Critiques

TOO OLD TO DIE YOUNG (Critique Saison 1 Épisode 1) Une déception proportionnelle à l’attente…

too old to die young affiche cliff and co

SYNOPSIS: Dans les bas-fonds de Los Angeles, le quotidien d’un officier de police endeuillé à la suite du meurtre de son coéquipier. Autour de lui, des tueurs à gages, des yakuzas, des cartels mexicains, la mafia russe et des gangs d’adolescents assassins.

Il est de ces réalisateurs qui fascinent autant qu’ils agacent et Nicolas Winding Refn (NWR) fait clairement partie de cette catégorie. En filmant des gangsters du quotidien plutôt minables, sa trilogie Pusher, commencée en 1996 et achevée en 2005, avait redéfini les codes de ce genre phagocyté par le cinéma américain et on avait pu y admirer les débuts du jeune Mads Mikkelsen. Après un détour par le Royaume-Uni avec le réussi Bronson avec Tom Hardy et le soporifique Valhalla Rising (Le Guerrier Silencieux en VF) avec toujours Mikkelsen, c’est avec le puissant et élégant Drive (prix de la mise en scène à Cannes) que la renommée du metteur en scène explosa aux yeux du monde. Un peu moins de 10 ans après sa sortie, ce film reste toujours une référence et orientera définitivement la carrière de Ryan Gosling. Ses deux œuvres suivantes (Only God Forgives et The Neon Demon) prêtent beaucoup plus au débat avec cette impression que Refn s’est laissé aller à un pur egotrip qui laissait penser que le réalisateur s’était enfermé dans une tour d’ivoire ayant laissé le spectateur un peu sur le bord de la route. Cependant, il faut noter la qualité formelle de telles œuvres avec des leçons de mises en scènes qui nous rappelle que nous sommes face à un vrai auteur, terme dont nous sommes de plus en plus orphelins. Avec un peu plus de 20 ans de carrière, le réalisateur danois se lance à l’aune de ses 50 ans dans une nouvelle aventure en mettant en scène une série de 10 épisodes pour le mastodonte Amazon Prime accès sur le milieu criminelle. Pour quel résultat ?

Il est très compliqué d’écrire sur du vide en tant que critique de cinéma ou de télévision mais c’est ce que l’on va tenter de faire ici. Ce premier épisode de Too Old To Die Young constitue clairement ce qu’il y a de plus horripilant chez le réalisateur: Dialogue creux, scènes étirées jusqu’à l’overdose, acteurs figés, scénario inexistant. Cet épisode d’1h30 nous aura paru durer le double voir le triple. Le metteur en scène n’arrive plus à intéresser malgré ses belles images et ses beaux cadres (utiliser la même photographie avec ces couleurs roses et violettes que dans The Neon Demon est-il bien pertinent, l’effet de surprise disparaissant ?)

Là où Drive était assez lent mais disposait d’une atmosphère enivrante, TOTDY est un « film » qui se prend terriblement au sérieux pour le peu qu’il a à raconter. La relation Mulligan/Gosling était le fil conducteur d’une histoire violente et désenchantée sur lequel le spectateur s’appuyait. Dans cet épisode, on ne se raccroche ni à l’histoire ni aux personnages. Miles Teller est certes un maximum iconisé et il a assez de charisme pour tenir l’écran mais voir un seul gimmick durant 1h30 devient vite fatiguant. Ce personnage taciturne avec la même intonation de voix lors de ses rares dialogues a déjà été vu chez Refn. Même les synthétiseurs de Cliff Martinez deviennent vite racoleurs alors qu’ils nous avaient réjoui dans Only God Forgives.

Pour finir, Refn se permet de s’auto-citer littéralement dans une scène violente de garage laissant penser qu’il a définitivement franchi la ligne jaune et qu’un producteur aurait peut-être du lui signaler cette faute de goût. De plus, il en devient carrément ridicule quand il tente de dénoncer le système dans cette scène avec le caricatural William Baldwin en financier mal dégrossi. Bref, nous allons poursuivre avec le deuxième épisode espérant peut-être un miracle, les dix dernières minutes nous ayant un peu sorties de notre léthargie. Néanmoins, la déception de ce premier épisode fut proportionnelle à son attente. La promesse d’une série noire dans un Los Angeles fantasmé et nocturne à la Michael Mann s’est vite envolée.

Crédits : Amazon Prime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s