Critiques Cinéma

LA TOUR SOMBRE (Critique)

SYNOPSIS : Le dernier Pistolero, Roland Deschain, est condamné à livrer une éternelle bataille contre Walter O’Dim, alias l’Homme en noir, qu’il doit à tout prix empêcher de détruire la Tour sombre, clé de voûte de la cohésion de l’univers. Le destin de tous les mondes est en jeu, le bien et le mal vont s’affronter dans l’ultime combat, car Roland est le seul à pouvoir défendre la Tour contre l’Homme en noir… 

Écrit par Stephen King 35 ans plus tôt, le premier volume de la saga La Tour Sombre est enfin adapté au cinéma. Après plusieurs projets de films et de séries TV pourtant prometteurs mais qui furent abandonnés, c’est finalement Nikolaj Arcel, plus connu pour ses qualités de scénariste (notamment sur la saga Les Enquêtes du Département V), qui a hérité du rôle de réalisateur pour ce projet périlleux. En effet, si les œuvres de Stephen King sont généralement réputées comme difficilement adaptables, l’univers et la construction de la mythologie de La Tour Sombre apparaissaient quant à eux presque impossibles à porter sur grand écran, d’autant qu’il s’agit à ce jour d’une série composée de 8 romans. Si à travers le temps, peu auront réussi à rendre justice aux œuvres de King sur grand ou petit écran, on a découvert il y a peu que la série télévisuelle pouvait être le bon choix (22.11.63), tant il y a à explorer chez les personnages crées par l’écrivain.

La Tour Sombre, que King décrit lui-même comme le Jupiter du système solaire de son imagination, est une œuvre très particulière, à l’univers très vaste puisqu’il est également connecté à bon nombres des histoires crées par l’auteur, aux accents de fantasy, de western et de mysticisme. Un mélange des genres audacieux, que Nikolaj Arcel a dû retravailler pour permettre au scénario du film d’être compatible avec le grand écran. La difficulté supplémentaire était que le premier volume de la saga était loin d’être le meilleur, en même temps qu’il ne contenait pas ses éléments les plus caractéristiques et excitants. Le film n’est pas une réussite en tous points, mais il faut tout de même lui accorder certains crédits, du fait de la difficulté de l’exercice.

En terme de septième art et si on l’examine en tant qu’objet cinématographique uniquement, en faisant abstraction du fait qu’il s’agit de l’adaptation d’un roman, le résultat est moyen, le rythme irrégulier et le visuel assez inégal. On retiendra en revanche une atmosphère originale et assez plaisante, des personnages fascinants et un trio d’acteurs (Matthew McConaughey, Idris Elba et Tom Taylor) brillant. Au vu des chiffres presque catastrophiques du box-office et de la qualité moyenne du film, l’avenir de la saga sur grand écran paraît incertain. Seulement voilà, il était probablement difficile d’obtenir un meilleur résultat sur grand écran en se basant sur une œuvre aussi particulière qui aurait sans doute dû prendre vie uniquement dans l’imaginaire de ses lecteurs. Le format de la série TV aurait pu permettre une meilleure immersion dans cette histoire et une découverte des personnages plus aisée. Comme c’est souvent le cas dans les œuvres de Stephen King, une grande partie de la qualité du récit tient à la construction des personnages principaux et à l’empathie crée avec le héros.
Ici, s’ajoute la difficulté d’un univers fantasy dont les particularités et exubérances ont toutes les chances de se transformer en mauvais goût à l’écran. Ce ne sera pourtant pas tout-à-fait le cas avec cette adaptation, notamment grâce au travail du trio d’acteurs, qui donne une consistance au long-métrage.

Le budget de 60 millions de dollars ne semble toutefois pas avoir été suffisamment consacré aux effets spéciaux, par moments déplorables et qui contribuent à donner des airs de nanar à certaines scènes faisant apparaître des monstres. La réalisation du film est pour le reste honnête, sans contenir quoi que ce soit d’extraordinaire, les acteurs semblant particulièrement bien dirigés. Les coupes et modifications dans l’histoire originale pour la rendre plus cinématographique sont intelligentes et ne trahissent pas l’esprit général de l’œuvre. Reste une présentation des personnages assez élégante, qui donne immanquablement envie d’en apprendre plus sur eux, tant leur histoire est prometteuse. L’ultime problème du film est qu’il laissera un peu le spectateur sur sa faim, puisque la quête de Roland et de Jake ne débutera véritablement qu’à la fin du long-métrage. Pour la partie du public ayant apprécié les personnages, rien de plus frustrant que de les abandonner après une heure et demie. Certes, il leur reste la possibilité de se rabattre sur les romans (brillants et pour certains parmi les meilleurs de l’écrivain) mais cette solution ne saurait être idéale.

Titre Original: THE DARK TOWER

Réalisé par: Nikolaj Arcel

Casting :  Idris Elba, Matthew McConaughey, Tom Taylor (IV)…

Genre: Fantastique, Aventure

Date de sortie : 09 août 2017

Distribué par: Sony Pictures Releasing France

MOYEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s