Critiques Cinéma

OCEAN’S 8 (Critique)

2,5 STARS MOYEN

oceans8-cliff-and-coSYNOPSIS: Cinq ans, huit mois, 12 jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc. À commencer par son « associée » Lou Miller. Ensemble, elles engagent une petite bande d’expertes : Amita, la bijoutière, Constance, l’arnaqueuse, Tammy, la receleuse, Nine Ball, la hackeuse et Rose, la styliste de mode. Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours. Enfin, si les filles comptent repartir de la soirée avec les diamants sans être inquiétées……

« Genderswapping » derrière ce mot barbare se cache dans le cadre cinématographique en tout cas, la pratique de changer le genre des protagonistes et c’est la direction choisie par Warner et Steven Soderbergh ici simple producteur pour relancer la franchise Ocean’s « 1-n » qui de 2001 à 2007 réunit une bande de stars menée par George Clooney et Brad Pitt pour braquer les casinos de la planète. Ainsi c’est un aréopage de stars féminines mené par Sandra Bullock qui incarne Debbie Ocean la sœur du personnage de George Clooney (qui justifie le titre du film) et Cate Blanchett qui se lance dans un fric-frac pour s’emparer d’un précieux collier Cartier qui n’a pas quitté les coffres du joaillier depuis plusieurs décennies. C’est le prestigieux gala du Met qui va être le théâtre des opérations au beau milieu des VIP et »Beautiful people« . Cette idée de « changement de sexe »   évite l’usure de la répétition qui frappait la franchise et dans le contexte actuel du mouvement #MeToo prouve qu’un casting entièrement féminin peut « mener » les mêmes divertissements que les stars masculines. Mais son succès dépend évidemment de la qualité de son exécution. C’est Gary Ross, le scénariste- réalisateur de Pleasantville, Pur sang: la légende de Seabiscuit et Hunger Games qui s’attelle à la tâche aux cotés d’Olivia Milch qui se fait une spécialité des films de genre au féminin puisqu’elle est l’auteur du scénario du futur film Barbie avec Anne Hathaway et de l’adaptation du comics Queen & Country pour Ridley Scott. Pour quel résultat ? La réponse est … assez mitigée.

oceans8-1-cliff-and-co

Ocean’s 8 suit le schéma classique du film de casse : La constitution de l’équipe : Lou (Cate Blanchett), l’ancienne partenaire de Debbie, une receleuse chevronnée et maman de banlieue, Tammy (Sarah Paulson), la pirate informatique Nine Ball (Rihanna), l’excentrique styliste de mode, Rose (Helena Bonham Carter en mode Vivienne Westwood), la bijoutière Amita (Mindy Kaling) et  la pickpocket Constance (Awkwafina) puis mise en place du plan, exécution, complications et résolution avec quelques surprises. Le tout emballé sur le ton léger associé à la franchise (on est pas dans Du rififi chez les hommes ou Heat) et les pulsations d’une musique jazzy signée cette fois par la star montante de la musique de films Daniel Penberton (Le roi Arthur: La légende d’Excalibur) qui succède à David Holmes. Gary Ross s’acquitte de sa tâche avec professionnalisme mais sans passion derrière la caméra, l’opulence des actrices et des décors est utilisée pour combler le vide de son style, le film est plein de caméos de célèbres créateurs de mode, coiffeurs et maquilleurs et d’apparitions de familiers des magazines people Dakota Fanning, Katie Holmes, Serena Williams, Heidi Klum et même la célèbre rédactrice de Vogue, Anna Wintour inspiration du personnage de Meryl Streep dans Le diable s’habille en Prada. 

Son scénario est purement fonctionnel, si la mécanique du plan est, comme il se doit dans ce genre de films à la fois improbable et ingénieuse, ses personnages n’existent que grâce aux actrices qui les animent. C’est à elles que revient la tâche de rendre le groupe intéressant car le script ne donne à aucune d’elle l’occasion de se distinguer à l’exception peut-être d’Anne Hathaway en cover-girl vaporeuse pas si idiote qu’elle en a l’air. Les deux tètes d’affiche Sandra Bullock et Cate Blanchett sont les moins bien servies leurs personnages étant des  photocopies des personnages de George Clooney et Brad Pitt dans les films de Soderbergh, elles sont contraintes de singer le jeu de leur prédécesseurs. Nous nous interrogeons sur le choix de donner à Sandra Bullock pourtant habituée des comédies, plus à l’aise dans des personnages plus maladroits ou loufoques, le rôle du cerveau énigmatique.

oceans8-2-cliff-and-co

Les enjeux ne sont jamais particulièrement élevés et il manque un élément de danger au film, le scénario aurait sans doute gagné à  ajouter une touche de tension entre les personnages ou un véritable antagoniste. A un moment  le personnage de Bullock rejette l’idée que des hommes puissent se se joindre à l’équipe citant le fait que dans la vie de tous les jours, les hommes se font remarquer, tandis que les femmes sont négligées. Si Ocean’s 8 manque parfois d’âme, et se ressent moins comme un film cohérent que comme l’exécution un peu mécanique d’une recette éprouvée, en mettant des personnages féminins au centre du jeu, dans un genre où les rôles de femmes sont rares (même si il se montre incapable de créer un contenu original) son succès peut ouvrir les portes à des projets plus aboutis.

oceans8-cliff-and-coTitre Original: OCEAN’S 8

Réalisé par: Gary Ross

Casting : Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway   …

Genre: Comédie, Policier

Sortie le : 13 Juin 2018

Distribué par:   Warner Bros. France

2,5 STARS MOYEN MOYEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s