Critiques

YOUNGER (Critique Saison 4) Douze épisodes à dévorer sans attendre…

SYNOPSIS: Une mère de famille du New Jersey, fraîchement célibataire, décide de mentir sur son âge afin de se donner plus de chances de retrouver du travail. Avec un peu de chance, et de maquillage, elle réussit à paraître vingt ans plus jeune…

C’est presque une loi de la nature : toute série qui se bâtit sur un mensonge, souvent débité par le ou la protagoniste, se doit à un moment donné de révéler la vérité. On se doutait bien, depuis l’épisode pilote en 2015, que ça n’allait pas être facile pour Liza (Sutton Foster) de maintenir la façade de la jeune fille de vingt-six ans très longtemps, et qu’il lui faudrait se confesser un jour ou l’autre. Les conséquences sont que notre galerie de personnages se divise peu à peu entre ceux qui savent et ceux qui ignorent, et au passage, Younger change légèrement de ton, s’éloignant de la comédie délirante et de l’univers complètement fantasmé des trois années précédentes pour se pencher un peu plus sur les ramifications du mensonge de départ. Un détour un peu plus mélodramatique, certes, et qui risque de déconcerter ceux qui recherchent du léger et du pétillant à tour de bras, mais qui donne à la série un peu plus de profondeur et de nuance. En effet, ça n’est pas parce qu’on a vingt ans, qu’on aime faire la fête et qu’on ne sait pas tout de la vie qu’on est forcément immunisé contre la douleur des tromperies de nos aînés, et vice-versa d’ailleurs.

Si Sutton Foster reste la star incontestée de la série, la saison quatre offre aussi de beaux moments à Hilary Duff (Kelsey) et Nico Tortorella (Josh). Parlant du rapport entre les deux générations, la X et celle des millenials, Kelsey et Josh servent de contrepoids à Liza et Maggie (Debi Mazar), et si leur présence servait d’abord à mettre Liza dans des situations aussi rocambolesques qu’hilarantes, comme le cours de Krav Maga de la saison un, ils ont évolué au fil des épisodes et se retrouvent évidemment affectés par la vie double de notre héroïne. On en va pas tout vous raconter, mais un secret qui filtre peut toujours causer d’immenses problèmes dans le milieu professionnel et Liza, dont le nom même, plus qu’un hommage à la fille de Judy Garland est un jeu de mots sur « mensonge  » ( » lies  » en anglais), est parvenue à se mettre dans une situation très délicate. Elle a donc besoin du soutien de tous ceux qui l’entourent, ce qui s’avère malaisé quand ces derniers se sentent dupés. Bref, Younger n’est pas prêt d’atteindre une résolution satisfaisante et contient encore suffisamment de conflit pour remplir quelques saisons, pour le plus grand bonheur des fans.

Dans l’ensemble, cette quatrième saison et de loin la meilleure. Comme on l’a mentionné plus haut, il est vrai que la série prend ses distances avec l’humour loufoque qui a fait son succès, mais ce qu’on gagne en termes de développement des personnages surpasse de loin ce qu’on perd en situations surréalistes (quoique… l’épisode final a de quoi ébranler la validité de ce point de vue). Il est toujours plus intéressant de voir à l’écran le ballet de personnages complexes, imparfaits, humain et émotifs, plutôt que des représentations trop simples d’archétypes réchauffés au micro-ondes. Il est vrai que Liza a moins de scènes poignantes cette année, mais cette décision du créateur, de la laisser assumer la conséquence de ses choix, laisse la place à de magnifiques scènes pour nos personnages secondaires et humble salut, chapeau à la main, à Miriam Shor qui joue Diana Trout, la patronne de Liza, et qui clôt la saison d’une manière assez spectaculaire, pas du tout ce à quoi on pouvait s’attendre de la part de son personnage après les trois saisons précédentes. La saison quatre passe à la vitesse supérieure et c’est tant mieux : on ne pouvait pas faire du surplace autour des blagues sur Tinder et les toasts à l’avocat ad vitam eternam. Douze épisodes à dévorer sans attendre, en prenant le temps d’apprécier que, à la télé comme dans la vie, il n’est jamais trop tard pour mûrir.

Crédits: TV Land / Téva

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s