Critiques

NERD LOVE (Critique Websérie) Utiliser une structure populaire pour parler d’amour et d’amitié…

The nerds have won. C’est la phrase qui revient souvent dans les discussions du grand monde, en ce millénaire dominé par la technologie, Internet, et une accélération exponentielle du progrès scientifique. Ces jeunes qui se faisaient harceler, souvent avec une violence choquante, par leurs camarades de classe au lycée, sont désormais les rois du monde, ceux qui innovent, qui maintiennent Silicon Valley à la pointe de la pensée moderne, ceux qui défient l’imagination et qui, comme certains inventeurs de réseaux sociaux, peuvent se retrouver avec des millions dans leur compte en banque avant d’avoir atteint la trentaine. Bref, l’incarnation du self-made-man (or woman) des années 2000. Et puisque les nerds dominent la culture, le reste de la planète s’intéresse de près à leurs amours de jeunesse : que ce soit dans les films de superhéros directement inspirés des comics de Marvel et DC ou avec la popularité du jeu Donjons et Dragons (que vous avez certainement vu dans Stranger Things). C’est un jeu de rôle, justement qui réunit les protagonistes de Nerd love, une websérie faite avec trois fois rien, produite par la maison de production indépendante BlackBox Productions, dont les dix épisodes sont disponibles sur Youtube, hélas sans sous-titres français.

Un groupe de cinq amis se réunit régulièrement pour joueur à Donjons & Dragons, ou à un jeu de rôle aux règles similaires, jamais explicitement nommé mais suffisamment détaillé pour que le spectateur avisé comprenne vite de quoi il s’agit. Autour du jeu, mené par Anders (Zachary C. Clark), on découvre Judy (Rebecca Hirota), qui a du mal à s’accommoder de son statut de “nerd” et cherche, comme elle le dit, son ticket pour la “normalité”, Natalie (Allison Minick), douce, religieuse et légèrement paumée, Gavin (Casey Robinson), grincheux, compétitif et débordant d’amour, et enfin Simon (Matt Steiner), gentil et discret, aux aptitudes sociales pas tout à fait comme les autres. Nos cinq mousquetaires ont tout du groupe d’amis proches, le genre de relation sur laquelle on verrait bien Patrick Bruel écrire une chanson, mais leur dynamique s’effondre après la mort du père de Judy. En effet, celui-ci n’appréciait pas du tout les fréquentations de sa fille et a fait jurer à cette dernière, qu’elle “reprendrait sa vie en main”, ce qui veut dire : plus de jeu, plus de dés, plus de réunion hebdomadaire avec ses amis où elle fait semblant d’être un ninja perdu dans une forêt enchantée, partie en quête d’aventures mythiques tel un chevalier de la table ronde. Écrite par Sander Gusinow (auteur unique de tous les épisodes), la série se sert de la structure du jeu de table pour explorer la dynamique de groupe, bien sûr, mais aussi l’évolution des amitiés qui se doivent de survivre à la vie de tous les jours. Pas toujours facile de rester en contact avec ses copains d’université, même quand vous affrontez des dragons ensemble.

Autant vous prévenir tout de suite, la série ne bénéficie pas d’un gros budget. Elle a beau être tournée à New York, dans les quartiers de Greenpoint et Washington Heights, on est loin des establishing shots luxuriants et ultra-lumineux des séries comme Younger par exemple. Mais si la série ne bénéficie pas de beaucoup de soutien financier, elle peut se targuer d’avoir beaucoup de cœur. C’est toujours sympathique de voir des acteurs qui s’amusent, et on ne peut nier un certain plaisir à voir nos cinq histrions virevolter sur l’écran, en partie parce qu’ils sont clairement heureux d’être là, et en partie parce que le script n’a absolument aucune prétention. Il ne s’agit pas d’expliquer les principes de la culture, ni d’initier le public, mais d’utiliser une structure populaire pour parler d’amour et d’amitié. Bref, une série faite entre potes, qui se regarde sans déplaisir.

Crédits: BlackBox Productions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s