Critiques Cinéma

DRAGONS 3 : LE MONDE CACHÉ (Critique)

SYNOPSIS: Harold est maintenant le chef de Berk au côté d’Astrid et Krokmou, en tant que dragon, est devenu le leader de son espèce. Ils réalisent enfin leurs rêves de vivre en paix entre vikings et dragons. Mais lorsque l’apparition soudaine d’une Furie Eclair coïncide avec la plus grande menace que le village n’ait jamais connue, Harold et Krokmou sont forcés de quitter leur village pour un voyage dans un monde caché dont ils n’auraient jamais soupçonnés l’existence. Alors que leurs véritables destins se révèlent, dragons et vikings vont se battre ensemble jusqu’au bout du monde pour protéger tout ce qu’ils chérissent. 

Depuis 2010 et ce jour où l’on a fait la connaissance d’Harold et de Krokmou, imperceptiblement, notre vie n’est plus la même. Quand un film d’animation vous transporte avec une telle puissance dans son univers, quand sa suite parvient à être encore plus belle, encore plus grande, encore plus émouvante, aucun doute n’est possible : vous avez à faire à une véritable œuvre d’art qui traversera les générations. Il aura fallu cinq ans pour que le miraculeux Dragons 2 ait enfin droit à un successeur et après avoir découvert ce bijou, cette étincelante réussite qu’est Dragons 3, on sait que cette attente n’était pas vaine. La trilogie conçue par Dean DeBlois trouve avec ce troisième opus sa pierre angulaire, la touche finale qui permet à toute l’architecture pensée individuellement de constituer un ensemble d’une cohésion et d’une justesse éblouissantes et de tutoyer les sommets de l’Histoire du Cinéma d’animation.

Dans la droite lignée des deux opus précédents, Dean DeBlois peut également se targuer d’apposer un sous-texte à l’odyssée de son héros sur la perte de l’innocence et le passage à l’âge adulte. Cela confère à Dragons 3 une densité émotionnelle, une puissance d’identification et une universalité qui le rapproche par bien des points d’un autre troisième volet de trilogie exceptionnelle: Toy Story 3. Quand l’émotion et l’humour se retrouvent au diapason dans une telle harmonie, il y a franchement de quoi s’en féliciter. Visuellement splendide, le gap technologique franchi par la trilogie au fil du temps lui aura permis de magnifier un univers foisonnant et d’en restituer la substantifique moelle bien aidé à nouveau par la présence de Roger Deakins et par l’utilisation de MoonRay, un outil  dont la fonction consiste à créer l’éclairage des animations en mesurant la luminosité réelle et la façon dont les formes se réfléchissent permettant ainsi de reproduire le contraste entre ombre et lumière. Si la forme tutoie le sublime, le fond n’est pas en reste. La relation entre Harold et Krokmou qui est le centre névralgique de la trilogie trouve ici sa quintessence au cœur de séquences successivement prenantes et émouvantes mais jamais mièvres.

Dragons 3 : Le monde caché est sans conteste l’épisode de la maturité non pas dans sa conception globale mais dans l’évolution de ses personnages qui a suivi une courbe ascendante depuis que nous les connaissons. Cela favorise la densité émotionnelle, la profondeur des sentiments véhiculés et fait que le film dépasse facilement un statut de divertissement fun que l’on pourrait être tenté de lui affubler si l’on était en terre inconnue. Un bémol toutefois sur l’intrigue centrale qui semble être un peu expédiée et sur les interactions entre Harold et ses acolytes qui manquent de substance si ce n’est avec Astrid. Mais c’est bien peu de choses en regard de tout le passage sur le fait d’embrasser sa destinée et de trouver sa voie qui est extrêmement réussi tout comme l’apparition de la Furie de Lumière et la très longue séquence de séduction entre elle et Krokmou qui est renversante de poésie. Harold et Krokmou se retrouvent à la croisée des chemins de leurs parcours à la fois parallèles et si plein de similitudes et devoir faire le deuil de leur relation va être difficile et délicat. Mais au final ce troisième volet est tout simplement une éblouissante féérie de couleurs au sein d’une étourdissante épopée qui alterne l’action, l’humour et les grands sentiments avec maestria et qui clôt magistralement la trilogie, en faisant glisser avec une délicatesse infinie la chrysalide de l’enfance. 

Titre Original : HOW TO TRAIN YOUR DRAGON : THE HIDDEN WORLD

Réalisé par: Dean DeBlois

Casting: Jay Baruchel, America Ferrera, F. Murray Abraham ….

Genre: Animation, Aventure

Sortie le: 06 février 2019

Distribué par : Universal Pictures International France

CHEF-D’ŒUVRE

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s