Critiques Cinéma

LES ENFANTS DE LA MER (Critique)

SYNOPSIS: Ruka, jeune lycéenne, vit avec sa mère. Elle se consacre à sa passion, le handball. Hélas, elle se fait injustement exclure de son équipe le premier jour des vacances. Furieuse, elle décide de rendre visite à son père à l’aquarium où il travaille. Elle y rencontre Umi, qui semble avoir le don de communiquer avec les animaux marins. Ruka est fascinée. Un soir, des événements surnaturels se produisent. 

Après un passage au festival d’Annecy, l’adaptation des Enfants de la Mer sort en France, distribué par Eurozoom qui continue son travail de découverte du cinéma d’animation plus que salutaire. Dans un été lugubre où les grosses productions ne tiennent pas leurs promesses visuelles, il semblerait que ce soit du côté de l’animation que les choses se passent mieux. Récit d’un été initiatique pour Ruka, une jeune adolescente taciturne enfermée dans une situation familiale anxiogène, Les Enfants de la Mer nous plonge dans un univers ensoleillé et gorgé d’eau à chaque plan. Ruka découvre l’existence d’êtres surnaturels dans l’aquarium où son père travaille, et un lien se noue rapidement entre eux, qui va la changer à tout jamais.

Il est difficile de résumer un film comme Les Enfants de la Mer, parce qu’il faut bien admettre que le scénario fait peu de choses pour nous aider à comprendre ce qui se passe. Véritable conte aquatique et ode à nos océans en danger, le film se veut comme une fable écologique sur l’importance de conserver nos mers pour la prospérité de ses espèces. Ici, l’océan est une métaphore à peine déguisée d’un utérus enfantant ses enfants, ses créatures. De ce point de vue-là, Les Enfants de la Mer est intéressant car il fait le pari de suivre des personnages parfois peu sympathiques mais de leur confier des symboliques importantes. Ruka est une adolescente en pleine puberté et la voir évoluer tout au long du film a quelque chose de touchant. Le problème étant qu’un mur se crée entre les personnages et nous ; on aurait aimé peut-être un focus plus important sur ses pensées et son cheminement intérieur.

C’est dommage car visuellement, le film est sublime, créant un univers aquatique enchanteur et mystérieux. Le choix d’une adaptation animée est des plus pertinents car il rend hommage à la poésie et à l’onirisme qui se dégage de l’histoire. La mer, personnage à part entière du film, est bluffante de réalisme. Et s’il faut quelques séquences pour s’habituer au trait des personnages, le film ne lésine pas sur les moyens pour proposer une galerie d’humains et de créatures esthétiquement superbes.

Retenons aussi le score de Joe Hisaishi, qui monte en crescendo au fur et à mesure de la progression de l’histoire, jusqu’à une dernière demi-heure quasiment muette. C’est d’ailleurs cette demi-heure qui fascine autant qu’elle laisse perplexe : impossible à décrire narrativement, elle ferait presque passer les expérimentations de The Tree of Life pour peu de choses. La beauté des dessins est là, l’émotion aussi, le symbolisme est puissant, mais il manque malgré tout un petit quelque chose pour en sortir véritablement bouleversé comme on aurait voulu l’être. Dur, donc, d’exprimer un avis sur Les Enfants de la Mer, car si la proposition est visuellement sublime, son scénario parfois trop confus et énigmatique empêche toute empathie pour ses personnages. Reste un propos écologique indispensable et une ode à nos océans salutaire.

Titre Original: KAIJÛ NO KODOMO

Réalisé par: Ayumu Watanabe

Casting : Mana Ashida, Hiiro Ishibashi, Seishû Uragami …

Genre:  Animation

Sortie le: 10 juillet 2019

Distribué par: Eurozoom

TRÈS BIEN

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s