquillages
Le pitch : A l’époque de l’âge de pierre, trois guerriers d’une tribu d’homo sapiens partent à la recherche du feu, élément magique vénéré mais redouté, objet de convoitises et de luttes pour la survie de l’espèce.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s