Critique Blu-Ray

BRONCO APACHE (Critique Blu-Ray)

3 STARS BIEN

Bronco-apache-cliff-and-coSYNOPSIS: Après la défaite de Géronimo, Massai, le dernier guerrier apache, est fait prisonnier. On prévoit de l’envoyer dans une réserve en Floride mais il a d’autres plans en tête. Il s’échappe et revient sur sa terre natale avec son amie…

Ce western brutal suit après la défaite de Géronimo, le dernier guerrier Apache Massai (Burt Lancaster), capturé et destiné à être transporté dans une réserve de Floride. Sur le chemin,  il s’échappe et revient sur ses terres pour s’installer  avec sa promise Nalinle, car il aspire au même idéal  que les pionniers : une cabane dans les bois pour sa famille, un champ de maïs et des peaux de daim. Ce premier film de Robert Aldrich annonce ce qui deviendra caractéristique de l’ensemble de son travail, la volonté de continuer à se battre plutôt que de s’intégrer dans la masse qui animait ce rebelle que fut le cinéaste des Douze Salopards. Bronco Apache où la plupart des indiens sont joués par des acteurs blancs ce qui serait inacceptable de nos jours fait pourtant partie d’un cycle de westerns socialement conscients du début des années 50 dans la veine de La Flèche Brisée de Delmer Daves, cycle précurseur de la grande vague de westerns révisionnistes des années soixante-dix qui sera motivée en partie par les soubresauts de la guerre du Vietnam. Robert Aldrich dépeint dans son style sobre la colère de son héros qui est le prototype de cette vision « libérale » des indiens : le héros est un agitateur, un « terroriste » qui répond au  fond à une injustice. Pourtant Aldrich comme ce sera sa marque de fabrique dans ses autres films entoure son personnage d’une ambiguïté  qui l’empêche de tomber dans le manichéisme. Massai formidablement interprété par Burt Lancaster, un des acteurs les plus charismatiques du vieil Hollywood qui a toujours justement injecté cette ambiguïté dans tous les personnages virils auquel il prêtait son physique d’athlète, est à la fois le dernier garant des valeurs de son peuple sous le joug de l’homme blanc mais aussi un homme violent par nature qui a besoin de la guerre pour exprimer la haine qui l’anime.

BroncoApache-cliff-and-co

Lancaster matérialise cette ambivalence en lui donnant un mélange d’innocence et de dureté alternant au gré de ses sautes d’humeur. Ainsi le traitement qu’il  inflige à sa compagne incarné par Jean Peters, qu’il roue de coups pour la dissuader de le suivre alors qu’elle lui est pourtant complètement dévouée, quand il pense avoir été trahi ou quand il moque les conseils d’un Cheyenne devenu fermier. A ce titre son véritable homologue n’est pas le traître Apache paré de l’uniforme des soldats bleus incarné par Charles Bronson dont Aldrich fera  treize ans plus tard un de ses Douze Salopards, mais se trouve dans le traqueur (John McIntire) dont l’obsession suggère également un homme sans but, perdu  entre la sauvagerie et la civilisation qui regrette  la capitulation des peaux-rouges qui le prive de cette guerre qui le nourrit. Le final imposé par le studio effrayé par le pessimisme de la fin initiale qui voyait la mort du héros rebelle nous semblera aujourd’hui bien naïf et incongru au regard du jusqu’au boutisme initial du personnage de Massai qui déclarait plus tôt « Je suis un guerrier, et un guerrier ne vaut rien sans la haine : tous les Blancs, tous les Indiens sont mes ennemis. Je ne puis les tuer tous, un jour c’est eux qui me tueront. »

BroncoApache2-cliff-and-co

Malgré ses sous-textes Bronco Apache demeure un film d’aventures qui bénéficie de la maîtrise  de Robert Aldrich dans le domaine de l’action et des prouesses athlétiques Burt Lancaster (qui se produisit dans sa jeunesse dans des cirques avec  un numéro de barres)  qui notamment dans une séquence de guérilla où il affronte  la cavalerie avec toutes les armes possibles, un couteau, une flèche et un pistolet. Dix-huit ans plus tard Aldrich et Lancaster revisiteront en quelque sorte Bronco Apache avec Fureur Apache qui traitera de la traque d’un indien rebelle cette fois-ci du coté des blancs qui se verra ironiquement taxé de racisme en pleine vague du western progressiste en montrant les horreurs commises par des indiens pas si éloignés finalement de Massai.

DÉTAIL DES SUPPLÉMENTS :
Présentation du film par Patrick Brion  et Bertrand Tavernier
Bande annonce (2’01)
– Galerie de photographies

Bronco-apache-cliff-and-co

Titre Original: APACHE

Réalisé par: Robert Aldrich

Casting :  Burt Lancaster, Charles Bronson, Jean Peters, John McIntire…

Genre: Western

Sortie le : 8 mars  2018 en Blu-Ray+DVD

Distribué par: Sidonis Calysta

3 STARS BIEN BIEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s