Critiques Cinéma

LA FORTERESSE CACHEE (Critique)

SYNOPSIS: Un groupe formé d’un général, de deux paysans et d’une princesse qui détient le trésor du clan va tenter de rejoindre un territoire ami à travers les affres de la guerre civile du XVIème siècle japonais. 

De tous les films d’Akira Kurosawa, La Forteresse Cachée est probablement, avec Les Sept Samouraïs, celui qui a eu l’influence la plus visible, encore aujourd’hui, sur le cinéma occidental et en particulier américain. Revendiquée par George Lucas comme l’une des sources majeures d’inspiration de la saga la plus célèbre de l’histoire du cinéma, La Forteresse Cachée est un film dont la modernité de la narration et la maestria de la mise en scène sont des remparts qui le tiennent à l’abri de l’usure du temps.  Ce grand film d’aventure est raconté du point de vue de deux paysans lâches et cupides, fuyant la guerre opposant le clan des Yamana à celui des Azuki, puis cherchant à mettre la main sur l’or abandonné par les Azuki. Le ton est volontairement comique, Tahei et Mataschichi passant leur temps à se chamailler et ne brillant pas par leur intelligence et leur courage. C’est bien malgré eux qu’ils vont se retrouver embarqués dans une aventure qui les dépasse, après avoir fait la rencontre de Rokurota Makabe (Toshiro Mifune), un général du clan Azuki, puis de sa princesse en fuite.

Filmé en cinémascope dans des paysages majestueux, le récit de ces quatre personnages, réunis par le hasard et faisant cause commune pour fuir le même ennemi réunit tous les ingrédients du grand film populaire. La rupture de ton avec ses précédents films (Vivre, Les Sept Samouraï, Chronique d’un être vivant, Les bas fonds, Le château de l’araignée,…) rappelle l’éclectisme d’Akira Kurosawa, grand admirateur de John Ford, des tragédies Shaekespeariennes, mais surtout formidable conteur et observateur de la société japonaise. L’humour constant introduit par les personnages des deux paysans et leurs interactions avec Makabe allège, sans le transformer en farce, un film qui n’est pas avare en scènes spectaculaires et dont le rythme trépidant ne faiblit jamais, notamment grâce à la science du montage de Kurosawa. Le charisme de Toshiro Mifune, acteur dont la carrière est indissociable de celle de son metteur en scène, explose à nouveau dans le rôle de ce général, d’abord inquiétant et manipulateur quand on le découvre du point de vue de Tahei et Mataschichi et qui se révèle loyal et protecteur avec eux comme avec la princesse Azuki. Plus proche d’Han Solo par son caractère, il est aussi le Luke Skywalker de cette histoire, chargé d’aider la princesse Azuki dans sa fuite, au prix d’un terrible affrontement avec le général Tadakoro qui tiendra lieu de climax du film. Tahei et Mataschichi sont des compagnons de route un peu récalcitrants mais sans lesquels la princesse Azuki et lui ne pourraient transporter l’or grâce auxquels pourra survivre leur clan. Cette histoire dans le Japon féodal du 16ème siècle a quelque chose d’universel dans la mythologie explorée, celle du héros venant au secours d’une princesse en détresse et devant affronter un antagoniste dont il fut l’élève. Si au début du récit, il est surtout question de lâcheté et de cupidité, le courage et le sens de l’honneur sont ensuite mis en avant à travers ce qui ressemble à une quête initiatique pour chacun des personnages. La simplicité de ce récit n’est pas synonyme de simplisme et  chacun de ses protagonistes accomplit quelque chose qui le dépasse, l’amène à être meilleur et s’ouvrir aux autres.

Bien que de par sa légèreté et son humour, La Forteresse Cachée semble dénoter dans la filmographie de Kurosawa, on y retrouve son discours moral, cet œil unique pour dresser le portrait de personnages aux prises avec des événements qui les dépassent. Par l’utilisation du cinémascope, il donne une dimension supplémentaire à ce récit de personnages aux prises avec la nature et leur destin.  Il aborde ce genre du « Jidai geki » (film sur le japon féodal) avec le même souffle et le même humanisme que John Ford le faisait avec le Western. La Forteresse Cachée peut paraître mineur au regard des sommets atteints qu’a pu atteindre Kurosawa mais il est à nos yeux un modèle de grand film d’aventure qui inspira et continuera d’inspirer de nombreux réalisateurs.

Titre Original: KAKUSHI TORIDE NO SAN ANUKIN

Réalisé par: Akira Kurosawa

Casting : Toshirô Mifune, Misa Uehara, Chiaki Minoru,

Kamatari Fujiwara, Takashi Shimura, Susumu Fujita…

Genre: Aventure

Sortie le: 8 mars 2017

Distribué par: Wild Side Video

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s