Critique Blu-Ray

LE REDOUTABLE (Critique Blu-Ray)

le redoutable br cliff and co

SYNOPSIS: Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu’il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde. Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu’incompréhensible.

… Le Redoutable c’est un vrai faux biopic ambitieux sur Jean-Luc Godard (alias JLG) avec Louis Garrel dans le rôle du glorieux metteur en scène de la Nouvelle Vague et Stacy Martin (Nymphomaniac, Tale of Tales) à ses côtés. En réalité, Le Redoutable est l’adaptation par Hazanavicius du roman autobiographique Un an après d’Anne Wiazemsky, écrivain et comédienne qui fut la compagne de Jean-Luc Godard au moment où ont éclaté en France les premières manifestations de mai 68. Hazanavicius prend donc cette période comme point de départ, juste après que JLG ait mis en scène La Chinoise, film qui ne rencontre pas le succès espéré. Notre avis sur le film ?

Comédie über-drôle et hyper-politique, à la fois diplomate mais toujours engagée, pastiche pétillant des années 60, tendrement nostalgique et résolument moderne, portrait accessible de JLG et hommage farceur au septième art … Le Redoutable, c’est tout ça à la fois. Une franche réussite, qui devrait, on l’espère, rabibocher Hazanavicius avec le public, même si c’est loin d’être assuré. D’emblée, le cinéaste des OSS n’y va pas par quatre chemins : dès les premières scènes, nous découvrons en effet un Jean-Luc Godard irrationnel, aussi immature que son jeune entourage, totalement caractériel, possessif et jaloux, agressif envers sa compagne (jouée par Stacy Martin) mais aussi envers ses pairs (dont Michèle Rosier, interprétée par Bérénice Béjo) et lui-même. Aucun portrait édulcoré en vue donc, Hazanavicius rendra hommage à la figure Godard … mais sans esbroufe ou oublis de sa part, sans le pontifier ni l’émasculer. On sent au passage dès le départ qu’Hazanavicius, en bon élève, a potassé son sujet, maîtrisant la biographie du célèbre cinéaste suisse sur le bout des doigts, mais qu’il ne s’apprête pas à livrer un biopic dans sa forme la plus classique. Point de récit linéaire du parcours de JGL, depuis les Cahiers jusqu’à la Nouvelle Vague. Non, ce qui intéresse Hazanavicius réside ailleurs. Les quelques scènes suivantes sont claires et annoncent la couleur, elles-aussi : Hazanavicius filme Godard parmi une foule de jeunes, mélange de garçons et de filles, manifestant dans la rue lors des événements de mai 68. On les voit rapidement se faire matraquer, gazés au lacrymogène, arrêtés par les forces de police en place. Ces images, violentes et intercalées de quelques plans fugaces mais suffisamment explicites sur d’indénombrables slogans marquants, taggués sur les murs (sur lesquels on peut lire « Ne travaillez pas ! » par exemple), racontent à elles-seules plein de choses sur les gens, la société, l’époque : Le Redoutable, film indéniablement politique ! S’il compte bien mener une reconstitution bon enfant, décalée et un peu ironique sur ce temps là, Hazanavicius n’omet donc pas le gravitas de son histoire, avec la ferme d’intention de renvoyer aussi quelque chose de contemporain et de notre présent à l’audience. Il embrasse à cet égard, au moins au début, la cause révolutionnaire et gauchiste de JLG en suscitant chez le spectateur une empathie immédiate pour son personnage central, tout en nuançant.

Avec ses saynètes et ses dialogues délicieusement meta (mention pour la séquence hilarante de nudité des personnages, pour la tirade de JLG sur la bêtise des acteurs et pour celle sur le festival de Cannes !), avec son running-gag payant des lunettes cassées, son ton insolent et pop, ses blagues impertinentes qui s’enchaînent avec une énergie et une générosité folles, Le Redoutable devient ainsi … redoutable d’efficacité pour muscler nos zygomatiques. Le rythme est soutenu tout le long du métrage, riche de vannes qui font mouche, de formules hilarantes, de petits sarcasmes caustiques, de rhétoriques-surprises dont seul Hazanavicius a le secret. Que tous les amoureux de cinéma et de la fin des années 60 se sentent en sécurité, Hazanavicius fait aussi vibrer nos cœurs et nos esprits par les lieux, les personnes, les événements, les sentiments qu’il évoque.

Côté casting, on salue la remarquable performance de Louis Garrel transfiguré en Jean-Luc Godard, avec un boulot incroyable porté sur le look, la diction zozotée, la gestuelle, les mimiques pour entrer dans la peau du suisse. On le savait depuis Mon Roi, Louis Garrel a un sacré potentiel comique et l’exploite ici à son maximum. Le comédien parvient aussi, via un registre plus tragique, à devenir l’objet de fascination qu’était JLG à cette époque… Moderne et subversif, énamouré et emballant, léger et mélancolique, tel est Le Redoutable.

La critique complète de Robin Fender ici

DÉTAIL DES SUPPLÉMENTS :

Interviews et autres chinoiseries

le redoutable br cliff and co

Titre Original: LE REDOUTABLE

Réalisé par: Michel Hazanavicius

Casting : Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Béjo…

Genre: Biopic, Romance, Comédie, Drame

Sortie en DVD et Blu-Ray le 30 janvier 2018

Distribué par: StudioCanal

TOP NIVEAU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s