Critiques Cinéma

LE ROI LION (2019) (Critique)

le roi lion 2019 affiche cliff and co

SYNOPSIS: Au fond de la savane africaine, tous les animaux célèbrent la naissance de Simba, leur futur roi. Les mois passent. Simba idolâtre son père, le roi Mufasa, qui prend à cœur de lui faire comprendre les enjeux de sa royale destinée. Mais tout le monde ne semble pas de cet avis. Scar, le frère de Mufasa, l’ancien héritier du trône, a ses propres plans. La bataille pour la prise de contrôle de la Terre des Lions est ravagée par la trahison, la tragédie et le drame, ce qui finit par entraîner l’exil de Simba. Avec l’aide de deux nouveaux amis, Timon et Pumbaa, le jeune lion va devoir trouver comment grandir et reprendre ce qui lui revient de droit…

Ah, l’histoire de la vie, le cycle éternel… Film culte pour toute une génération, Le Roi Lion est l’un de ces classiques Disney dont on se souvient tous, avec son lot de scènes marquantes, et sa BO signée d’un Hans Zimmer particulièrement inspiré à l’époque. Pour les studios Disney, le cycle actuel de la vie consistant à adapter en live-action tout leur catalogue animé, il semblait logique, si ce n’est inéluctable, que Le Roi Lion y passe. Le tout sous la caméra (si l’on peut dire) de Jon Favreau, déjà aux commandes du Livre de la Jungle il y a trois ans. Pour Disney se pose actuellement une question : faut-il adapter les dessins animés plan par plan, ou laisser au réalisateur la marge dont il a besoin pour réadapter l’histoire comme il l’entend ? Pour le moment, le public a l’air de préférer la première situation, malheureusement. Les succès d’Aladdin, du Livre de la Jungle, notamment, semblent le prouver. Et des films prenant un peu plus de libertés comme le Dumbo de Tim Burton échouent durement en s’éloignant de l’histoire de base.

Dans le cadre du Roi Lion, c’est vite réglé, puisque la séquence d’introduction est quasiment identique à celle du dessin animé, cadrage et découpage compris. Une note d’intention qui en dit long sur les intentions du film, à savoir… repousser les limites du photoréalisme, puisque le rendu est bluffant. Mais il manque déjà quelque chose au film : ce supplément d’âme et d’humanité qui rendait le dessin animé si attachant et beau. Et c’est comme ça durant tout le film. On a l’impression de voir une démonstration des avancées du photoréalisme (invention plus qu’utile s’il en est, ne nous méprenons pas) mais au détriment de toute émotion. Les séquences passent, en accéléré, un comble pour un film plus long que le dessin animé ! Même la réalisation est aux fraises, réduisant au maximum tout mouvement de caméra, préférant une suite de champs/contre-champs paresseux. Vous vous souvenez du fameux dézoom déchirant sur Simba lorsqu’il assiste à la mort de Mufasa ? Il est refait ici, mais en moins bien, ce qui crée un décalage comique involontaire au vu de la situation. Un très bon résumé de ce qu’est le film, mine de rien. Tout est rushé, et le comble est atteint lorsque la chanson L’amour brille sous les étoiles est chantée en plein jour, à environ 16h de l’après-midi un jour d’été. Une suite de petites décisions incohérentes sur le plan artistique qui donne envie de se poser la question de savoir pourquoi recréer des scènes à l’identique si ce n’est même pas pour respecter la cohérence des chansons. Une pensée d’ailleurs pour Soyez Prêtes, la fameuse chanson de Scar amputée de moitié sans aucune raison…

Telle une hyène qui a du mal à se nourrir, il faut bien avouer qu’il y a peu à se mettre sous la dent face à une telle entreprise. Heureusement pour nous et nos zygomatiques, Timon et Pumbaa sont très drôles. Doublés à la perfection par le tandem Seth Rogen/Billy Eichner, le duo est la seule respiration humaine du film, drôles et attachants. Et si leurs dialogues font autant rire, c’est simple : ils ont eu la part belle à l’improvisation au moment d’enregistrer leurs parties. C’est dans ces moments-là que l’on voit que c’est lorsque le film se permet de prendre une ou deux libertés, même pour des blagues, qu’il respire, et s’assume mieux, se réservant même le luxe d’une blague méta sur Childish Gambino. Le reste du casting, d’ailleurs, s’en tire de manière correcte pour ce qu’il a à jouer. John Oliver en Zazu est une évidence, et le timbre anglais du comédien est parfait pour cet oiseau. En revanche, il y a quelques réserves pour Gambino, qui a peu à dire, et surtout Beyoncé, présente pour deux lignes, et dont la seule justification pour son rôle semble être qu’elle a composé une nouvelle chanson pour le film. Une chanson qu’on entend évidemment une trentaine de secondes à peine.

Le Roi Lion va sans doute affoler les compteurs au box-office, et l’on serait tentés de dire qu’au vu du résultat final, c’est une mauvaise nouvelle pour la créativité du studio. Sorte de décalque dénué d’âme et d’humanité, le film se traîne longuement le temps de quelques scènes sympathiques mais ce qui prime à l’arrivée est un immense sentiment de gâchis au vu du potentiel et des moyens alloués à Jon Favreau pour refaire ce film mythique. On peut aussi se poser la question de savoir si les arrivées prochaines de Mulan, Blanche-Neige et surtout de La Petite Sirène en live-action vont bénéficier d’un peu plus de marge de manœuvre au lieu de reproduire plan par plan leurs dessins animés initiaux. Il y a de quoi avoir peur au vu des réactions du public en voyant l’histoire de Mulan réagencée pour le live-action, et les réactions haineuses et racistes à l’idée d’une Ariel désormais noire. Pourtant c’est là que Disney aurait tout à gagner… Créativement, du moins.

le roi lion 2019 affiche cliff and co

Titre Original: THE LION KING

Réalisé par: Jon Favreau

Casting :  Rayane Bensetti, Anne Sila, Jamel Debbouze…

Genre:  Aventure, Animation

Sortie le: 17 Juillet 2019

Distribué par: The Walt Disney Company France

PAS GÉNIAL

Publicités

3 réponses »

  1. J’ai bien aimé le film et les images magnifiques, mais sauf que j’ai tes très déçus des musique la seul que j’ai adoré se celle de Timon et Bouba , j’ai étais déçu de la voix de oscar et très déçu de la chanson elle et mieux dans le dessin animé comme Hakuna Matata et le début de la musique aussi j’ai t’es déçu elle mieux dans le dessin animé était très déçu , mais aussi nn le film et super biens j’ai a dore sauf les musique
    J’espère qui vont faire le 2 de Roi Lion avec Kovu et Nala j’aime biens que sa soit comme le dessin animé et les chansons aussi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s